• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3186757

En Ville

Mis en ligne le 14/09/2008

Emulation - Théâtre de la Place : cette fois, on y est !



Tous les obstacles étant surmontés, les travaux de rénovation et d’aménagement de l’Emulation vont enfin pouvoir commencer. Le Théâtre de la Place y jouera dès 2011.

Grand show mercredi dernier dans le hall d’honneur de l’Emulation, avec un Monsieur Loyal (l’échevin des Travaux Jean-Géry Godeau), deux ministres (Fadila Laanan et Jean-Claude Marcourt) un député provincial Paul-Emile Mottard, le bourgmestre Willy Demeyer, l’échevin de la Culture, Jean-Pierre Hupkens, deux architectes Pierre Hebbelinck et Pierre de Wit (deux Liégeois) et le directeur actuel du Théâtre de la Place, Serge Rangoni (la photo de groupe).

Au programme : l’annonce que cette foi, et c’est du sérieux ; tous les problèmes administratifs et financiers ont été résolus tant au niveau Régional (Patrimoine) que Communautaire (Culture) pour que, dès la rentrée de 2011, le Théâtre de la Place actuellement installé provisoirement depuis plus de 25 ans place de l’Yser, s’installe place du Vingt-Août, dans la superbe salle de la société de l’Emulation, en face de l’Université de Liège.
Si je parle de show, c’est que je suis toujours un peu surpris voir un peu agacé lorsque, pendant une conférence de presse (qui en principe ne doit intéresser que des professionnels de l’information), les interventions des uns et des autres présentant ou expliquant l’élaboration du projet, sont ponctuées d’applaudissements. Comme si nous assistions à un spectacle.
Ceci dit, c’est effectivement une très bonne chose pour Liège que cette nouvelle confirmée la semaine dernière, par tous les niveaux de pouvoir.

Revenons sur le projet

Bien que nous vous l’ayons déjà présenté en 2005 et 2006, ce projet génial et dont l’idée revient à l’ancien échevin de l’Urbanisme et des Finances William Ancion, «s'articule sur la réaffectation du bâtiment existant - dont la restauration des parties classées - et son extension afin qu'il puisse accueillir le Théâtre de la Place dans un cadre prestigieux et adapté. Il se base sur la conception d'un lieu évolutif et global. Le bâtiment sera un outil pluridisciplinaire au service de la création, de l'accueil de spectacles théâtraux, chorégraphiques et musicaux d'ampleur internationale et permettra le regroupement des services techniques du théâtre pour une meilleure rationalisation.»

« Le complexe proposera aux spectateurs une grande salle comprenant 558 places avec un plateau de 18 x 21 mètres, d'une petite salle comprenant 145 places. Cette dernière - dotée d'un gradin rétractable pour la transformer en espace de répétition et de création - sera largement ouverte en perspective sur la place du XX Août. »
Au total, la surface utile du nouveau théâtre sera portée à plus de 7800 m2.
« Le bâtiment existant sera affecté à l'identité du théâtre et à l'accueil du public, l'entrée de celui-ci se fera par la façade néoclassique derrière laquelle s'implanteront l'accueil, la billetterie ainsi que le bar-café. Les spectateurs transiteront vers le vestibule classé - équipé d'un vestiaire - qui donnera accès à la grande salle et à la salle d'exposition. La grande salle, dont la configuration actuelle des sièges n'était pas adaptée au théâtre, a été étudiée en tenant compte des nombreux paramètres régissant l'outil théâtral et ses exigences pointues (courbe de visibilité, isolation et diffusion acoustique, mise au noir, confort des spectateurs) et le respect de l'héritage patrimonial du lieu. Il en résulte la création d'un nouveau gradin libre dans la salle, s'appuyant à peine sur le sol et libérant les murs de toute accroche laissant ainsi aux limites de l'espace la définition de la mémoire.

