• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3137263

Culture

Mis en ligne le 13/10/2008

4e Biennale Internationale de Design de Liège


A suivre jusqu’au 19 octobre et plus encore jusqu’au 18 janvier au-travers de la commémoration Serrurier-Bovy au Mamac.
Pour cause de voyages, nous ne vous avons pas encore parlé de la 4ème «Biennale Internationale du Design» de Liège, dont la paternité revient au député provincial Paul-Emile Mottard en charge notamment de la Culture. Si la « Biennale de Design 2008 » s’est ouverte le 26 septembre dernier, sachez cependant qu’elle dure jusqu’au 19 octobre, et que donc, vous avez encore la possibilité de vous y intéresser.
Cette biennale qui a pris de l’ampleur (il y a eu 20.000 visiteurs en 2006) tant au niveau national qu’international a donné à Liège une lettre de noblesse en plus en faisant de la Cité ardente le véritable « pôle wallon du Design ». Et contrairement à ce que beaucoup pensent parfois erronément, le design ne se contente pas de s’appliquer au niveau des arts plastiques et décoratifs, il fait aussi partie intégrante de la mode, de l’architecture, de la musique, du cinéma et bien évidemment joue un rôle de plus en plus important au niveau économique. On peut dire sans se tromper et en simplifiant que la « Biennale Internationale du Design de Liège » est un événement pluridisciplinaire alliant culture, tourisme et économie.
Outre les nombreuses animations, rencontres, colloques, projections, concerts organisés dans le cadre de cette biennale et que je vous laisse le soin de découvrir dans le site Internet qui y est consacré, deux expositions importantes sont à voir et à découvrir.
La première qui s’intitule « [E]vocations » et qui se tient dans l’ancienne église désacralisée Saint Antoine et qui fait partie du complexe rénové du Musée de la Vie Wallonne en Hors-Château réuni les pièces de 40 designers originaires de Belgique et, de l'Euregio Meuse-Rhin. Des artistes dont certains se sont réapproprié quelques aspects du travail et de la philosophie de Gustave Serrurier.
L’ensemble de ces productions est présenté, sur près de 1000 m2, dans une scénographie originale conçue par l’Atelier d’Architecture Aloys Beguin & Brigitte Massart qui, dans un souci de dialogue, a intégré quelques pièces choisies de Gustave Serrurier. En invités d’honneur on trouvera Pascal Koch et Frédéric Richard, lauréats des éditions 2004 et 2006 de la Biennale de Design Internationale de Liège.L’exposition « [E]vocations », est visible jusqu’au 19 octobre.

La seconde exposition, véritable fil rouge de la biennale est consacrée à Gustave Serrurier - Bovy, véritable designer liégeois d’avant-garde, un des fondateur du mouvement Art Nouveau (c’est lui qui en aurait d’ailleurs imaginé l’appellation selon les spécialistes du Bauhaus de Weimar) et dont l’influence est mondialement reconnue. C’est que cette année, on commémore la 150 ème année de sa naissance et que la rétrospective de son travail et de son œuvre s’intégraient parfaitement dans une biennale de design.
C’est ainsi qu’au Mamac (Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain) du parc de la Boverie, à l’initiative de l’échevin de la culture de la Ville de Liège Jean-Pierre Hupkens, que le visiteur, pour la première fois, pourra découvrir l'étendue de son talent dans des domaines aussi divers que l'ameublement, l'éclairage, les objets décoratifs ou le textile.
« Serrurier-Bovy acteur du futur » est à voir et à découvrir jusqu’au 18 janvier 2004.

Comme nous l’écrivions plus haut, cette « 4ème Biennale Internationale de Design de Liège » est également à l’origine de nombreuses autres manifestations sur tout le territoire de la Cité ardente. Un programme particulièrement attrayant que vous pouvez découvrir sur le site Internet www.designliege.be

Par ailleurs, il est aussi intéressant de signaler la sortie, sous les sous les auspices de Wallonie Design et des éditions Luc Pire, d'un ouvrage qui présente "50 Success Stories" associant designers et entreprises. Une sélection de produits qui en sont issus est montrée à la halle aux Viandes.





Ga. L.