• Visiteur(s) en ligne : 1
  • |
  • Visiteurs total : 3157665

En Ville

Mis en ligne le 13/10/2005

Ce qui s'est dit et décidé au Collège échevinal du 13 octobre

17.000 € pour 32 comités de quartier

C’est sur proposition du bourgmestre, Willy Demeyer, que le Collège proposera au Conseil communal du 24 octobre d'approuver la répartition des 17.000 € de subsides à 32 comités de quartier.
Ces subventions attribuées depuis le début des années 80, se répartissent de la manière suivante : Le Faubourg du Coeur (Amercoeur) ; Comité de Quartier du Sart Tilman ; Association St-Jacques Avroy ; Conseil de Quartier de Bressoux-Bas ; Comité de Quartier de Bressoux-Haut, Robermont-Bouhay ; Comité de Quartier Bronckart & Alentours ; Liège Cathédrale-Comité de quartier ; Comité de Quartier de Chênée Centre ; Comité de Quartier de Chênée-Lhonneux ; Comité de Quartier de Chênée-Thiers & Extensions ; Comité de Quartier de Cointe ; Association des Locataires de Droixhe ; Comité de Quartier de Glain ; Comité de Quartier Jolivet-Coronmeuse Comité de Quartier « Les Vergers » ; Comité de Quartier «Jupille Charlemagne » ; Comité de Quartier du Laveu ; Association pour la Promotion du Longdoz ; Outremeuse Promotion ; Sauvez Pierreuse ; Comité de Quartier de Rocourt ; Comité de Quartier de St-Laurent ; Comité des Habitants du Quartier St-Léonard ; Comité de quartier de Naimette ; Comité de quartier Faubourg Walburgis ; Comité de Quartier de Sclessin ; Association des habitants du Quartier des Tawes ; Comité d'Etude et de Défense du Thier à Liège ; Association promotion de Liège-Vennes-Fétinne ; Comité de Quartier Wandre-Wérihet ; Comité de Quartier de la Xhavée et Coordination Saint-Léonard
Cette répartition se fait sur la base de différents critères, à savoir, les activités, les projets, le fonctionnement démocratique et le bilan financier de l'année précédente.
Ces renseignements sont collectés par le biais d'un questionnaire envoyé par le Service de la Participation et des Relations avec les quartiers, à tous les comités, à savoir une cinquantaine répartis sur l'ensemble du territoire de la commune.
Les motivations ayant amené la Ville à ne pas octroyer de subsides à certains comités sont d'ordre divers : absence d'informations, et notamment du bilan financier, comités nouvellement créés ou n'ayant pas eu d'activités en 2004, comités ne désirant pas de subsides... Comme le souligne le bourgmestre : « Il convient toutefois de souligner que chaque comité, subventionné ou non, peut bénéficier de l'appui logistique des services de la Ville. »

Commission Communale Solidarité Liège - Tiers-Monde.

Rappelons que la Commission Communale Consultative Solidarité Liège Tiers-Monde a été créée en 1983. Elle se compose de 14 ONG et associations qui ont un siège, ou des activités, sur le territoire géographique de la Ville de Liège, et dont l'objet est la coopération au développement. Elle a pour missions : de proposer et de soutenir des projets de solidarité avec les pays du Sud et d'examiner les projets de coopération proposés par la Ville ou les quartiers ; de réaliser des animations de sensibilisation de la population dans les quartiers, les écoles ; de prendre des initiatives par rapport au pouvoir communal en attirant son attention sur divers problèmes touchant le Tiers-Monde.
Dans le cadre de sa première mission, la Commission Communale Consultative Solidarité Liège Tiers-Monde propose, au Collège et au Conseil, de répartir un subside communal de 6.197 € destiné à soutenir des micro-projets de développement réalisés dans les pays en développement.
Cette année 4 ASBL bénéficieront du subside communal : ASBL Pierreuse et ailleurs, «Casa Nicaragua » ; ASBL Identité Amérique Indienne ; « Réseau Liégeois d'Amitié avec les Enfants des Rues » « Ouverture Nord-Sud »
Le bourgmestre proposera au prochain Conseil d'approuver les propositions de la Commission.
Dans le cadre de sa deuxième mission, les ONG et les associations liégeoises de la Commission organisent un Marché de Noël, place des Carmes, et participent à Retrouvailles. Cette année encore, le Marché de Noël aura lieu, au même endroit, du 9 au 22 décembre.

