• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3113744

En Ville

Mis en ligne le 24/09/2007

Plan Fédéral des Grandes Villes : une rallonge de 6 mois

A l’occasion du Collège communal du jeudi 20 septembre, le bourgmestre a évoqué la situation des emplois (une centaine) menacés parce qu’il n’y a pas de gouvernement pour garantir après le 1er janvier 2008, le financement de ces emplois subsidiés par le Pan Fédéral des Grandes Villes.
Comme l’expliquera le bourgmestre : « La Ville de Liège,en tant que grande ville, reçoit depuis 2000 un subside dédicacé à la mise en place de politiques spécifiques visant de manière globale à améliorer les conditions de vie et le cadre de vie en ville. La dernière convention triennale (12.945.914 euros) arrive à terme le 31 décembre 2007. A l’heure actuelle, aucune décision n’est prise au gouvernement fédéral quant à la reconduction du « Contrat de Ville ».
Et de préciser : « Dans le cadre de cette convention, le pilier le plus important est la proximité et la collaboration axée sur le mode participatif entre les services publics et les habitants. Liège est la seule Ville à proposer à ses habitants de participer au devenir de leur quartier via la mise en place de « projets de quartiers » (exemples : renforcement de l’éclairage, création d’un coin de jeux, mise en place d’une maison de quartier, organisation de manifestations sportives, petits aménagements publics - bancs, plantations, etc, ...).
La dotation de l’Etat fédéral a permis la réalisation de 207 projets, qu’ils s’agissent d’infrastructures communautaires de proximité (Brasserie Haecht, la Mairie de Quartier de Sainte-Marguerite, la Salle des Fêtes de Droixhe, … ) ou d’actions dans les quartiers visant à lutter contre le sentiment d’insécurité (gardiens d’établissements scolaires), à améliorer le cadre de vie (service de détagage, inspection des bâtisses), à renforcer l’attractivité de la Ville (cellule d’accueil des investisseurs, stewards, ... ), à retisser les liens sociaux (animateurs intergénérationnels). Une centaine de personnes sont engagées par le PFGV. »
Sont aussi menacés par la non reconduction d’un PFGV ; le plan logement, le plan prévention, (Contrat de sécurité), ainsi que d'autres conventions, signées entre la Ville et l'État dans différents domaines comme le soutien à certaines ASBL (Abri de jour et de nuit, Restos du cœur, Ateliers d'art contemporain, etc…).
Or la Ville est tenue de respecter scrupuleusement le plan de gestion de ses finances soumis par la tutelle wallonne. Elle doit d’ailleurs réduire les charges prévisibles, c’est écrit noir sur blanc.
Donc, jeudi, alors que d’autres communes dans le même cas, l’ont déjà fait, la Ville de Liège attendait une décision du Conseil des ministres (en affaires courantes » pour savoir si elle allait aussi devoir envoyer des préavis à titre conservatoire à une centaine d’agents subsidiés.

Une rallonge de 6 mois et un ministre cynique vis-à-vis des agents concernés

Vendredi, alors que l’on attendait de savoir si le conseil des ministres (il fallait pour cela une majorité des partis) allait oui ou non prendre une décisions sur le problème du « Plan fédéral des grandes villes », Didier Reynders, ministre sortant et qui se voit bien en «Premier ministre wallon» ( et qui s'était déjà vu en bourgmestre de Liège) à qui nos confrères de la radio demandait ce qu’il pensait répondait : « C’est une bonne chose que l’on envoie des préavis à titre conservatoire… » Ça dépeint ce Monsieur qui ne sait évidemment pas ce que ça veut dire un préavis, qu’il soit conservatoire ou non. Il n’en a jamais reçu et n’en recevra jamais de sa vie.
Cette réponse dénote aussi ce qu’il a derrière la tête, toute gonflée de la vague sarkozyenne, dont on sait ce qu’elle prépare pour les services publics.
Vis-à-vis de quelqu’un qui ne lésine pas sur le même procédé, et dont le cynisme est bien mal ressenti par toutes celles et ceux qui sont préoccupés par cette crise et une perte d’emploi possible, j’assume entièrement ce procès d’intention. Mais j’espère avoir tort à 100 %.
Ceci dit, le conseil des ministres de vendredi a décidé de garantir les subsides du PFGV jusqu’au 30 juin 2008.
Par ailleurs, après cette décision, le bourgmestre Willy Demeyer déclarait dans un communiqué : « Informé ce vendredi matin de la décision du gouvernement fédéral en affaires courantes de maintenir durant 6 mois (soit jusqu’au 30 juin 2008) le dispositif Plan fédéral des Grandes Villes, le Collège communal de la Ville de Liège a décidé de ne pas envoyer les préavis tout en évaluant régulièrement l’évolution de la situation.
Le Collège a rencontré en fin d’après-midi le personnel concerné en présence des organisations syndicales pour le tenir informé de la décision prise.
Il a tout d’abord tenu à remercier les travailleurs pour leur calme et leur dignité. Le Collège a également rappelé tout l’intérêt qu’il porte à la Politique des Grandes Villes et qu’il réclamerait que le dispositif soit maintenu sans compromettre l’équilibre des finances communales.
D’autres réunions d’information au personnel sont prévues fin septembre et fin octobre.»

D’ici, on peut espérer qu’un gouvernement verra le jour et qu’il continuera cette politique.
Ce qui n’est pas sûr du tout, parce que ce n’est pas vraiment l’idée de ces bleus d’une orange qui est déjà bien blette avant même d’avoir mûri.





Gaston LECOCQ