• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3199338

En Ville

Mis en ligne le 22/05/2008

La Ville de Liège, grande bénéficiaire des fonds européens !


La Cité Ardente pourra compter sur plus de 108 millions d’euros pour réaliser et finaliser de grands projets : Opéra, Mamac, passerelle sur la Meuse reliant la gare des Guillemins et la Médiacité, etc…
Décidément, les bonnes nouvelles continuent d’arriver en Cité ardente. En effet, lors du Collège communal de ce jeudi 22 mai, le bourgmestre Willy Demeyer a fait rapport de la décision du Gouvernement wallon ( relative à l’attribution des fonds européens « compétitivité régionale et emploi » (ex Objectif 2) pour la période 2007-2015.
Car c’est aussi ce jeudi 22 mai que, dans le cadre du processus de sélection des projets cofinancés par les Fonds structurels pour la période 2007-2013, le Gouvernement wallon a approuvé le choix des projets qui relèvent de l’axe 3 FEDER «Développement territorial équilibré et durable» pour un montant total de 743 millions d’euros pour toute la Wallonie, dont quelques 108 rien que pour Liège.

Trois gros dossiers liégeois, les plus importants

Présentés dans le cadre de la stratégie du Projet de Ville, le Collège avait déposé trois dossiers majeurs : la transformation du quartier des Guillemins s’étendant de la gare TGV à la Médiacité, la rénovation du MAMAC et la rénovation de l’Opéra.
Ces trois dossiers ont été avalisés pour des montants conséquents (les plus importants des décisions prises par le Gouvernement wallon) :
- 30 millions d’euros de budget global pour la place des Guillemins, passerelle cyclo-piétonne enjambant la Meuse et aménagement des quais ;
- 26 millions d’euros de budget global pour la rénovation de l’Opéra ;
- 23,5 millions d’euros de budget global pour la transformation du Musée d’Art Moderne et d’Art contemporain.
Comme le Projet de ville le souhaitait, cette décision assure définitivement la réalisation de la percée urbaine allant de la gare TGV au parc de la Boverie.
Complémentairement au développement du quartier des Guillemins, l’étude internationale menée pour la transformation du MAMAC a convaincu les autorités wallonnes de consacrer des moyens importants pour transformer ce lieu et permettre le renforcement de l’attractivité de l’axe gare – Médiacité.
En ce qui concerne l’Opéra, cette décision conforte définitivement l’implantation de cette institution culturelle majeure à Liège, permettra d’améliorer sensiblement les conditions de travail et de production culturelle de l’ensemble du personnel de l’Opéra, affirmera encore plus l’Opéra comme un lieu de référence dans le paysage lyrique européen et permettra d’accueillir le public dans des conditions optimales. Le cofinancement de la Ville sera de 10% maximum dans ces dossiers.

D’autres dossiers qui vont aussi dans la bonne direction : assainissement de terrain, création d’un centre pour le design, concrétisation du Mnema, mobilité, Trilogiport etc…

Par ailleurs, le Collège s’était concerté avec d’autres instances pour qu’elles déposent plusieurs dossiers favorables au développement du territoire communal.
Par conséquent, le Collège se réjouit des décisions favorables pour plusieurs dossiers qui permettront à la ville de Liège de :

Réaffecter des terrains à des fins économiques

- dépollution et requalification du site industriel LBP à Chênée par la SPAQUE (budget total 5 millions) ;
Ce site de 9 ha a un haut potentiel de reconversion permettant de redéployer des activités économiques. Au-delà de la dépollution du site, il s’agira de mettre fin à la nuisance visuelle importante que constituent les bâtiments à l’abandon.

- assainissement du site de l’ancien charbonnage du Levant à Rocourt par la SPAQUE (budget total 3 mios) ;
Le site se compose essentiellement d’une grande friche sur laquelle on peut encore distinguer quelques ruines et dépôts. Les entrées de l’ancien charbonnage sont encore visibles. Dans son état actuel le site a un impact visuel négatif et détériore ainsi le potentiel attractif de cette zone à la fois économique et d’habitats.
Le périmètre est situé à front de la rue des Français, voie principale reliant Ans à Rocourt. Cette voirie est accessible directement via les sorties d’autoroute d’Ans et Rocourt. Quelques parcelles du périmètre sont réaffectées et accueillent une PME (Shurgard), soit environ 5% du site. Le solde est libre d’occupation.
Dans son état actuel, le site présente donc un potentiel de reconversion socioéconomique.