L'intégration des techniques de scène et des équipements techniques en général a été étudiée pour préserver la cohérence et l'esprit du lieu. »
Aux premier et deuxième étages, se trouveront l'espace pédagogique, les sanitaires publics, les salons « Régence » comme espace de rencontre et d'événement ainsi que l'accès à la deuxième salle.
Les derniers niveaux accueilleront tous les services administratifs du théâtre ainsi qu'une conciergerie.
«Outre cette réaffectation, un ensemble de nouveaux immeubles sera construit permettant ainsi une optimisation des espaces de l'ensemble du bâtiment. Les nouvelles parties s'articuleront entre la place du XX Août et la rue des Carmes. Ces constructions accueilleront d'une part les services techniques du Théâtre (accès décors, réserves, les ateliers de couture, décoration, maquillage/perruque, rangement accessoire) les outils nécessaires à la création et à l'accueil des artistes (salle de répétition, loges, foyer,...). Sur la place du XX Août, la mise en avant de la petite salle et sa mise en relation avec la ville révèlera l'existence d'un théâtre contemporain de création dans les lieux. »
« La contrainte liée à la création d'une nouvelle sortie de secours vers la rue Sœurs de Hasque permettra de reconfigurer et valoriser l'espace de la cour et ainsi l'implantation de la Société Libre d'Emulation et des espaces d'exposition du Cercle des Beaux-Arts. »
Le projet reçoit l'accompagnement artistique du plasticien Patrick Corillon dont le travail en cours s'intégrera à la conception générale du nouveau projet notamment via des travaux autour de la transparence.
Le verre et le bois seront largement utilisés dans l'expression des nouvelles interventions, accompagnant et valorisant le bâtiment existant. Ils contribueront à la transparence et la mise en lumière des lieux selon la même philosophie établie en 1934 par l'architecte Julien Koenig. »

Liège devient une véritable métropole culturelle : c’est mieux qu’une capitale d’un an…

Le budget global de la rénovation-transformation se monte à 19,841 millions d'euros, dont 11,3 millions subsidiés par la Communauté française, 3,2 millions (au lieu du 1,2 million initialement prévu) par la Région, et 1,7 million par la Province.
Comme aussi précisé lors de cette conférence de presse : « Le cahier des charges va être affiné, les adjudications lancées et on espère que les travaux, d'une durée de deux ans pourront commencer au deuxième semestre 2009.
C’est au début de la saison 2011-2011 que le nouveau « Théâtre de la Place » (on suppose que le nom restera) ouvrira ses portes sur la place du Vingt-Août pourrait alors accueillir les spectateurs dans ses nouveaux locaux en 2011.
Le théâtre est installé depuis... 1973 dans des locaux alors qualifiés de provisoires, place de l'Yser.
En Outremeuse, où le Théâtre de la Place occupera encore (pour des spectacles spécifiques), l’ancien manège de la caserne Fonck, le bâtiment actuel sera rasé après le déménagement et devrait laisser la place à un parc aménagé avec un kiosque.
Par ailleurs, si pour Jean-Claude Marcourt : « Ce projet est essentiel pour la Ville de Liège », pour Fadila Laanan : «Ce n’est pas par hasard que je soutiens le dynamisme culturel de la Ville de Liège, car il faut savoir qu’en 2006 déjà, le Théâtre de la Place était reconnu comme Centre européen de création théâtrale et chorégraphique.
J'ai également anticipé les coûts de fonctionnement de cette nouvelle structure, qui bénéficiera en 2010 d'un subside annuel d'environ 2,6 millions d'euros. »
Et après toutes ces bonnes nouvelles qui, pour Liège valent mieux, à mon sens, qu’une « année de capitale européenne de la Culture » (car qui en rue est capable de donner le nom de la ville capitale européenne de la Culture cette année ?) la ministre de la Culture et de l’Audiovisuel conclura : « Liège est une Métropole qui a inscrit la culture comme priorité ».
Et avec les autres projets en cours (La Grand Curtius, rénovations de l’Opéra Royal de Wallonie, du Musée d’art moderne et contemporain, la Sound Station), les projets aboutis et terminés (rénovation du Forum, de la Salle Philharmonique, du nouveau cinéma La Sauvenière, la réouverture du nouveau Musée de la Vie Wallonne), je ne pense pas qu’il y aura lieu de se plaindre au niveau culturel liégeois.

Les photos de haut en bas :

- La façade de la Société Royale de l'Emulation à l'heure actuelle. Entourés de rouge, les deux immeubles qui seront démolis pour faire place au nouveau bâtiment.
- Pendant la conférence de presse
- Maquette de l'ensemble: à gauche, la nouvelle partie du théâtre qui sera entièrement vitrée de même que la partie qui émergera rue des Carmes à l'emplacement d'immeubles qui seront aussi démolis. A droite, la façade actuelle qui ne sera pas modifiées.
- Les fauteuils de la grande salle en gradins, seront comme suspendus...





Gaston LECOCQ