• Visiteur(s) en ligne : 8
  • |
  • Visiteurs total : 3200963

En Ville

Mis en ligne le 12/01/2008

Ils sont contre tout ces Liégeois


Comme il est défini dans le projet ville, le développement du tourisme est un élément essentiel et réaliste de reconversion économique. Si l’offre et la promotion sont des axes majeurs, l’accueil du visiteur en est un autre tout aussi important. Au côté d’une infrastructure hôtelière en plein développement, il faut également proposer une offre variée de logements pour courts séjours afin de viser tous les types de publics et de répondre à la demande croissante d’un tourisme familial.
Liège, métropole eurégionale et première ville touristique de Wallonie, se doit d’offrir à ses nombreux visiteurs une infrastructure d’accueil pour touristes et campeurs de passage.
C’est à cela que s’est, entre autres, attaché le cabinet de l’échevin de l’Urbanisme, de l’Environnement et du Tourisme Michel Firket qui, fin de l’année dernière a présenté quelques projets concrets en matière matière touristique.
Et notamment : un relais nautique sur le Canal de l’Ourthe, la Maison Simenon (en Outremeuse), une aire pour motor-homes et un camping dans le Haut des Tawes.
Comme l’explique Michel Firket :
« Après réflexion quant à la localisation d’une telle infrastructure, il est apparu que les zones de loisirs existantes n’offraient pas les conditions adéquates permettant d’accueillir une telle infrastructure. Actuellement, ce type d’équipement n’existe pas sur le territoire communal liégeois. La création d’une telle infrastructure participe au projet mené par la Ville de Liège de développer une politique globale de tourisme urbain, culturel, patrimonial, et vert, ce qui permet de diversifier l’offre en équipement d’accueil.
Idéalement situé à proximité du centre-ville et de son cœur historique, des Coteaux de la Citadelle qui proposent un parcours exceptionnel de promenades et un panorama étonnant sur la ville ainsi que d’un pôle commercial local (Sainte-Walburge), le site proposé (Haut des Tawes) bénéficie en outre d’une situation adéquate en matière d’accessibilité : proximité du réseau autoroutier via l’échangeur de Vottem ; transports en commun proches et fréquents vers le centre-ville.
A cet endroit, cette infrastructure d’accueil bénéficierait d’une zone calme et tranquille, loin des nuisances sonores de la ville et à l’écart du voisinage. Les infrastructures et installations fixes durables s’implanteront dans l’actuelle zone d’habitat (zone normalement équipée), à proximité de la voirie existante (rue Haut des Tawes), tandis que la nouvelle zone de loisirs accueillera principalement les infrastructures mobiles. La mise en œuvre de ce projet ne rencontrera donc pas de difficulté, cet équipement ne nécessitant pas la mise en œuvre de techniques particulières ni d’infrastructures importantes."

Déjà une pétition contre

Le 7 janvier dernier, deux habitants de la rue des Cotillages (à proximité du site) envoyaient au Collège échevinal, une lettre de protestation et une pétition concernant ce projet. La voici :
« Nous souhaitons par la présente, au nom des 440 signataires de la pétition en annexe, faire part de notre volonté de voir abandonné le projet de camping urbain sur le site des Tawes, et, d’une manière plus générale, de voir le site conservé dans son état actuel.
Il serait effectivement dommage de ne pas protéger un site naturel exceptionnel à proximité du centre ville, abritant oiseaux, écureuils, renards, blaireaux, que des allées et venues de véhicules et une présence bruyante permanente feront fuir.
Le site des Tawes est actuellement utilisé, à leur plus grande satisfaction et en parfaite symbiose avec la nature, par de nombreux concitoyens, adultes et enfants, pour leurs activités de sport, de promenade ou de scoutisme.
Les nuisances prévisibles en matière de bruits et de déchets ménagers non maîtrisés nous semblent non compatibles avec la proximité immédiate d’habitations individuelles.
Le site des Tawes mérite également d’être protégé pour son intérêt historique, s’agissant d’un ancien site de charbonnage et de par la présence du mémorial au sacrifice de Walthère Dewez.
Le faible service des transports en commun sur les alentours du site présente par ailleurs un inconvénient pour le public vraisemblablement visé. Un site comme Coronmeuse par exemple, n’abritant pas une faune et une flore exceptionnelles, moins utilisé par les promeneurs, plus proche du centre et en conséquence mieux desservi par les transports en communs, nous paraîtrait plus approprié.»

Et voilà, encore un projet qui risque de ne jamais voir le jour parce que cela gène quelques uns du quartier. Décidément, à Liège, il n’y a vraiment plus moyen de faire quoi que ce soit. Dans cette lettre, on parle de protection du site, qu’il y a une faune et une flore à protéger, mais aussi que des scouts y viennent, que de gens s’y promènent, qu’on y joue au football…C’est cela un site protégé ?
Un camping moderne, aujourd’hui, ce n’est plus un chancre au milieu de la verdure, il participe aussi à la protection de son environnement. Et tout le monde en profite.
Pour celles et ceux qui ne seraient pas du même avis, je tiens à préciser que nous avons aussi le droit de donner le nôtre (d’avis) et que nous ne reviendrons pas sur le sujet pour le moment.





Gaston LECOCQ