• Visiteur(s) en ligne : 6
  • |
  • Visiteurs total : 3157468

Culture

Mis en ligne le 20/09/2008

Elmore D

Lauréat du «Prix du Mérite Wallon 2008» a dû encaiser deux discours du député provincial Paul-Emile Mottard ; Le premier en wallon, le second en français

Le Prix du Mérite wallon 2008 de la Province de Liège a été attribué ce jeudi 18 septembre à Daniel Droixhe, alias Elmore D., à l'occasion du traditionnel Gala wallon au Théâtre du Trianon.
Professeur d'université, membre de l'académie de langue et de littérature française, Daniel Droixhe (Elmore D.) a deux amours : le langage (le wallon) et la musique (le blues)...
Mais avant de recevoir son prix, Elmore D a dû encaiser deux discours (heureusement pas très longs) du député provincial en charge de la Culture, Paul-Emile Mottard.



En wallon

Mèdames, Mècheûs divins vos tites èt quålités.
Mès binamêyès djins.

I-n-a dès djins qu’on dit d’zèls qu’il ont-st-ine dobe vèye. Çou qui vout dîre qu’ènn’a eune qu’on k’nohe èt l’ôte qu’on catche. Ci n’èst nin vrêye por vos, la qu’vos-èstez k’nohou d’ine manîre come di l’ôte.
I-n-a-st-avou ossu l’ docteûr Djekill èt mister Hyde. Onk qu’èsteût tot bon èt l’ôte foû måva. Rin a vèy avou vos, la qu’ lès deûs pèrsonèdjes sont tot çou qu’i-n-a d’ mî.
Portant, c’èst vrêye, i-n-a deûs pèrsonèdjes. Mins dji so sûr qui Daniel Droixhe ni sèrè nin djalot qu’on r’mète oûy li pri dè mèrite walon a Elmore D.
Insi don, li profèseûr d’ûnivèrsité, mimbe di l’acadèmîye di langue èt d’ litératûre francèse, èst capåbe dè scrîre so dès sudjets come (dj’èl va dîre è francès, naturél’mint) «Souvenirs deBabel. La reconstruction de l'histoire des langues de la Renaissance aux Lumières» ou bin èco «L'étymon des dieux. Mythologie gauloise, linguistique et archéologie à l'âge classique »
èst dè tchanter «dji n’oûveûre qui l’ londi». (Fåtcreûre qui vos-ovrez timpèsse ci djoû-la !).
Si vos-avez deûs visèdjes, mutwèt årîz-v’ ossu deûs-amoûrs, come Josèphine Baker ? Tins vola mutwè eune qui vos årîz r’loukî a tot tchantant « Quéle bèle wasse ! ». Deûs-amoûrs, dihez-v’-dju : li lingadje èt l’ muzique. Li lingadje, ci sèreût l’ walon come di djusse, èt l’muzique, li cisse qu’on lome li blues, avou minme on p’tit costé muzique di payizan di d’vant l’ guére, çou qu’i nèst måy qu’ine manîre dè djåzer è walon dè « blues rural et d'avantguerre
» èt l’ ci qu’ vos préhîz l’ pus’ si lome li hokum. Et tot l’monde sét bin – s’on-z-a lèhou vosse site internèt’ – qui c’è-st-on janre « puisant ses thèmes dans des circonstances typiquement locales ».
Ciètes, come vos l’ tchantez ossu, « Ci n' sèrè måy pus come divins l'timps », mins nos vola don d’ plin pîds è « Basse Moûse blues » wice qu’on pout rèscontrer « Li rwè dèl rowe d'Erquy » creûh’ler « Gros Louwis » qui djouwéve dèl guitare èt qu’ovréve ås contribucions ou bin co on « Djoyeûs pèheû ». Tins, vola ‘ne tchanson qu’ vos-avez r’pris d’ l’anglès. C’èst vrêy qui l’ janre si tchante pus vite insi divins l’ lingadje da Peete Seger. Çou qui v’s-arive ossu, å rés’ : vos n’ rinoyîz nin ine tchanson è l’anglais.
Mins l’ janre, vos l’avez-st-apêri d’ mêsse manîre avou l’ walon. Li janre. Et la, minme qui l’profèsseûr a d’né on côp di spale a l’ôteûr tot li stitchant è l’ôrèye qui Haust aveût scrî ‘ne sawice qui l’ hokum, c’èsteût-st-ossu … on froumadje di Hêve. Çou qui v’s-a pèrmètou dè trover « Li hokum dè GB ».
Qwand li walon s’mète a tchèrwer divins lès téres la qu’i n’ håbite nin, il î pout trover ‘ne novèle ritchèsse. Et c’èst çou qu’ vos lî avez d’né. Dji m’a minme lèyî dîre qui vos-èstez insi ine sôr di misionêre, dji vou dîre qui vos tchantez sovint di l’ôte dè costé dè payis et qui minme sacwants di vos muzicyins sont dès flaminds.
Adon, tot r’prindant deûs tites di vos albums, dji v’ dîrè : ni sèyéz’ nin «Tot k’mahi», rimètez nos proféciat’ a Daniel Droixhe èt buskintans Elmore D. Et come vos n’èstez sûr nin «Grandiveûs», dji v’ dîrè ossu djans, alans-î d’ine franke pougnêye èt, poqwè nin, «Fans‘ne tchanson» la qu’ vos-avez sûr, come lès cis qu’ont todi ‘ne pèce po mète sol trô, on « Blues po fé 'ne fin ».
Et come on dîreût å spèktåke : Mèsdames, Mècheûs, vos-aplôdih’mints po l’ pri dè mèrite walon deûs mèye ût’ : Elmore D.

