• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3149368

En Ville

Mis en ligne le 18/09/2008

Médiacité



La première pierre du bâtiment du Centre RTBF-Liège a été posée ce mercredi sur le site de la Médiacité. Tout devrait aller très vite maintenant…

Il y avait du beau monde, mercredi matin, rue Latour (quartier du Longdoz), juste à côté du Musée de la Métallurgie, pour, à l’invitation de MM. Jean-François Raskin et Jean-Paul Philippot, respectivement président du conseil d’administration et administrateur général de la RTBF, participer à la pose de la première pierre du bâtiment de la RTBF, sur le site de la Médiacité.

En effet, pour cet événement d’importance, on notait notamment la présence du gouverneur de la Province, Michel Foret ; du secrétaire d’Etat Melchior Wathelet, du ministre-président de la Région wallonne André Antoine, des ministres communautaires et régionaux : Fadila Laanan, Marie Dominique Simonet, Michel Daerden, Jean-Claude Marcourt ; du député provincial-président André Gilles, du député provincial Paul-Emile Mottard, du bourgmestre Willy Demeyer, des échevins Michel Firket, André Schroyen et Fouad Chamas , de la députée européenne Véronique Dekeyser, de conseillers provinciaux et communaux, du député bourgmestre de Herstal Frédéric Daerden, de représentants du monde syndical, patronal et associatif et bien évidemment toute la presse liégeoise. (Avec toutes mes excuses si j’ai omis de citer quelqu’un).

Si j’écris plus haut qu’il s’agit d’un événement d’importance, il l’est assurément. En effet, il est plus que probable que sans l’accord de la RTBF d’implanter son nouveau bâtiment sur ce site, le projet de la Médiacité n’aurait jamais vu le jour.

Le plus grand studio TV de la Communauté française

Comment se présentera ce nouvel outil de la radio-télévision du Service Public ? Les bâtiments, d'une hauteur de 5 étages, couvriront une superficie totale de 16.000 m². Ils comprendront un studio TV de 1200 m², haut de 13 mètres – le plus grand de la Communauté française – et un studio complémentaire de 400 m². Le site sera consacré principalement à l'Unité de Programme "Divertissements-Scènes".

On y trouvera également des salles de rédaction et un studio radio. Le centre hébergera quelque 320 personnes, soit une cinquantaine de plus qu'actuellement.
Ce projet représente un investissement de 39 millions d'euros, dont 14 millions seront consacrés à l'équipement technologique, cofinancés par la RTBF et la Région wallonne au travers de la FERI (Financière d'Entreprise et de Rénovation Immobilière). Il fait partie du plan de rénovation de tous les centres de la RTBF, d'un montant de 116 millions d'euros, cofinancé également par la Communauté française. Les appels d’offres relatifs aux marchés de travaux sont en cours. L’attribution des marchés et la désignation des entrepreneurs sont programmés dans les semaines à venir pour un début des travaux début 2009.
Les travaux se dérouleront en deux phases dont la seconde est dédicacée à la construction du ”petit” studio de 400 m2 et de ses infrastructures annexes (régies, décors, maintenance…). Les premiers déménagements auront lieu au printemps 2010.

Des centaines d’emplois grâce à la Médiacité, véritable pôle économique et culturel

Ce nouveau bâtiment de la RTBF s'intègre dans le projet Médiacité, qui regroupe la production audiovisuelle et le « Pôle image » qui accueillera une quinzaine d’entreprises travaillant dans l’audiovisuel ou le cinéma (CoToon, XDC ou encore Hoverlord), les loisirs (8 salles de cinéma du groupe Kinépolis), une patinoire olympique, et le commerce (80% des surfaces commerciales sont déjà réservées).

L’ensemble Médiacité, dessiné par l'architecte israélien Ron Arad (dont la réputation dans le monde est semblable à celle de Calatrava), devrait pour sa part être inauguré en octobre 2009.
Le centre Médiacité qui occupe quelque 6 hectares, sera érigé sur une superficie totale de 160.000 m2 et représente un investissement de 285 millions d'euros. On estime à quelques 1500, le nombre d’emplois directs qui pourraient y être créés.
Après les discours de circonstances qui célébraient cet heureux aboutissement de près d’une dizaine d’année de discussions diverses et parfois musclée à tous niveaux, la première pierre fut posée par le bourgmestre Willy Demeyer entouré de Fadila Laanan, Michel Daerden, Jean-Claude Marcourt et André Antoine.

