• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3184873

Reportage

Mis en ligne le 30/05/2008

Quand le ciel tombe sur Liège


L’orage tropical d’une violence inouïe qui s’est abattu jeudi matin sur Liège et la province a provoqué des dégats pour des millions d’euros. Il n’y a pas eu de victime

Ce jeudi 29 mai sera probablement une date que l’on n’oubliera pas à Liège et ailleurs dans toute la province. C’est sous un ciel d’encre (on se serait crut toujours la nuit) que les Liégeoises et les Liégeois qui se sont levés pour aller au boulot dès 7 heures, ont vu les vannes célestes se déverser sur la ville et sur toute la province. Eclairs fulgurants ponctués de coups de tonnerre, le spectacle était dantesque pour celui qui était au sec. Par contre, sur les routes, en ville, dans les campagnes avoisinantes, l’ébahissement a rapidement fait face à l’inquiétude, puis à la désolation. En effet, l’orage qui s’est déchaîné au même moment, une sorte d’orage tropical mais d’une durée trois ou quatre fois plus importante, s’est rapidement transformé en cauchemar.

Très vite, parce que les égouts ne pouvaient plus suivre le rythme, la place Saint-Lambert et les rues piétonnes avoisinantes étaient transformées en lac ou rivières. La circulation automobile y était impossible, les rez-de-chaussée et les caves des magasins envahis par l’eau boueuse.
Des tunnels sous voie (rue Ste Marie notamment) étaient aussi très vite noyés et des dégâts importants étaient signalés dans pas mal de quartiers de la ville.
Dès 9h, le bourgmestre Willy Demeyer mettait sur pied une cellule de crise regroupant tous les services pouvant être utiles pour l’organisation des secours.

Dans le quartier d’Angleur, au Sart Tilman mais aussi à Ougrée à Seraing et Jemeppe, suite au débordement d’un petit ru, et parce que aussi l’eau ne pouvait s’infiltrer dans le sol (urbanisation en cause), des rues se sont transformées en torrent de montagne à la fonte des neiges. Des rues ont été entièrement dépavées, des immeubles entièrement dévastés, des maisons ont dû être évacuée parce qu’il y avait danger d’effondrement. Des voitures stationnant dans ces rues ont été entraînées par le courant. On y a vu des glissements de terrain, un rocher d’une tonne ayant même été traîné sur plusieurs mètres.

Plusieurs voies de chemin de fer, à Ougrée, mais aussi sur la ligne de l’Ourthe ont dû être fermées à la circulation ferroviaires. Ces sont des dizaines et des dizaines de maisons qui ont vu, soit leurs caves inondées, ou endommagées par des hauteurs d’eau boueuse de 40 cm à près d’un mètre de hauteur. On imagine dès lors, rien que pour les personnes, le chiffre de ces dégâts. Si l’on y ajoute ceux des infrastructures des villes et communes, les chiffres seront faramineux.
Alors que l’orage s’était calmé aux alentours de 10 h, les pompiers ont dû faire face à quelques 2.200 appels. Si aux alentours de 16 heures, la situation semblait complètement rétablie au centre ville, des travaux de déblaiement, de consolidation, de nettoyage etc.. auront encore lieu toute la journée de vendredi.

Et ailleurs…

Nous aussi appris que d’importants dégâts ont été enregistrés à Herstal, Esneux et Tilff, à Sprimont où des toitures ont été endommagées par une pluie de grelons.

La région verviétoise a également souffert où les pompiers ont eut plus d’une centaine d’interventions pour des caves inondées, des routes embouées etc… La basse Meuse n’a semble-t-il pas été épargnées ainsi que le Limbourg où ont a aussi signalé d’importants dégâts.

Visite des bourgmestres et interventions ministérielles


Alors que les bourgmestres de Liège et de Seraing s’étaient rendus aux endroits les plus touchés de leur ville, le minsitre-président de la Région wallonne, Rudy Demotte et Jean-Claude Marcourt, ministre wallon de l’Economie intervenaient dans deux communiqués.
- Pour Rudy Demotte : "Le caractère exceptionnel de cet orage justifie l'intervention du Fonds des calamités. Les critères requis par la loi reconnaissant les calamités naturelles sont rencontrés tant au niveau des inondations que des coulées de boue. D'après le service d'études hydrologiques de la Région wallonne, des précipitations de plus de 55 litres/m2 ont été enregistrées jeudi matin sur un laps d'une heure au niveau du plateau du Sart-Tilman. Au cours des dernières 24 heures, elles ont dépassé le niveau de 100 litres/m2. En conséquence, je solliciterai dès vendredi le gouvernement fédéral pour qu'il se penche sur le cas spécifique de la province de Liège et s'accorde sur la nécessaire intervention du Fonds des calamités".

- Pour Jean-Claude Marcourt : « Suite aux graves inondations qui ont touché la région liégeoise aujourd’hui, j’ai décidé de prendre deux dispositions en faveur des sinistrés.
Il s’agit d’une part de permettre aux communes d’engager du personnel temporaire et à titre exceptionnel pour aider les citoyens sinistrés dans leur procédure de dédommagement. Cette aide sera fournie via le mécanisme d’aide à l’emploi, le système APE.
D’autre part, en ce qui concerne les TPE et les indépendants, des dispositions seront prises au niveau de la SOWALFIN afin de proposer aux entreprises qui ont sollicité des indemnités auprès du fond des calamités de bénéficier de financements à taux zéro pour le montant des indemnités.»





Gaston LECOCQ