Actions menées à Liège par la Ville et la Police contre les violences faites aux femmes

C’est en 2002 que le bourgmestre chargeait le Contrat de Sécurité de créer au sein de l'atelier « Aide aux victimes » un groupe de travail spécifique sur la thématique des femmes victimes de violences conjugales. Suite à la mort d'une jeune femme de 19 ans, l'ASBL « Maisons d'accueil des sans-abri pour femmes » avait remis une pétition réclamant que des mesures urgentes soient prises pour mieux protéger les femmes victimes de violences conjugales.
Dès sa création, ce groupe de travail s'est attelé, sous l'égide de Mme Joëlle Vanblaere, par ailleurs pilote de la ligne de force « Violences conjugales » au sein de la police locale, à réunir l'ensemble des intervenants liégeois.
Ce réseau d'intervenants a notamment obtenu du Parquet qu'un Magistrat de référence pour les dossiers de violences conjugales soit désigné. Ce Magistrat est désormais à la disposition des victimes et des associations qui souhaitent obtenir des informations complémentaires sur leur dossier.
Le groupe de travail a mis sur pied en 2003 une campagne de sensibilisation à destination des auteurs de faits de violence (alors que la plupart des campagnes visent les femmes victimes de violence). L'objectif, en leur rappelant que leurs agissements sont interdits et qu'ils peuvent entraîner des poursuites, est de leur faire prendre conscience de l'anormalité de leur comportement.
Cette campagne s'articule principalement autour d'une large diffusion d'affiches et de cartes postales encourageant les auteurs à prendre contact avec l'ASBL « Praxis » et à s'inscrire dans un processus de thérapie.
A cet égard, il faut souligner tout le travail réalisé par l' ASBL « Praxis », qui est la seule association liégeoise spécialisée dans l'aide aux auteurs de violence.
D'autres campagnes de sensibilisation ont été menées par la suite ainsi qu'une exposition lors de la Foire du Printemps.
Pour sa part, la police enregistre depuis 1998 les plaintes dans une catégorie spécifique « violences conjugales », ce qui permet d'avoir une vision du phénomène, pour autant qu'il y ait dépôt de plainte et que l'on puisse qualifier les faits dans cette rubrique.
Le nombre de plaintes est en constante augmentation (ce qui signifie que la propension à déposer plainte est plus importante mais également que les policiers actent systématiquement les plaintes - sanctions prévues si ce n'est pas le cas).
Mme Vanblaere et son équipe ont également, dans la cadre de la ligne de force du Plan zonal de Sécurité, mis sur pied une formation spécifique pour les policiers, axée sur l'amélioration de l'écoute des victimes et l'amélioration de l'efficacité des interventions liées aux cas de violences conjugales et familiales (pour lesquelles une priorité est donnée).
Ont bénéficié à ce jour de cette formation: tous les agents du 101, les agents de l'accueil 24/24h, ainsi qu'un référent dans chaque commissariat de quartier.
Par ailleurs, une inspectrice de la Brigade Judiciaire a été désignée comme personne de référence pour ces faits. Dans la section « Mœurs » de la BJ, deux référents féminins sont chargés de prendre les appels et les plaintes pour viol.
Les inspecteurs de quartier sont aussi chargés de la « revisite » des victimes de violences conjugales qui cette année a été planifiée en novembre-décembre.