Vint ensuite le vin d’honneur et le cocktail dinatoire. Les Liégeois présents mercredi matin, se sont un peu étonnés que l’organisateur ait fait appel à un traiteur de Rhodes Saint Genèse pour l’occasion alors qu’il y en a d’excellents en région liégeoises.

Question syndicales

Avant la manifestation, un petit groupe de membres de la CGSP-RTBF, emmené par son président Jean-Claude Renda, a remis aux visiteurs, un « Message aux Forces Vives du Pays de Liège », dans lequel plusieurs questions sont posées à l’administrateur général Jean-Paul Philippot et notamment concernant le développement de l’information locale en radio (un seul studio est prévu), la manière dont les objectifs à atteindre seront atteints suite à la construction de deux studios en deux phases et enfin quid de l’organigramme concernant les différents sites de production.
Le document signale aussi que la délégation syndicale n’ayant pas été conviées à cette cérémonie « attend avec intérêt la réunion d’information programmée le 29 septembre et se réserve le droit d’analyser les informations et de réagir publiquement dans le courant du mois d’octobre.
On peut comprendre, même si la RTBF s’installe durablement à Liège (mais surtout pour son pôle divertissement) que les représentants syndicaux de la RTBF s’inquiète quant à la possible disparition des dernières émissions informatives réalisées à Liège pour la «La Première», ce qui priverait indubitablement les «Forces vives » et l’associatif liégeois de moyens de communication.

Satisfaction personnelle

Cette pose de première pierre, tout comme celle qui eut lieu le 19 juin de l’an dernier (pour l’ensemble de la Médiacité) sont pour moi des motifs de satisfaction personnelle qui comptent dans la vie d’un journaliste qui peut affirmer qu’il a eu raison avant tout le monde.
En effet, le 18 octobre 1995, à l’occasion d’une réunion du comité de quartier «Association pour la promotion du Longdoz» Pierre Grivegnée, à l’époque, administrateur délégué de la société Wilhelm & Co, propriétaire du terrain des anciens laminoirs de l'Espérance Longdoz, annonçait son intention d'y créer une «Cité de l'audiovisuel». Le lendemain, en primeur, j’annonçais ce projet dans les colonnes de «La Meuse». Repris bien vite par la concurrence, le projet suscita longtemps le scepticisme voire les moqueries de certains confrères qui avaient mal digéré le «scoop».
J’avais de suite compris avant tout le monde (même Willy Demeyer était sceptique à l’époque) que ce projet, porteur d’emplois et de redéploiement économique, était non seulement une aubaine pour le quartier mais également pour la ville et le Pays de Liège. C’était il y a presque 13 ans.
Aujourd’hui, tout est en train de sortir de terre. Le projet a quelque peu évolué depuis : il ne s’appellera plus « Cité de l’audiovisuel » mais « Médiacité » mais dans l’ensemble, sa philosophie est restée pratiquement intacte et ses retombées soyons-en sûr, seront proches de celles annoncées à l’époque.
Reconnaissons quand même, qu’avec la nouvelle gare des Guillemins et le Grand Curtius en phase terminale, le début annoncé des travaux pour l’Emulation, l’inauguration du nouveau Musée de la Vie Wallonne tout ne va pas vraiment si mal en Cité ardente, quoi qu’en disent certains. Et ce n’est pas fini, vous verrez…

Gaston LECOCQ

Les photos de haut en bas :

- Vue d’emble de la Médiacité telle qu’elle sera
- Les anciens bâtiments de l’Espérance-Longdoz en 2000
- Une vue de l’assemblée pendant les discours
- Des vues du futur bâtiment de la RTBF-Liège
- La pose de la première pierre avec, de gauche à droite : Jean-Paul Philippot, Fouad Chamas, Jean-François Raskin, Marie-Dominique Simonet, Fadila Laanan, Michel Daerden, Jean-Claude Marcourt, Willy Demeyer et André Antoine
- Ci-dessous une vue du chantier actuel





Gaston LECOCQ