• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3138110

Bouquins

Mis en ligne le 07/12/2008

«Le Lis et le Sanglier»



Un livre fascinant sur l’histoire du «Sanglier des Ardennes» : Guillaume de La Marck, oncle d’Erard de la Marck le prince-évêque de génie, écrit par Olivier de Trazegnies avec la collaboration d’un descendant direct de Guillaume, le prince d’Arenberg.

Si vous aimez l’Histoire en général et l’Histoire de la Cité ardente en particulier, c’est sûr que vous ne pouvez passer à côté du «Lis et le sanglier.» Si vous n’aimez pas l’Histoire, mais que vous aimez les livres et les histoires, vous ne pourrez pas non plus passer à côté de ce livre. Parce qu’en fait, de la manière dont il a été écrit, il devrait vous donner le goût de l’Histoire. La, préface de Werner Paravicini, un médiéviste de renom, apporte à l’ouvrage une crédibilité qui semble incontestable.
Dès les premières lignes, avec un style alerte, des détails précis, Olivier de Trazegnies, sans artifice mais aussi sans fioritures exagérées, vous plonge illico près d’un millénaire en arrière. On s’y croirait, l’imagination fait le reste. Et c’est justement le propre d’un bon livre : celui de pouvoir s’évader, que ce soit dans le futur, le présent ou encore le passé comme il s’agit ici. C’est d’autant plus intéressant lorsque cette histoire vous interpelle directement puisque vous habitez la région où elle se passe. Et qu’elle interpelle donc vos racines les plus profondes.
«Le sanglier des Ardennes» ! Walter Scott en parle dans « Quentin Durward », de même que Carton de Wiart dans « La Cité ardente ». Un terrible surnom que celui de Guillaume de La Marck qui a traversé les siècles jusqu’à s’installer dans l’inconscient collectif. Le personnage s’est voilé d’un nuage d’opacité. Peu de documents subsistent sur l’homme. On le présente comme un fauve, barbu, hirsute, vautré dans le sang de ses victimes. Il semble cependant qu’il était bien plus que cela.
Le livre retrace l’histoire d’un cadet de famille qui veut égaler ses aînés, dans un Moyen Age étincelant. Le «Sanglier» et, à travers lui, les La Marck, vont dominer toute l’Ardenne, dont les villes phares de l’époque sont Liège et Sedan. Par les alliances qu’ils concluent avec Louis XI, ils vont jouer un rôle prépondérant à la Cour de France. Soutien indéfectible du roi, Guillaume de La Marck s’opposera violemment au duc de Bourgogne, allant même jusqu’à assassiner son neveu, Louis de Bourbon, le prince-évêque de Liège dont les territoires indépendants et enclavés dans les leurs insupportaient les Bourguignons.
Olivier de Trazegnies ressuscite ici, en 571 pages et 23 chapitres, la vie intense de ce personnage qui, par son opposition avec Louis de Bourbon, écrira une page d’histoire sanglante.
Un personnage qui était aussi l’oncle d’un de nos plus grand princes-évêques, Erard de La Marck à qui Liège doit ses lettres de noblesse les plus importantes au cours des siècles suivants.
C’est d’ailleurs dans cette optique que Michel Foret, le gouverneur de la Province de Liège a fort élégamment rédigé l’avant-propos de « Le Lys et le Sanglier » un livre que l’on peut offrir pour les fêtes de fin d’année.

Olivier de Trazegnies

Le marquis Olivier de Trazegnies est né en 1943. Juriste, économiste et passionné d’histoire, il œuvre depuis vingt-cinq ans à la protection du Patrimoine au sein de plusieurs associations européennes. Il habite dans une des dernières forteresses du XIIIème siècle, le château de Corroy-le-Château, situé près de Gembloux, à quelques kilomètres de Namur. Son ouvrage, le premier du genre, a été écrit en collaboration avec le prince d’Arenberg, descendant direct de Guillaume de La Marck.

Le prince Léopold d’Arenberg

S.A.S. le prince d’Arenberg est le descendant de l'illustre famille de La Marck aujourd’hui éteinte. La grande famille d’Arenberg a marqué notre passé et contribué de manière importante à notre héritage culturel. La Maison d’Arenberg influença la prise de décision politique du Moyen Age jusqu’au XIXème siècle. Sa fidélité aux Habsbourgs fut récompensée à cette époque par l’élévation à la dignité princière en 1576, puis ducale en 1644. Aujourd’hui, les membres des branches belge, française et germanique de cette famille du Saint Empire romain germanique, portent les titres de duc et duchesse d'Arenberg et de prince et princesse et jouissent du prédicat d'Altesse Sérénissime. Aîné du douzième duc de cette grande maison du Saint Empire romain germanique, le prince Léopold d’Arenberg collabore régulièrement à des publications historiques.
Une institution à caractère privé, fondée par la famille d’Arenberg, l’A.C.A. (Archives et Centre Culturel d’Arenberg) met à disposition du public les riches archives d’Arenberg et publie des ouvrages ayant trait à l’histoire et à l’histoire de l’art. L'A.C.A. participe à des expositions et organise également des conférences ainsi que la remise des Prix (d'histoire) d'Arenberg qui sont distribués tous les deux ans.

«Le Lys et le Sanglier» aux Editions de l’Arbre : 571 pages, 16 pages de tableaux généalogiques, 12 pages de noms de lieu et 5 pages de bibliographie – ISBN-978-2-87462-009-6 – 21,90 €

- Site Internet :www.leseditionsdelarbre.be





Gaston LECOCQ