• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3185031

Il y a déja

Mis en ligne le 25/10/2005

Expo Universelle de 1905: Comme si " Proxi-Liège " y était allé. N° 25

Zénobe-Théophile Gramme est né à 20h, le 4 avril 1826, à Jehay. Est-ce cette arrivée au monde alors que le jour est tombé qui l’incitera à présenter à l’Institut de France, quelques 43 ans plus tard, la première dynamo à courant continu ? Nul ne pourra jamais l’affirmer.
En revanche, ce que l’on sait de sa famille, c’est que, au 16ème siècle, elle est établie dans la seigneurie de Warfusée. Ensuite au début du 17ème, par alliances et par fonctions, la famille Gramme se disperse en onze lieux dont Jehay et Wanzoul, où elle fait souche. Quoique né, à Jehay (sans Bodeigné à l’époque), Zénobe-Théophile se rattache au rameau de Wanzoul où l’on trouve trace, début 18ème, de son arrière-arrière grand-père, Jean-François, propriétaire terrien. Jean-Francois engendre Jean-Louis (Président de district, propriétaire terrien) qui engendre Jean-Jacques (adjoint au maire de Vinalmont, percepteur des contributions à Warnant) qui, en temps utile, engendre le papa du papa de la dynamo, Mathieu-Joseph (né à Villers-le-Bouillet, le 28 Floréal de l’an V). Mathieu-Joseph, receveur-délégué des houillères au bureau d’Antheit, né Français, donne naissance à un petit Hollandais, Zénobe-Théophile ainsi qu’à quelques petites Hollandaises. (1) La Révolution de 1830 les fera Belges. Une nationalité que Zénobe Gramme a conservée tout au long des quarante-cinq ans qu’il a résidé en France. Fidélité aussi à sa langue wallonne qu’il pratique tant à Bois-Colombes qu’à Sèvres. Son « Dji tûse, Hortense » l’atteste.

Zénobe Gramme, un séducteur.

Si l’on en croit la légende, Zénobe n’a pas été un brillant sujet à l’école primaire. Mais tout change dès qu’il arrive, à l’âge de neuf ans, à Hannut où il réside durant treize ans. « Trois souvenirs dominent la figure de Zénobe Gramme dans l’esprit de ses vieux amis de Hannut. Ils se souviennent surtout de son esprit réfléchi, de ses dessins verveux et frondeurs, de ses succès auprès des jolies filles de son temps, et aussi des farces énormes qu’il joua à ses contemporains ». (2)
Zénobe a épousé la plus jolie, Hortense dont la fille Zoé a tenu à rehausser, dans le cadre de l’Expo, l’inauguration du monument érigé à la mémoire de son père.

1848, Hannut, le Club des Républicains

Avant d’en venir à l’inauguration proprement dite, attardons nous un peu sur ce que l’on a appelé, en 1848, le « Club des Républicains » dont Zénobe Gramme a fait partie. En 1848, au moment où souffle sur l’Europe, l’esprit révolutionnaire, « les jeunes Hannutois entretinrent même une correspondance suivie avec les hommes politiques parisiens, Louis Blanc, entre autres. Ils tentèrent de propager leurs idées et, certain dimanche, ils s’en furent ‘prêcher’ – comme on disait alors – en un village voisin, à Crehen. Mais Crehen n’était pas mûr pour la bonne parole républicaine. Les orateurs étaient à peine installés dans la salle de cabaret choisie pour y tenir leur assemblée, qu’une foule grondante de paysans, armés de faulx, de fourches et de fusils, s’amassa devant la maison. Les républicains durent déguerpir par les fenêtres et filer vers Hannut, à travers les jardins et les champs, suivis des clameurs furieuses de la populace. Ce fut la mort du Club. Le parquet de Huy intervint, admonesta les jeunes gens (…). Cela n’empêcha point Gramme de rester fidèles aux idées libérales ». (2)
La famille Gramme contrariée par cet incident exile Zénobe à Huy, dans l’atelier de menuiserie des frères Férir. Il ne s’y plait guère, toutefois il tombe en amour de la cité mosane au point que « plus tard, quand il eut inventé sa machine merveilleuse, il alla, à plusieurs reprises, installer à l’extrême pointe de la forteresse un phare électrique actionné par sa dynamo ». (2)

