• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3138677

En Ville

Mis en ligne le 11/10/2005

Ce qui s’est dit et décidé au Collège échevinal du 6 octobre dernier

Lors du Collège échevinal du jeudi 6 octobre dernier, outre la problématique de la requalification du quartier de Droixhe (voir notre article du 8 octobre), le collège a aussi débattu de plusieurs dossiers volumineux dont, entre autres, l’extension du Centre culturel de Chênée et des illuminations de l’hôtel de ville (la Violette), de l’ancien hôtel de ville de Chênée et de la Passerelle dans le cadre du "Plan Lumière".

Centre culturel de Chênée

Concernant le Centre culture de Chênée qui fête ses 30 ans cette année le Collège a adopté les documents d'avant-projet proposés par l'Association Momentanée BOUGARD/GERMAY, adjudicataire de la mission d'étude architecturale en vue de la construction de l’extension, du centre culturel.
Comme l’a expliqué Jean-Géry Godeau en charge du dossier : « Ce bâtiment a été construit au début des années 70, initialement pour accueillir les camions communaux. Le dispositif actuel n’est pas forcément adapté à sa fonction, de Centre culturel et c’est la raison pour laquelle les travaux prévus sont nécessaires pour adapter l’espace afin d'y améliorer les conditions d'accueil tant des artistes que du public. »
Côté salle, on y construira une infrastructure à 2 niveaux, connexe à la scène et aux coulisses. Le premier niveau (rez-de-chaussée) comportera un espace pour le mobilier et le matériel technique, une rampe d'accès pour le déchargement des camions, ainsi qu'une ouverture spacieuse vers la salle. Le second niveau (accès par le dessus du plateau) constituera un espace d'accueil pour les artistes, équipé de sanitaires, de loges particulières et d'un foyer polyvalent. Les deux niveaux seront reliés par un escalier débouchant au choix dans l'espace de rangement ou dans la coulisse côté jardin (les artistes seront ainsi en connexion directe avec la scène sans devoir traverser le public)
Côté cafeteria : l’espace d'accueil sera agrandi pour y rendre l'accès plus convivial et sécurisé. L’échevin a aussi souligné que l'étude de production d'eau chaude et de chauffage des loges mettra en application une solution la moins énergétivore.
Au niveau du coût : la mission d'étude représente un investissement de 81.060 € et l’ensemble des travaux est quant à lui estimé à un montant de 650.000 €

Illumination de l'Hôtel de Ville

C’est dans le cadre du « Plan Lumière » que le collège a désigné la S.A. FABRICOM GTI de Bruxelles, en qualité d'adjudicataire de l'entreprise des travaux d'installation de l'illumination de l'Hôtel de Ville pour un montant de 148.508 €. Par ailleurs, la même firme a été désignée, en qualité d'adjudicataire du contrat d'entretien « omnium », moyennant le prix annuel global et forfaitaire de 12.943 €, soit 116.490 € pour une période contractuelle de 9 ans.
Comme l’explique Michel Firket, l’échevin de l’Urbanisme, du Tourisme et du Cadre de vie : « Le projet adopté évoque à la fois l'importance de la façade principale et celle de l'ensemble architectural et motive dans le projet de mise en lumière une double action, consistant d'une part à éclairer l'ensemble symétrique des façades de manière homogène et, d'autre part, à exprimer le caractère public et symbolique du bâtiment par un effet spécifique sur sa seule façade principale. En ce qui concerne l'expression architecturale d'ensemble (y compris la cour d'honneur), la proposition repose sur la distinction fondamentale dans cette architecture entre « pleins » (les seules parties en maçonnerie enduite, principalement les trumeaux) et « membrures » (soubassements, encadrements, corniches, ressauts, cordons, escaliers...) qui est exacerbée par l'opposition brique/pierre bleue, rouge/bleu, banal/taillé ou sculpté, caractéristique de l'architecture classique du bâtiment. L'idée est de faire rougeoyer les parties pleines, à leur naissance des cordons sur un mètre ou deux de haut et sans toucher aux parties en pierre bleue. A cet effet, on utilisera des réglettes de led's.
Pour l'expression symbolique de la façade principale, les moyens développés consisteront en : un éclairage rasant du mur du perron depuis le trottoir, de manière uniforme (lampes fluorescentes en continu), et sans aucun éblouissement des personnes empruntant le perron ; l'allumage des 4 lanternes existantes ; l'éclairage des trumeaux du 1er et 2ème étage à l'aide des réglettes de led's rouges ; l'éclairage rasant du fronton, par le même moyen que les trumeaux, mais avec des réglettes à diodes blanches ; l'éclairage de l'entrée par le placement de diodes blanches. »

Illumination de l'ancienne Maison communale de Chênée

C’est dans la même perspective de la mise en pratique du « Plan Lumière » que le collège a désigné la S.A. BALTEAU de Montegnée, en qualité d'adjudicataire de l'entreprise des travaux d'installation de l'illumination de l'ancienne Maison communale de Chênée, pour un montant de 56.871. La même firme a été désignée, en qualité d'adjudicataire du contrat d'entretien « omnium », moyennant le prix annuel global et forfaitaire de 3.729 € soit 33.564 € pour une période contractuelle de 9 ans.
Et Michel Firket d’expliquer : « La composition tournante du bâtiment donne une très belle dynamique que les coups de lumière de l'illumination vont essayer d'accentuer.
Tous les projecteurs concentriques du projet sont en contre-plongée et visent les éléments qui scandent le mouvement décrit ci-dessus, de la gauche vers la droite, pour composer un réseau d'ombres cohérent. Certains projecteurs seront équipés d'un gobo permettant de limiter la pollution lumineuse et de tracer quelques ombres verticales nettes, pour structurer les effets tournants. Trois projecteurs diffusant complètent ce dispositif pour assurer une lumière diffuse sur la façade rue Rousseau d'une part, et pour éclairer l'arche sur la Vesdre (entre la tour octogonale et tourelle) d'autre part. ». Cette opération visera également la mise en lumière du 2ème bâtiment et du soubassement sur la Vesdre.

Illumination de la Passerelle

Enfin, troisième « chantier » toujours dans le cadre du « Plan Lumière », celui de l’illumination de la Passerelle, un travail que le collège a confié à l’adjudicataire, la SPRL SERVAIS de Grivegnée pour 91.824 € et qui sera aussi chargée, de l’entretien en « omnium » pour un prix annuel global et forfaitaire de 3.026 €, soit 27.240,84 € pour neuf ans.
« Le concept général de mise en lumière mettra l'accent sur le rôle de cordon ombilical joué par la passerelle entre les deux rives du fleuve. On créera un effet lumineux continu de part en part du fleuve sur la face vue des deux poutres maîtresses, entre les aisseliers du porte-à-faux. L’effet sera visible depuis les rives et les autres ponts et son reflet dans l'eau sera important. »
Ces trois chantiers d’illumination dont les auteurs des projets sont l’association momentanée I.Corten et J-P. Majot, devraient être terminés avant la fin de l'année. Ils sont subsidiés à 80% par la Région wallonne - Commissariat général au Tourisme. Par ailleurs, si vous souhaitez en savoir davantage sur le « Plan Lumière », vous pourrez en avoir tous les détails en allant sur le site de la Ville de Liège en cliquantICI





Ga. L