• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3199211

Politique

Mis en ligne le 04/11/2008

Véronique De Keyser de retour de Damas



Elle y a rencontré le président syrien Bachar Al Assad avec lequel elle s’est entretenue des «Droits de l’Homme» et du rôle de l’Union européenne dans le processus de paix au Moyen-Orient.

"Je viens d'apprendre par l'organisation syrienne des droits de l'homme SHRO, que la Cour d'appel de Damas aurait décidé de relâcher Michel Kilo et Mahmoud Issa. Cette décision pourrait prendre très rapidement effet. La nouvelle demande encore à être confirmée, mais si tel est le cas, je m'en réjouis" a déclaré la députée européenne Véronique De Keyser, de retour ce lundi d'un voyage à Damas.

Au cours d'un long entretien ce dimanche 2 novembre avec le Président syrien Bachar Al Assad ( voir annexe) , la députée s'était entretenue sur le rôle important que la Syrie pouvait jouer dans la stabilisation de la région et la recherche d'une paix juste et durable qui inclue tous les acteurs. La députée avait souligné combien l'Europe appréciait les marques d'ouverture de la Syrie, son intérêt pour l'Union pour la Méditerranée, et l'ouverture de négociations de paix indirectes avec Israël grâce à la médiation de la Turquie.

Etant rapporteur de l'association EU-Syrie la députée avait également exprimé le vœu que celui-ci puisse être finalisé très rapidement. La députée avait conclu son entretien par sa préoccupation quant à la récente condamnation de 3 journalistes et 9 activistes des droits de l'Homme par la Cour de Damas.

La veille déjà, dans une intervention publique devant un parterre d'autorités syriennes elle avait souligné" Les amis de la Syrie, et j'en suis, espèrent que ce jugement pourra être révisé dans une procédure d'appel. Je reste confiante dans la justice syrienne". Si la relaxe de Michel Kilo et de Mahmoud Issa se confirme, c'est déjà un pas positif dont il faut mesurer l'importance.

Le Président Bachar Al Assad s'est déclaré conscient de la nécessité d'avancer dans les réformes "Nos lois sont dures, notre Constitution aussi: les changer prendra encore du temps et doit passer par la voie parlementaire mais il me faut l'adhésion de tout mon peuple : la Syrie est loin d'être un bloc monolithique." Rappelons que la députée avait récemment condamné le raid américain en territoire syrien.