• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3200813

Politique

Mis en ligne le 30/11/2007

L’Union Socialiste Communale de Liège dit : «Assez d’inaction et «NON» aux primes aux perdants»


Le Comité Central de l’Union Socialiste Communale de Liège, regroupant l’ensemble des sections liégeoises, s’est réuni ainsi que son Exécutif sous la présidence de son nouveau président, Jean-Maurice Dehousse.
L’U.S.C. exprime sa vive inquiétude devant la montée incessante des prix, la diminution du pouvoir d’achat, et l’inaction totale qui prévaut à cet égard au niveau fédéral alors que les grandes sociétés, notamment pétrolières, engrangent des bénéfices exceptionnels que nul ne songe à taxer pour venir en aide aux petits revenus et lutter contre l’élargissement continu de la pauvreté.
Elle a discuté de la modernisation du Projet de Ville en regrettant que la législation européenne ait forcé à recourir à une firme privée, par ailleurs non liégeoise, pour distribuer le document, ce qui a eu pour effet une distribution déplorable, bâclée, des rues entières étant oubliées volontairement ou non. L’U.S.C. remercie le Collège qui a fait procéder à une distribution complémentaire et allongé au 30 novembre le délai laissé aux citoyens pour s’exprimer sur l’avenir de Liège.
Le Comité Central a entendu un rapport du bourgmestre Willy Demeyer sur les négociations en cours avec le Gouvernement Wallon au sujet de la répartition du Fonds des Communes.

Le Comité attend du Gouvernement une application du principe de solidarité qui n’oublie personne, l’agglomération liégeoise prouvant chaque jour que la Ville ne peut pas plus prospérer sans les communes avoisinantes que ces communes ne peuvent prospérer si la Ville dépérit, ce qui est tout aussi vrai des autres grandes villes.
Une fois de plus, le Comité met l’accent sur les services importants, divers et parfois coûteux que toute grande ville rend à la zone qui l’entoure, par exemple aux habitants des communes qui n’ouvrent pas d’écoles.
Enfin le Comité a été particulièrement attentif à la communication que Willy Demeyer a tenu à faire devant les délégués au sujet de la situation générale du Parti et du rejet de sa candidature à une vice-présidence.
Le Comité unanime a assuré Willy Demeyer de son amitié fraternelle et de sa confiance.

Plusieurs membres ont constaté qu’en quelque sorte la Fédération Liégeoise était pénalisée pour avoir résisté mieux que les autres à la montée de la droite. «Choisir des perdants d’hier n’aidera jamais la victoire de demain» a été la conclusion finale.