• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3111890

Société

Mis en ligne le 29/09/2008

L’Union des Villes et Communes de Wallonie a interpellé le 1er ministre sur la Politique des Grandes Villes et demande des mesures conservatoires urgentes

Qu'adviendra-t-il de la Politique fédérale des Grandes Villes ? La question est sur toutes les lèvres car les craintes sont en effet nombreuses, de Mons à Liège, en passant par Charleroi, La Louvière et Seraing. Tous estiment que la P.G.V. est essentielle pour leur permettre de développer de nécessaires actions en faveur de la cohésion sociale, par la prévention et l’action de proximité.
Depuis les élections fédérales de juin 2007, la Politique des grandes villes est cependant en attente d’une réflexion stratégique sur son devenir et d’engagements clairs de la part du Gouvernement fédéral. Malheureusement, cette réflexion stratégique n’est toujours pas entamée alors que se terminent l’année et, avec elle, les crédits provisoires affectés d’urgence à la survie des projets de contrats de ville et de logement.
L’Union des Villes et Communes de Wallonie vient d’interpeller le Premier Ministre à ce propos car il est aujourd’hui impératif et urgent de prendre les mesures conservatoires qui permettront de préparer l’avenir, avec les villes, sans risquer de perdre tout lien constructif au sein de la population et entre cette dernière et les autorités publiques.
Les budgets communaux ne permettent pas à eux seuls de maintenir les projets à flot en l’attente des débats et décisions qui devraient donner une visibilité financière et stratégique à ces nécessaires politiques de développement. D’ores et déjà, la motivation du personnel concerné, de même que celle des habitants avec lesquels le travail de proximité a pu être développé, sont fortement écornées par l’incertitude qui plane sur l’avenir du secteur, au grand détriment d’une paix et d’une cohésion sociale aussi fragiles qu’indispensables.
L’Union invitait donc, ce vendredi 26 septembre, les acteurs de cette politique essentielle à la qualité de vie des citoyens à rencontrer la presse. Jacques Gobert, Bourgmestre de La Louvière, Willy Demeyer, Bourgmestre de Liège, Catherine Houdart, Echevine de Mons, Eric Massin, Echevin de Charleroi et Jacques Laeremans, Echevin de Seraing étaient en effet présents pour démontrer les résultats positifs de leurs projets qui ont su, jusque là, développer un savoir-faire et un savoir-être spécifiques. La parole était à ceux qui font vivre leur ville.
Pour le Président de l’Union, Paul Furlan, ce fut l’occasion de rappeler qu’il s’agit d’une question de première importance pour notre région et notre pays. Le programme triennal 2005-2007 portait sur un total de près de 200 millions d’euros, soit un budget annuel de plus de 66 millions, dont les grandes villes wallonnes recevaient un peu moins d’un tiers. Cette politique des grandes villes est aussi nécessaire par son effet levier. Les villes y affectent d'une part des ressources, des fonds propres, et d'autre part elles rebondissent sur les fonds de départ pour les démultiplier à travers d’autres sources de financement publics, notamment régionaux ou européens, et même via l’implication des promoteurs privés.
Les villes wallonnes plaident ainsi pour un débat sur la stratégie à long terme de la politique des grandes villes. Il est essentiel de pouvoir entamer cette réflexion sans perdre tous les bénéfices des investissements humains, matériels et financiers engagés depuis 2000.