• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3096812

Politique

Mis en ligne le 04/02/2008

Triste journée au Parlement européen pour La Poste


Les membres de la délégation PS belge s’opposent fermement à la libéralisation du secteur postal que le Parlement européen a voté ce jeudi 31 janvier.

La droite parlementaire a fini par imposer son point de vue en menant le débat de manière totalement idéologique sur un secteur qui grâce au domaine réservé parvenait à se financer sans rien demander aux contribuables,

Refusant toute possibilité de compromis, le rapporteur s'est refugié derrière une position du Conseil bien en-deçà des résultats obtenus en première lecture par le Parlement européen.

Le prix de l'accord est élevé: pas de sécurité de financement du service universel, pas de sécurité juridique, pas de respect des normes sociales pour les travailleurs des entreprises postales européennes pas de garantie de service universel c'est-à-dire un courrier pour tous à un prix raisonnable dans des délais normaux.

En échange, les services postaux sont livrés à une concurrence qui se paie sur les salaires (voir ce qui se passe en Allemagne à propos de la discussion sur les salaires minimum) et sur l'emploi, sur les services offerts aux consommateurs qui risquent de devoir payer le prix du compromis du Conseil.

La libéralisation du secteur postal restera une journée triste au Parlement européen.