• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3111805

Politique

Mis en ligne le 11/02/2008

Jean-Claude Marcourt remet les pendules à l’heure à propos de la mobilité des travailleurs wallons. «Il y a 2 x plus de salariés wallons qui vont travailler en Flandre que de salariés flamands qui travaillent en Wallonie.»

«Contrairement à certaines idées reçues, les Wallons sont mobiles et vont travailler dans une autre région. Il y a 2 x plus de salariés wallons qui vont travailler en Flandre que de salariés flamands qui travaillent en Wallonie. »
Le ministre wallon de l’Economie et de l’Emploi, Jean-Marcourt a réagi vivement aux déclarations entendues ce week-end et ce matin encore dans l’interview accordée au Soir par Etienne Schouppe.
«Au total, 18% de Wallons travaillent dans l’une des 2 autres régions du pays contre 12% de Flamands. Les Wallons sont également nombreux à travailler dans un pays limitrophe. (31 000 au Luxembourg, 4 700 en Allemagne, 4 100 en France et 750 aux Pays-Bas.) Que nous puissions faire mieux, c’est certain ; qu’il faille poursuivre dans la voie initiée en 2006, j’en suis le premier convaincu. Mais comme Ministre wallon de l’Economie et de l’Emploi, je sais mieux que quiconque les nombreuses mesures mises en place grâce au Plan Marshall.»
Le ministre a rappelé les différentes mesures prises pour favoriser la mobilité des travailleurs wallons.

- En 2007, 227 000 offres d’emploi ont fait l’objet d’un échange automatique entre Forem, VDAB et ACTIRIS.
Des structures opérationnelles ont été mises en place au FOREM et un pôle de conseillers bilingues a été créé. Il est constitué de :
- 3 équipes de 3 conseillers en recrutement centralisées dans les 3 zones limitrophes (Ouest, Centre, Est). Leur rôle est de gérer activement les offres du VDAB et de les adresser, par mailings ou sms ciblés, aux demandeurs d’emploi wallons. Ils sont en contact permanent avec leurs homologues flamands.
- 10 conseillers en mobilité interrégionale décentralisés dans les Directions régionales, donc proches des demandeurs d’emploi. Leur mission est d’accompagner la démarche de mobilité, d’informer, de sensibiliser les DE wallons, de les aider à rechercher un emploi en Flandre, à rédiger leur cv et leur lettre de candidature en flamand, à s’inscrire sur le site du VDAB, à s’exercer à un entretien d’embauche en néerlandais…
- 1000 offres d’emploi venues des autres régions ont été gérées « activement » en 2007.
- 7200 demandeurs d’emploi wallons ont reçu au moins une offre d’emploi d’une autre région.
- Par ailleurs, le Banenmarkt, bourse de l’emploi organisée le 29.09.07 sur l’ensemble du territoire flamand, a permis à quelque 1.500 demandeurs d’emploi wallons de rencontrer des employeurs flamands.
- Une 1ère expérience de Jobdating a été menée à Tongres le 29.11.07 dans le secteur de la logistique. 20 DE s’y sont présentés.
- Participation au Forum de l’Emploi de l’Eurométropole à Courtrai le 12.12.07. Tous les services du FOREM de Tournai et de Mouscron ont massivement relayé l’information afin de mobiliser un maximum de participants. Au total, 924 Wallons étaient présents à Courtrai, soit un tiers des participants à l’événement, soit aussi quasi le double du nombre de participants picards au Banenmarkt. Cette hausse importante semble indiquer que le mouvement est maintenant lancé et que les efforts consentis pour favoriser la mobilité des demandeurs d’emploi wallons commencent à porter leurs fruits.
- Avant la fin de ce mois, le FOREM et le VDAB proposeront un plan d’action opérationnel et très concret en manière telle que l’objectif de 5.000 offres d’emploi, traitées de façon très pointues, soit réellement atteint en 2008. Ce plan s’articulera autour des pistes suivantes :
- offres d’emploi mieux ciblées et clairement décrites notamment concernant le niveau d’exigence linguistique et les compétences réellement attendues,
- identification, par le VDAB, des profils fréquemment demandés par sous-régions en Flandre afin de pouvoir y positionner les DE wallons en les préparant via du jobcoaching ou de la formation,
- sensibilisation des employeurs flamands à la possibilité d’engager des DE wallons tout en les formant sur le poste de travail via le « taal-IBO » (PFI langue) ou le Chèque-formation flamand,
- organisation régulière de Jobdatings par secteur d’activité dans les implantations du FOREM et du VDAB,
- meilleur ciblage par les conseillers en mobilité interrégionale du FOREM des DE wallons qui présentent des caractéristiques susceptibles d’être valorisées sur le marché de l’emploi flamand.

Enfin, pour ce qui concerne la problématique de la mobilité, le ministre des Transports a marqué son accord sur la gratuité des transports en commun pour les demandeurs d’emploi wallons qui se déplacent en Flandre dans le cadre de leurs démarches de recherche d’emploi. Des discussions sont en cours avec l’ensemble des sociétés de transports impliquées (TEC, De Lijn, Stib, SNCB) afin de proposer un titre de transport unique et combiné. Toutefois, en attendant que ces négociations aboutissent, une pochette comprenant un libre-parcours TEC et un libre-parcours De Lijn sera proposée aux demandeurs d’emploi concernés.
«Maintenant, il est important de rappeler que certains métiers connaissent, en Wallonie, la même pénurie qu’en Flandre. C’est le cas pour les métiers du bâtiment par exemple. On peut donc répéter sans arrêt qu’il y a des emplois disponibles dans ce secteur en Flandre, nous répondrons de la même façon que nous aussi, en Wallonie, nous ne trouvons pas preneurs pour ces jobs» a encore précisé le ministre.