• Visiteur(s) en ligne : 10
  • |
  • Visiteurs total : 3202850

Musique

Mis en ligne le 24/01/2008

Le Philharmonique à Turnhout et Liège, d’autres mondes….

Au nord-est de la province d’Anvers et à une trentaine de kilomètres seulement au sud d’une ligne que forment trois villes du Nord-Brabant aux Pays-Bas (Breda, Tilburg et Eindhoven), Turnhout, ville d’une quarantaine de milliers d’habitants, « Capitale de la Campine », est fière de son foyer culturel moderne, construit en centre-ville, au cœur d’une zone verte de deux hectares : « De Warande ».
Non cette appellation qui signifie simplement « Le Parc » n’a rien à voir avec le « Gaulois flamand » de Bruxelles, cet autre « Warande » qui réunit les dirigeants des milieux économiques et politiques qui se veulent souvent à la fois les plus huppés et les plus pointus des Flamands comme en a témoigné un manifeste en faveur d’un confédéralisme quasi indépendantiste.
Nous avons demandé à pouvoir accompagner l’Orchestre Philharmonique de Liège qui se produisait au centre culturel de cette cité de taille moyenne. Ce souhait fut rencontré et nous avons même bénéficié de l’excellente conduite de l’attachée de presse Séverine Meers qui est aussi (en plus d’une jeune maman) une assistante artistique compétente et dynamique de la direction de notre Philharmonique.
Cette soirée fut intéressante pour de multiples raisons :
- a) d’abord parce que notre orchestre a été très apprécié : il a confirmé son haut niveau de qualité en dépit d’une acoustique trop dure notamment pour le troisième concerto de Sain-Saens.

- b) ensuite parce que nous avons eu la confirmation de la confiance que l’on peut accorder à l’équipe de Jean-Pierre Rousseau dans le choix d’invités talentueux : deux jeunes Ukrainiens avaient été conviés l’un (le chef Kirill Karabits) à diriger l’orchestre, l’autre (le violoniste Valéry Sokolov – la photo) à se produire comme soliste de ce troisième concerto de Saint-Saens. Ils furent tous les deux vraiment remarquables d’aisance et de naturel, de justesse et de virtuosité. Et ce qui ne gâche rien, invités à une réception après le concert ils s’exprimèrent, le premier en français, le second en anglais, avec facilité et intelligence, ces musiciens cultivés associant l’orchestre aux félicitations qu’ils recevaient. Ils dirent en substance : nos parents ont voulu que nous donnions toute notre enfance et toute notre adolescence à la musique, ce fut souvent dur mais aujourd’hui, la musique nous rend bien en qualité de vie les efforts qu’elle nous a demandés.
- c) pour sa 80ème saison la « Koninklijke turnhoutse concert-vereniging » organise un cycle de concerts à «De Warande ». En novembre la soprano Barbara Hendricks avait précédé l’OPL qui était suivi en janvier par « De Filharmonie » (principal orchestre classique de la Communauté flamande). Arrivent-ils à remplir dans cette Ville chaque fois une salle de 700 à 800 places ? Cette question fait sourire : avant le premier concert de la saison, toutes les places sont vendues pour tous les concerts auxquels on ne peut donc assister qu’en achetant un abonnement. D’autre part, chaque concert est sponsorisé par des mécènes majeurs dont la plupart sont néerlandais, les traditions étant différentes en Belgique (y compris en Flandre) et aux Pays-Bas qui sont intéressés par la proximité de Turnhout. Le concert de l’OPL était largement pris en charge par la banque privée Antaurus « vertrouwd beleggen » qui se recommande donc pour des investissements en confiance (www.antaurus.com), son principal dirigeant étant un homme souriant d’apparence jeune et athlétique, d’expression anglaise (avec les artistes) et à la couleur de peau du plus beau noir.
J’ai enfin constaté que seules quelques personnes âgées parlaient entre elles, à certains moments, en français.
Cette cité de la Campine anversoise a donc bien reçu nos musiciens. Ce sont cependant deux mondes voisins mais très différents que ceux de Turnhout et de Liège Dans une autonomie réciproque, ces différences peuvent nous enrichir. Ce serait le cas si le secteur privé accordait chez nous plus d’attention aux manifestations culturelles.





Jean-Marie ROBERTI