• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3124815

Sport

Mis en ligne le 20/03/2008

La 3ème étape de la "Vuelta 2009" à Liège, le 1er septembre


On l’avait déjà annoncé l’année dernière. C’était dans l’air. Une étape de la « Vuelta », autrement dit «Le Tour d’Espagne», passera par Liège et y conclura sa troisième étape.
Depuis le jeudi 13 mars, c’est officiel. En effet, c’est dans les salons du Palais Provincial que le directeur général de la société Unipublic, organisatrice du Tour d’Espagne, M. Victor Cordero, a signé, en présence des députés provinciaux André Gilles (Président et Grands événements) et Christophe Lacroix (Sport), l’acte officiel de l’arrivée de la Vuelta à Liège ainsi que le détail du parcours de la 3ème étape sur le sol de la Province.
Pour la Province de Liège, la boucle est ainsi bouclée, après avoir accueilli le départ du Tour de France en 2004 (à Liège) et celui du Giro d’Italia en 2006 (à Seraing).

Et les députés provinciaux qui ne boudaient pas leur plaisir, ont expliqué que cette arrivée se situait parfaitement dans la politique des grands événements définie par le Collège provincial pour sa mandature 2006-2012.
C’est dans un espagnol presque parfait que Christophe Lacroix a salué la présence de Victor Cordero et de son collaborateur, le secrétaire général d’Unipublic, Javier Guillen Bedayo.
Christophe Lacroix a aussi rappelé que c’est il y a près de trois ans que la Province ayant appris que la Vuelta partirait des Pays-Bas, entreprit les démarches pour que le troisième plus grand tour cycliste d’Europe passe également par Liège. Chose faite et conclue ce 13 mars.

Pourquoi un départ des Pays-Bas ?

Victor Cordero, originaire des Asturies, comme la quasi majorité des Espagnols vivant en Province de Liège où ils sont quelques 12.000 (sur 38.000 en Belgique), a expliqué que passer par Liège, était une opportunité rare et qu’il ne fallait pas la rater.

Il dira aussi : «Je suis heureux de cette collaboration. Pour nous, c'est un grand défi que nous relevons, dès le moment où la Vuelta sort de ses frontières. Après Lisbonne en 1998, ce n'est que la deuxième fois que nous partons en dehors de l'Espagne. Faire se déplacer 2700 personnes à 1500 kilomètres de nos bases, ce n'est jamais simple. Pour Liège, qui a déjà organisé avec succès, un départ du Tour de France et un départ du Giro, nous n’avons aucune inquiétude , même si nous devons coordonner le travail de quatre corps de police différents (hollandais, belges, catalans et espagnols...). On avait l'embarras du choix au niveau des candidatures mais on a retenu Liège parce que vous avez l'histoire de Liège-Bastogne-Liège et un public de passionnés, sans doute le plus fervent d'Europe.».
Et quand on lui demande pourquoi la Vuelta partira des Pays- Bas en 2009 ? «Vous savez, l’Espagne et les Pays-bas ont établi beaucoup de liens et la Vuelta, c’est aussi une entreprise. Si nous partons des Pays-bas en 2009, c’est en quelque sorte pour honorer et remercier les quelques 4 à 5 millions de Hollandais qui viennent passer leurs vacances chez nous chaque années ».
Il n’y a donc là aucun anniversaire historique officiel. Pourtant, 2009, sera quand même une année anniversaire si l’on peut dire. En effet, c’est en 1549 (il y aura donc 460 ans en 2009) que les Pays-Bas bourguignons, (dont faisaient partie la Flandre et les Pays-Bas actuel sauf le Limbourg faisant partie de la Principauté de Liège) sont pleinement devenus espagnols par la « Pragmatique Sanction » promulguée par Charles Quint.

La Vuelta et les pièges de Liège-Bastogne-Liège

Parce qu’il y a encore des négociations en cours et que tout n’est pas encore signé, Victor Cordero n’a pas divulgué le parcours de la Vuelta sur l’intégralité du parcours hollandais ni en Espagne à fortiori.

Ce dont il a parlé c’est que la Vuelta verrait son prologue se disputer à Assen (le samedi 30 août) sur la piste du tout nouvel aéroport et qu’elle arriverait à Liège, le 1er septembre, terme de la troisième étape au départ de Venlo et longue (la plus longue d’ailleurs) de 210 km..
Le directeur général d’Unipublic en a profité pour féliciter l’excellent travail accompli par Joseph Crotteux (directeur général des Grands Evénements à la Province et familièrement surnommé Pepe) pour la réalisation du tracé liégeois.
Même si les coureurs entreront par Mouland (prov. Limbourg ex-prov. de Liège), ils ne feront pas plus de 2,1 km avant d’arriver sur le sol liégeois à Visé. Dès le passage de la frontière, il leur restera encore quelques 90 km pour terminer l’étape qui, selon les spécialistes, pourrait déjà s’avérer cruciale pour la victoire finale.

