• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3157672

En Ville

Mis en ligne le 24/11/2008

Quartier des Guillemins: le bâti ne demande rien du tout


Les membres de la plateforme Guillemins.Be, répliquent aux déclarations de l’échevin Michel Firket pour lequel de nouvelles expropriations rue Paradis pourraient être envisagées…

La semaine dernière (jeudi 20 novembre), lors de la conférence de presse qui suit la séance hebdomadaire du Collège communal et dans le communiqué de presse qui y avait trait, Michel Firket, Premier échevin, échevin de l’Urbanisme, du Tourisme et de l’Environnement, visiblement échaudé par la réaction des habitants du quartier des Guillemins et plus particulièrement par la mis en ligne d’une plateforme Internet, a rappelé tout ce qu’il avait déjà dit lors de la présentation, le 22 octobre dernier ( voir Proxi-Liège du 12 novembre). Nous n’y reviendrons évidemment pas. Il précisa aussi que :
« La commission de rénovation urbaine (CRU) qui est l’organe de concertation mis sur pied en 2003 émane du comité de suivi qui se réunissait déjà au début des années 90.
Elle est composée de représentants du Collège, du Conseil communal, des partenaires publics (services communaux, SRWT, TEC, EURO LIEGE TGV, DGATLP), des comités de quartier et d’associations de commerçants concernés, d’un représentant de la CCAT.
Lors de sa réunion de juin 2008, elle a pris connaissance des modifications à apporter au permis initial et lors de sa dernière réunion, ce 5 novembre, elle a été complètement informée du nouveau projet.
Depuis le début des années 90 également, une concertation régulière est organisée entre les acteurs publics que sont EURO LIEGE TGV, le MET, la SRWT, les TEC, la DGATLP et la Ville. La dernière réunion de ce comité d’accompagnement a eu lieu le 11 août 2008 et de nombreuses réunions techniques ont suivi.
La demande de permis sera soumise à enquête publique dans le courant du mois de décembre (durée : 15 jours). Une séance publique d’information (non imposée) sera organisée pendant cette enquête.
Le Conseil communal aura à se prononcer sur la modification du tracé des voiries. C’est la Région wallonne qui délivrera le permis.»
Mais dans une interview parue le lendemain dans le journal « La Meuse » il ajoutait, à propos notamment du tracé définitif de la rue Paradis et à propos du PRU (Périmètre de remembrement urbain adopté il y a un an par la Région wallonne : «Ce plan ne prévoit pas d’autres expropriations, mais un PRU peut évoluer. Il faudra passer devant le Conseil communal. Il y aura débat. Mais il est clair qu’il existe un risque d’expropriations supplémentaires pour la rue Paradis. D’ailleurs, dans cette rue le bâti ne demande qu’à évoluer. Si on décide d’élargir la futur esplanade de § ou è mètres, cela nécessitera une soixantaine d’expropriations, entre le site Balteau et la place des Guillemins » (En pointillés rouges sur la photo).
Ce qui ne correspond pas vraiment avec ce qui avait été dit le 22 octobre et encore moins avec ce qui avait été présenté aux riverains en 2006 ainsi qu’en février 2007 lorsque la ville avait approuvé le projet d’esplanade du bureau Bureau Dethier, Atelier 4D, Agence TER, Bureau NEY. Pourtant, Michel Firket, précise qu’il a toujours travaillé dans ce dossier avec la plus grande transparence…

Quartier des Guillemins : le bâti ne demande rien du tout

A la suite de l’article paru dans la « Meuse », les membres de la plateforme Guillemins.Be (voir Proxiliège du 17 novembre) à savoir : Veronica Cremasco, présidente de RespirO ; Gérard Debraz, président du comité de quartier Fragnée-Blonden ; Lino Polegato, président du comité des riverains de la gare ; François Schreuer, président d’urbAgora et Julien Timmermans, président de l’association des commerçants de la rue des Guillemins répliquaient dans un communiqué intitulé : « Quartier des Guillemins : le bâti ne demande rien du tout»…que nous vous livrons ci-dessous…
« Dans "La Meuse" de ce vendredi, l'échevin de l'urbanisme de la ville de Liège, M. Michel Firket, s'étonne du mécontement suscité par l'incertitude qui pèse sur l'avenir du quartier des Guillemins. Nous nous étonnons quant à nous de la désinvolture avec laquelle est géré ce dossier par les autorités. L'échevin prétend agir dans "la plus grande transparence". Nous lui demandons alors de nous dire qui sont ces gens - qu'on évoque sans cesse mais qu'on ne nomme jamais - qui veulent absolument raser la rue paradis ? Et quels sont leurs arguments ?
Le plan de remembrement urbain (PRU) adopté voici un an était censé servir de feuille de route à l'aménagement de l'esplanade. Voici à présent qu'on déclare ouvertement que ce PRU est en passe d'"évoluer", moins d'un an après son adoption! Que faut-il entendre par ce doux euphémisme? À quoi bon ce PRU s'il est susceptible d'être remis fondamentalement en question tous les ans. Fondamentalement : en effet, conserver le front courbe de la rue Paradis était un des points principaux qui distinguait l'espace public proposé par Daniel Dethier et ses associés du boulevard de Calatrava.
M. Firket va jusqu'à se faire l'interprète du bâti qui, à l'en croire, ne demande, lui aussi, "qu'à évoluer". Nous lui répondons quant à nous que le bâti ne demande rien du tout et qu'il faudrait plutôt se préoccuper de ce que demandent les habitants. D'ailleurs, si le bâti "doit" évoluer (ce qui est fortement discutable pour bon nombre d'immeubles de la rue), il pourra le cas échéant l'être via la revente de gré à gré de certains bâtiments à des promoteurs - une voie qui est en tout état de cause beaucoup moins violente (et moins dispendieuse pour les fonds publics) que l'expropriation de toute une rue.
Nous invitons la majorité communale à tenir sa parole, c'est-à-dire à respecter les grandes lignes du projet qu'elle a présenté à quelques jours des dernières élections communales, en octobre 2006, et sur lequel elle a été élue. Ce projet prévoyait notamment l'arrêt des expropriations d'immeubles de logement et le maintien en l'état de la rue Paradis. Il faut garder cette ligne de conduite, à laquelle l'architecte en charge des travaux, M. Dethier, a d'ailleurs récemment marqué son soutien.
Il ne s'agit pas seulement du bien-être des habitants. Il s'agit de la qualité du projet tout entier, dont chaque Liégeois est légitimement porté à se préoccuper. À l'opposé d'une vision autoritaire de la ville, le projet de M. Dethier (du moins dans la forme qu'on lui connaît à l'heure actuelle) cherche à créer un urbanisme habitable, pensé en fonction de la qualité de vie qu'il peut procurer à ses habitants et usagers plutôt qu'en fonction de l'agrément esthétique qu'il y a à en contempler la maquette.»
- Le site de la plateforme : www.guillemins.be.

Rappelons que malgré tout, l’échevin Firket prévoit le début des travaux (un budget de 8.725.683 € réparti entre 40 % FEDER, 50 % Région wallonne et 10 % Ville de Liège) pour le 3ème trimestre 2009, probablement peu après l’inauguration de la nouvelle gare des Guillemins.
Si la Meuse est effectivement un long fleuve tranquille, on ne peut en dire autant de tout ce qui touche aux problèmes urbains de la Cité, peut-être un peu trop ardente par moment… Mais les boutefeux ne sont pas toujours ceux que l’on croit…Il en sera sûrement question au Conseil communal de ce lundi 24 novembre…





Gaston LECOCQ