- dépollution et requalification des terrains entourant la gare de Bressoux jouxtant Droixhe par la SPAQUE et la SPI+ (budget total 5 mios).
Les parcelles polluées (activités de ferrailleurs) seront décontaminées par la SPAQUE pour pouvoir être réaffectées en zone d'activités économiques spécialisées dans l'alimentaire, conformément au schéma de développement économique de la Ville de Liège.
Une voirie équipée remplacera le chemin d'accès actuellement existant, de manière à desservir les terrains assainis et les autres parcelles déjà occupées et permettre un accès à la future plate forme multimodale de la SNCB.
Une zone tampon sera créée entre la zone économique et la rue Dieudonné Defrance afin de préserver les habitations proches. Après assainissement, les terrains seront vendus aux entreprises par la SPI+.

Soutenir des secteurs économiques d’avenir

- Création d’un centre de design aux Guillemins (budget total 1,5 millions) ;
Il s’agit de créer sur une partie d’un terrain appartenant à la Ville rue Paradis, un centre destiné à développer le design en tant que secteur économique à part entière. Ce bâtiment de promotion du design sera composé de salles d’exposition et d’un centre d’accueil pour les entreprises de ce secteur. Ce dossier est porté par la SPI+, en collaboration avec l’ASBL Wallonie Design et la Ville de Liège.

Développer un nouveau pôle d’attraction au centre-ville
- réalisation du dossier MNEMA aux bains de la Sauvenière (budget 7,3 millions ) ;

Ces moyens doivent permettre de rendre irréversible la création de ce lieu d’échanges, de savoir, de mémoire et de création porté par « Les territoires de la mémoire ».

Améliorer la qualité de vie et développer l’habitat

- réalisation du plan de mobilité d’Ans-Rocourt (12,5 millions)
Les PCM d’Ans et de Liège avaient mis en évidence les difficultés en terme d’accessibilité et de déplacement dans le secteur Ans-Rocourt.
Conscients des enjeux actuels et futurs, les autorités communales (Ans et Liège) et régionales se sont associées à 5 acteurs privés (Cora, Décathlon, Kinépolis, Leroy-Merlin et Makro) pour réaliser une étude (2004) dans le but : d’apporter des solutions aux problèmes actuels ;de définir les infrastructures nécessaires pour permettre les développements projetés, dont le principal est la mise en œuvre de la ZACC des Anciens Charbonnages (70 hectares dédiés au logement).
La réalisation d’une liaison entre le débouché de l’E313 et la Chaussée de Tongres constitue l’élément essentiel de l’étude. Cette liaison doit longer l’autoroute et déboucher à hauteur du Kinépolis.
Cette liaison doit : soulager certains quartiers actuels (Croisiers, Visé Voie) et permettre le développement de la ZACC des Anciens Charbonnages. Son financement est une excellente nouvelle pour le quartier.
L’aménagement du carrefour rue des Français / Vicinal / Arbre Courte Joie qui constitue une des principaux points noirs de la zone est également financé.

« En sa qualité de Président de la Conférence des Bourgmestres de l’agglomération liégeoise, Willy Demeyer et l’ensemble du Collège communal notent avec grande satisfaction que des dossiers structurants pour l’ensemble de l’arrondissement (bld urbain à Seraing, requalification urbaine à Herstal, Trilogiport, extension de GIGA, …)ont reçu les financements nécessaires. Ils confirment la pertinence du concept de « Communauté urbaine de projets » pour l’affirmation de la métropole liégeoise. »

Avec tout ça, si Liège ne se trouve pas sur les bons rails pour entrer dans le 21ème siècle, que vous faut-il de plus ?





Gaston LECOCQ