En français

Mesdames, Messieurs dans vos titres et qualités.
Chers amis.
Il y a des gens dont on dit qu’ils ont une double vie. Ce qui veut dire qu’il y en a une qu’on connaît et l’autre qu’on cache. Ce n’est pas vrai pour vous puisque vous êtes connu d’une manière comme de l’autre.
Il y a eu aussi docteur Djekill et mister Hyde. Un qui était tout bon et l’autre très mauvais.
Rien à voir avec car les deux personnages sont tout ce qu’il y a de mieux.
Pourtant, c’est vrai, il y a deux personnages. Mais je suis certain que Daniel Droixhe ne sera pas jaloux qu’on remette le prix du mérite wallon à Elmore D.
Ainsi donc, le professeur d’université, membre de l’académie de langue et de littérature française, est capable d’écrire sur des sujets comme (je vais le dire en français, naturellement) «Souvenirs de Babel. La reconstruction de l'histoire des langues de la Renaissance aux Lumières» ou bien encore «L'étymon des dieux. Mythologie gauloise, linguistique et
archéologie à l'âge classique» et de chanter «dji n’oûveûre qui l’ londi ». (Faut croire que vous travaillez vraiment beaucoup ce jour-là !).
Si vous avez deux visages peut-être auriez-vous aussi deux amours ; comme Joséphine Baker ? Tien, en voilà peut-être une que vous auriez regardée en chantant «Quéle bèle wasse !». Deux amours, disais-je : le langage et la musique. Le langage, ce serait le wallon, bien sûr, et la musique, celle qu’on appelle le blues, avec même un côté musique de paysan d’avant la guerre, ce qui n’est jamais qu’une manière de parler en wallon du « blues rural et
d'avant-guerre» et celui que vous préférez s’appelle le hokum. Et tout le monde sait bien – si on a lu votre site internet – que c’est un genre «puisant ses thèmes dans des circonstances typiquement locales ».
Certes, comme vous le chantez aussi, «Ci n' sèrè måy pus come divins l'timps», mais nous voilà donc le plein pied dans le « Basse Moûse blues » où on peut rencontrer «Li rwè dèl rowe d'Erquy» croiser «Gros Louwis» qui jouait de la guitare et qui travaillait aux contributions ou encore un «Djoyeûs pèheû». Tiens, voilà une chanson que vous avez reprise de l’anglais. C’est vrai que le genre se chante plutôt dans la langue de Peete Seger. Ce qui vous arrive aussi, du reste : vous ne reniez pas une chanson en anglais. Mais le genre, vous l’avez marié de maîtresse façon avec le wallon. Le genre. Le hokum,
ainsi. Et là, même que le professeur a donné un coup de main à l’auteur en lui soufflant à l’oreille que Haust avait écrit quelque part que le hokun, c’était aussi … un fromage de Herve.
Ce qui vous a permis de trouver «Li hokum dè GB». Quand le wallon se met à carruer des terres qui ne lui sont pas coutumières, il peut y trouver
une nouvelle richesse. Et c’est ce que vous lui avez donné. On m’a même dit que vous êtes une sorte de missionnaire, je veux dire que vous chantez de l’autre côté du pays et et que même certains de vos musiciens sont flamands.
Alors, en reprenant deux titres de vos albums, je vous dirai : ne soyez pas «Tot k’mahi», remettez nos félicitations à Daniel Droixhe et fêtons Elmore D. Et comme vous n’êtes certes pas «Grandiveûs», je vous dirai aussi : allons, allons-y d’une franche poignée de mains et, pourquoi pas, « Fans ‘ne tchanson » car vous avez certainement, comme tous ceux qui ont toujours une pièce pour mettre sur le trou, un «Blues po fé 'ne fin».
Et comme on dirait au spectacle : Mesdames, messieurs, vos applaudissements pour le prix du mérite wallon 2008 : Elmore D.