• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3123838

En Ville

Mis en ligne le 12/10/2007

Succès pour les premiers mariages en «nocturnes»


12 couples avaient décidé d’unir leur destinée le 6 octobre à l’occasion de la « Première nocturne des mariages » organisée par l’échevine de l’Etat civil de la ville de Liège, Julie Fernandez-Fernandez. Il s’agissait d’une première en Belgique.
Les cérémonies ont débuté à 19 heures pour se terminer aux environs de 22 heures.
La Nocturne des Mariages s’inscrivait dans le cadre de la désormais traditionnelle Nocturne des Coteaux de la Citadelle. Une manifestation à rayonnement international, initiée par l’échevin de l’Urbanisme Michel Firket et qui draine chaque année plusieurs milliers de visiteurs.

Pour la circonstance, l’Hôtel de ville s’est paré de mille feux. De nombreuses bougies illuminaient l’arrière du bâtiment ainsi que la cour par laquelle pénètrent les mariés avant d’emprunter les escaliers qui les mènent vers les salles des pas perdus et des mariages, exceptionnellement décorées pour la circonstance et où les accueillaient des centaines de visiteurs…
Des visiteurs venus des quatre coins de Belgique, des Pays-Bas, d’Allemagne et du Canada, émerveillés par le prestige de l’Hôtel de Ville et de sa décoration lumineuse.
Sur les pavés de la cour arrière, un cœur géant, était dessiné à l’aide de grosses bougies.

Un jongleur souhaitait, à sa manière, la bienvenue aux futurs époux
Dans la salle des mariages, un quatuor à cordes du Conservatoire Royal de Liège, animait les cérémonies avec un air de circonstances de W.A. Mozart : « Eine Kleine Nacht Musik »
L’échevinat de l’Etat civil avait mis les petits plats dans les grands pour que les futurs mariés gardent un souvenir impérissable du plus beau jour de leur vie.

Les futurs pouvaient également profiter de la Nocturne des Coteaux et de sa férie.
En parcourant à peine une centaine de mètres au départ de la salle où ils s’étaient dit « oui », ils se retrouvaient au pied de la Montagne de Bueren brillant sous le feu virevoltant de plusieurs milliers de bougies. Ils pouvaient y effectuer des photos aussi originales que romantiques avec, comme témoins, les milliers de personnes qui, chaque année, arpentent le parcours de lumière des Coteaux de la Citadelle.


Photos: Alain Boos