• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3111891

Social

Mis en ligne le 28/11/2008

Restructuration d’ArcelorMittal : le SETCa Liège et Égidio Di Panfilo s’indignent et condamnent


Ce jeudi 27 novembre après-midi, le comité d’entreprise européen d’ArcelorMittal a confirmé les craintes des travailleurs : un vaste plan de restructuration va être mis en place, touchant 9.000 salariés, dont 3.500 en Europe du Nord. La Wallonie et le bassin liégeois ne seront sans doute pas épargnés, alors que les fonctions “support” occupent à Liège un quart de l’effectif.
Secrétaire régional du "SETCa Sidérurgie" pour la province de Liège, Égidio Di Panfilo dénonce la situation, s’indigne du peu de cas fait des accords passés et des familles des travailleurs, condamne une attitude qu’il juge «totalement inacceptable».

Neuf mille : tel est le nombre de salariés que le leader mondial de la sidérurgie ArcelorMittal vient de confirmer, à l’issue de son comité d’entreprise européen réuni cette aprèsmidi, supprimer, des départs annoncés « volontaires ». Six mille de ces emplois sont concentrés en Europe, dont 3.500 en Europe du Nord. Ce sont les “fonctions de support” qui seraient essentiellement visées, autrement écrit le personnel “barémisé”, employés et cadres. Pour rappel, ces seules fonctions représentent 960 emplois des 4.200 d’ArcelorMittal en région liégeoise.
Malgré l’annonce par le patron d’ArcelorMittal Wallonie, Francis DEGEE, d’un maintien à Liège de la sidérurie intégrée (avec deux hautsfourneaux et les structures en amont comme en aval de ceuxci), le SETCa Liège, par la voix de son Secrétaire régional Égidio Di Panfilo, s’indigner de cette décision unilatérale, qui compromet gravement le climat de confiance qui avait pu s’installer entre les représentants des travailleurs liégeois, wallons et européens, d’une part, et ArcelorMittal, de l’autre.
« Avec l’ensemble de mes camarades, notamment les Métallos liégeois (eux aussi durement touchés par la crise, avec un nombre inacceptable d’ouvriers obligés, pour une durée non encore déterminée, à émarger au chômage économique, à charge de la collectivité), je ne puis que condamner la politique menée par ArcelorMittal, insiste Égidio Di Panfilo. Avant la crise financière ellemême, ArcelorMittal a volontairement baissé sa production de 15%. Ce chiffre est aujourd’hui passé à 35 voire 50%. Indiscutablement, le groupe ArcelorMittal, qui a encore réalisé cette année en 9 mois seulement un bénéfice de 8 milliards € (pour 7,5 sur l’ensemble de 2007), utilise la crise pour mettre en place des plans de restructuration qui, avant tout, conviennent à sa stratégie globale, uniquement basée sur le profit (avec des résultats à deux chiffres), et aucunement sur le développement économique et social global des régions dans lesquelles il s’investit. A nos yeux, comme à ceux de nombreux observateurs, ArcelorMittal entretient de la sorte la crise que nous connaissons tous au niveau mondial, avec des conséquences souvent dramatiques sur le pouvoir d’achat. »
Totalement en phase avec l’indignation syndicale internationale, le SETCa Liège annonce déjà participer aux diverses manifestations organisées au niveau européen, notamment celle de la CGT française à Florange, le 8 décembre prochain.
« Audelà du cas précis, malheureux et scandaleux d’ArcelorMittal, notre crainte, étayée, est de voir d’autres grands groupes internationaux établis dans le bassin liégeois et en Wallonie de choisir la fuite en avant plutôt que le dialogue social au profit des travailleurs et de l’économie de toute une région », conclut, amer mais déterminé, Égidio Di Panfilo, bien décidé à ne pas arrêter là une lutte « juste » qui, selon lui « ne fait que commencer ».





Communiqué du SETCA - LIEGE