De Visé, direction Berneau, Warsage, Aubel, Clermont, Thimister, Battice, Petit-Rechain, Verviers, Wegnez, Pepinster, Theux (Mont-Theux, côte bien connue de Liège-Bastogne-Liège dont on se trouve dès lors sur l’ancien parcours), Louveigné, Gomzé-Andoumont , Les Forges (avec la fameuse côte), Beaufays, Chênée, et l’entrée en ville par le quai des Ardennes, le quai de Rome, l’avenue Blonden et l’avenue Rogier.
Les coureurs, juste en face du fameux «Torè» (un symbole aussi pour les Espagnols), passeront une première fois la ligne d’arrivée avant de commencer un circuit urbain de quelques 20,1 km.

Circuit urbain

Sur ces 20,1 km, la Vuelta traversera la Ville, par le bd d’Avroy, le bd de la Sauvenière, la rue Joffre, la place Saint-Lambert, les rues de Bruxelles, Fontainebleau, Bagolet, Jules de Lamine, les boulevard Olympe Gilbart, Carton de Wiart et Sainte-Beuve, la place Saint-Nicolas, la rue Saint-Nicolas, la place des Marronniers et la Chaussée De Gaulle, avant d’arriver à Saint-Nicolas. Ce seront alors les rues de l’Espérance, Jean Jaurès, François Cloes, la place Vandervelde, les rues Chantraine et Pierre Wathieu qui verront passer les quelques 2700 membres des officionados, de la caravane et les coureurs d’une Vuelta avide d’en terminer pour la journée. Mais après St Nicolas, il faudra encore passer par Grâce-Hollogne, par les rues des Meuniers et Toutes Voies, avant d’arriver à Jemeppe (Seraing). Là, les coureurs emprunteront les rues Sualem, de la Station, J. Wettinck, Grand-Vivave, du Pont, avant d’arriver quai Destrée.

On arrivera alors sur la partie qui sera probablement l’une des plus rapide de la Vuelta puisque avec le quai des Carmes, le quai du Halage, puis sur Liège, les quais du Bac, Vercour, Timmermans, Banning, de Rome et l’avenue Blonde (à nouveau) les coureur auront une ligne droite et plane sur près de 8,1 km, avant de franchir la ligne avenue Rogier. Du beau spectacle en perspective.
Une grande fête en perspective. Et on reparle du Tour de France
Christophe Lacroix et André Gilles sont (et on le serait à moins) heureux de la tournure des événements, même si, comme ce fut le cas pour le Tour de France et le Giro, les membres de la caravane ne restent pas plus longtemps en Cité ardente. En effet, tout ce beau monde embarquera le jour même à Liège Airport (Bierset), pour se retrouver quelques heures plus tard sur la Costa Brava en Espagne pour une journée de repos.
Néanmoins, et pour cela on peut compter sur l’ingéniosité des organisateurs provinciaux, ce sera une fameuse fiesta. En effet, on sait combien les Espagnols (qu’il soient de Liège ou d’ailleurs) sont attachés au cyclisme. C’est dire s’ils seront nombreux à Liège le 1er septembre. D’autant comme l’a annoncé Christophe Lacroix : « Tout sera fait pour mettre en valeur la culture, mais aussi la gastronomie espagnole, sa musique, etc…) tout au long des mois qui vont précéder le passage de la Vuelta. Le jour même, une grande féria sera organisée à Liège avant l’arrivée et le soir, nous convierons le public à assister à un grand concert avec une vedette espagnole à renommée internationale.

C’est ainsi que nous pouvons déjà dire à nos lecteurs d’origine espagnole : «Bienvenida al Vuelta 2009 en Lieja y que el mejor gana!»

Lors de cette séance de signature, André Gilles et Christophe Lacroix ont annoncé que de sérieux contacts étaient déjà pris avec le nouveau patron du Tour de France pour une arrivée du Tour en 2010 et pourquoi pas, un nouveau départ de la « Grande boucle » en 2012.

Les photos de haut en bas :

- De gauche à droite : Javier Guillen Bedayo (secrétaire général Unipublic) Christophe Lacroix, Victor Cordera (directeur général d’Unipiblic), André Gilles, Mme Josette Michaux (présidente du Conseil provincial), et Joseph Crotteux.

- La signature des accords
- Poignée de main.
- Parcours en Province
- Parcours urbain





Gaston LECOCQ