« Le Monument Gramme » érigé par souscription

Le monument Gramme a été érigé par souscription, suite à une initiative prise, le 2 août 1903, par l’Association des Ingénieurs sortis de l’Ecole de Liège voulant rendre hommage à leur illustre membre honoraire décédé le 20 janvier 1901, rue Mertens 6, à Bois-Colombes. La souscription (436 738 €) a été complétée par de généreuses subventions du Gouvernement, de la Province et de la Ville. Outre l’érection du monument, le jour de son inauguration, le 7 octobre 1905, Frédéric Nyst annonce l’apposition d’une plaque commémorative sur la maison natale et l’octroi de bourse aux élèves de l’Ecole industrielle de Liège où Zénobe Gramme a fait ses premières études scientifiques.
Le monument est remarquable. La sculpture de Vinçotte s’harmonise à la partie architecturale due à l’architecte Soubre. « Au centre se trouve le buste de Gramme, en bronze, posé sur un haut socle. L’inventeur repose la main sur une dynamo. Une femme se tient auprès, qui tient des palmes glorieuses et des foudres électriques. Plus bas sont deux groupes, en pierre. L’un représente Gramme à 18 ans, exerçant son premier métier, qui fut celui de menuisier. L’autre, c’est Gramme à l’âge où, en pleine possession de son génie, il médite profondément sur l’invention fameuse qui bouleversa les forces mécaniques ». (3)

Inauguration du « Monument Gramme »

Le bourgmestre Gustave Kleyer souligne que c’est à Liège qu’ont été construites les premières dynamos utilisées en Belgique. « Le monde entier salue le nom de Zénobe Gramme comme celui d’un des plus nobles bienfaiteurs de l’humanité ».

Pour le Ministre du Travail, Gustave Francotte « la dynamo est une des créations les plus belles dont l’esprit humain ait le droit de s’enorgueillir. La durée de vie n’en a pas été prolongée, je le veux bien ; mais les progrès de l’industrie permettent d’accomplir en un même nombre d’années des travaux bien plus considérables. Tout se fait mieux et plus vite qu’autrefois : chaque homme, par les idées et les faits, devient de plus en plus citoyen du monde entier. Gramme est de ceux qui ont élargi l’horizon ».





Zénobe Gramme, récipiendaire du « Prix Volta »

Le directeur de l’Institut électro-technique de Montéfiore, Eric Gérard exprime sa reconnaissance envers la France hospitalière à Gramme. Elle lui a permis de rencontrer d’illustres savants qui l’ont encouragé dans ses travaux. Zénobe Gramme après avoir travaillé chez Heinrich Ruhmkorff, fabricant d’instruments scientifiques, a fondé, en 1871, son entreprise de magnétos électriques. En 1888, l’Académie des sciences lui attribue le « Prix Volta » (300 000 €) dont les précédents récipiendaires ont été Graham Bell et …Heinrich Ruhmkorff ! La même année, le Liégeois est fait officier de la Légion d’honneur.

« Le génie est fait de patience »

Cerise sur le gâteau, Emile Javaux, directeur de la « Société Gramme », un proche collaborateur de Zénobe Gramme depuis 1872. Son discours intéresse au plus haut les ingénieurs présents car il précise la manière dont Gramme s’y est pris dans ses recherches. D’emblée, Emile Javaux précise « ce n’est pas sans raison qu’on a dit que le génie est fait de patience ; quand l’homme a fait une découverte, fruit de longues observations, il n’a rempli que la moitié de sa tâche : il semble ainsi que les progrès de cette découverte ne puissent être obtenus qu’au prix d’une double victoire. C’était le cas de Gramme ; après avoir inventé la machine, il lui restait à trouver les moyens et les méthodes pour l’exécuter ».
S’ensuit un exposé très professoral et très professionnel d’Emile Javaux.
Il appartient à Zoé Gramme de remercier chacun au nom d’Hortense et de la famille Gramme. Plus d’un octogénaire a la larme à l’œil en se remémorant le souvenir de son adolescence passée dans l’amitié du futur inventeur de la dynamo. (à suivre...)

----------------
(1) Etabli sur base des recherches de M. Danet des Longrais, généalogiste-héraldiste à Liège – in « Wallonia » – novembre 1905.
(2) « L’Express » - quotidien liégeois – 7 octobre 1905.
(3) « Wallonia » - mensuel liégeois – novembre 1905.
-----------------
Les photos:
- Zénobe-Théophile Gramme
- Une magnéto de Gramme
- Le monument liégeois à Zénobe Gramme
- Une dynamo de Gramme
- La tombe de Zénobe Gramme au Père Lachaise à Paris.

------------------

Pour relire les épisodes précédents, il vous suffit de vous rendre dans la rubrique "Il y a déjà"





Pierre André