Le service d'assistance aux victimes intervient également, en appui de la police, auprès des victimes de faits graves.
Bien entendu, les besoins sont importants pour aider efficacement les femmes qui souffrent de ces violences, que ce soit en termes de logements d'urgence, d'encadrement ou de suivi des plaintes. C'est pourquoi la Ville de Liège soutient depuis plusieurs années, à hauteur de ses moyens, le Collectif contre les Violences Familiales et l'Exclusion (dont le Refuge pour femmes battues).
L'Urgence sociale (CPAS) intervient également 24/24h. Ce service oriente les femmes en détresse vers les mouvements associatifs d'aide aux victimes et apporte notamment une aide dans la recherche d'un hébergement.
Depuis le 5 septembre 2004, le Parquet de Liège a diffusé auprès des magistrats et des services de police une circulaire relative aux violences commises au sein du couple.
Le 1er principe régissant cette circulaire est la pratique de la tolérance zéro. Autres principes: prise en charge immédiate des victimes par les services d'aide aux victimes (informations juridiques, orientation vers des associations) ; les auteurs de violence doivent impérativement quitter le domicile conjugal ; recours quasi systématique à l'ASBL Praxis ; les magistrats du Parquet sont invités à faire comparaître le plus souvent possible devant eux l'auteur des violences aux fins de lui rappeler la loi.
Depuis que cette circulaire existe: (chiffres au niveau de l'arrondissement) 1900 dossiers ont été enregistrés ; 1100 en l'information ; 117 à l'instruction ; 407 classés sans suite
98 jugés ; 67 en médiation pénale
Pour l'avenir, trois axes sont à retenir: meilleure information des victimes de toute décision judiciaire concernant l'auteur (relaxe, ...) ; maintien du lien entre l'auteur et les enfants ; traitement des dossiers de violence psychologique

La Commission Consultative Communale « Femmes et Ville »

En 2001, le Collège mettait en place un groupe de travail réunissant des représentants des autorités communales et des associations regroupées au sein de la « Marche Mondiale des Femmes ». Des travaux de ce groupe est née le 17 décembre 2001 la charte « Egalité FemmeHomme »', adoptée à l'unanimité du Conseil communal.
Dans la foulée de l'adoption de la Charte, le Collège a souhaité préparer la mise en place d'une Commission Communale Consultative « Femmes et Ville »'. Ses membres ont été désignés lors du Conseil communal du 15 décembre 2004.
La Commission a pour objectif de veiller à : l'intégration de la dimension de l'égalité entre les femmes et les hommes dans toutes les politiques développées par le Conseil communal; l'élimination de toute forme de discrimination entre femmes et hommes ; la sensibilisation de l'opinion publique par la diffusion d'une image non-discriminatoire pour des femmes et des hommes ; la rédaction d'un plan d'actions pour l'égalité femmes/hommes.
La Commission est, à l'initiative du Bourgmestre, informée des projets communaux susceptibles d'être concernés par l'approche par genres. Elle pourra formuler toute proposition ou avis, relevant des compétences communales, soit d'initiative, soit à la demande des autorités.
En 2006, la Commission envisage, entre autres projets, d'entamer un programme de sensibilisation du personnel de la Ville de Liège à la question du genre, en particulier une sensibilisation des enseignants du primaire à l'utilisation d'un jeu sur les stéréotypes. La campagne "Ruban blanc".
Cette initiative a pour objectif de sensibiliser le public face aux violences faites aux femmes. La police locale de Liège a été le 1er Corps de Belgique à adhérer à cette campagne en 2003. Depuis, à l'initiative de la Commission « Femmes et Ville », la campagne « Ruban blanc » a été menée en 2004, conjointement au sein de l'Administration communale de Liège et du Corps de Police. L'action se déroulera aussi en 2005 (du 25/11 au 06/12) et il est envisagé de l'étendre à d'autres secteurs l'année prochaine.