• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3184874

Médias

Mis en ligne le 21/02/2008

Au revoir John


C’est ce mercredi 20 février que, à l’âge de 64 ans, notre confrère John Erler est décédé à Spa, des suites d'une longue maladie.
Personnalité forte et attachante, John Erler avait au moins deux passions : le journalisme et la politique. Il en fut d’ailleurs un militant …éclectique.
Ce journaliste bien connu à Liège et dans les régions spadoises et verviétoises a fait partie, pendant plusieurs années, de la rédaction de "La Gazette de Liége". Entre 19890 et 1990, il avait notamment couvert l’actualité politique du Gouvernement wallon pour la Libre Belgique. Il collabora également au journal « Le Matin ».
Sur le plan politique, John Erler a été le dernier bourgmestre de Francorchamps (le plus jeune bourgmestre de Belgique à l’époque) avant la fusion avec Stavelot en 1977.
Il a aussi été pendant quelques mois le porte-parole du PSC à la Région Wallonne. Sur le plan local, Il a aussi participé activement, au début des années nonante, à la création du groupe "PARI" à Jalhay, le groupe de l'actuel bourgmestre Claudy Grégoire.
Mais en fin de carrière, ce fut au Mouvement wallon pour le retour à la France (MWRF) qu'il choisit de militer. En octobre 2006, il était d’ailleurs tête de liste du MRWF au district de Spa pour la Province.
John Erler couvrait aussi l'actualité culturelle et s’était passionné pour Simenon. A un point tel qu’il écrivit la pièce "Les mémoires de Maigret", interprétée avec un certain succès par le Théâtre de l’Etuve et jouée à Liège et à Stavelot ainsi qu’au «Festival Simenon» aux Sables d’Olonne.
Une autre de ses passions : le football. Et ce n’est pas par hasard qu’il s’était aussi investi dans la direction des clubs de football de Trois Ponts et de Stavelot.
Les obsèques de John Erler seront célébrées ce vendredi 22 février à 14H en l'église de Spa.
A ses parents, ses amis, sa famille, nous présentons nos sympathies les plus sincères. Au revoir, John, on t'aimait bien...











Jacques Chaumont et Gaston Lecocq