• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3097534

Politique

Mis en ligne le 14/09/2007

Le Comité Régional de la FGTB Liège-Huy-Waremme a analysé la situation de crise politique en Belgique. Si la vigilance est plus que jamais de rigueur, le mouvement syndical prévient aussi qu'il ne laissera pas faire tout et n'importe quoi !!!

Le Comité Régional élargi de la FGTB Liège-Huy-Waremme réuni, ce jeudi 13 septembre 2007, a produit une analyse de la situation politique. Il en est découlé la motion suivante à l'adresse des négociateurs pour un futur gouvernement fédéral issu des élections du 10 juin dernier

"Il constate la crise que traverse l’Etat belge depuis les élections fédérales du 10 juin 2007 et les difficultés rencontrées sur le plan politique pour mettre sur pied une coalition orange-bleue considérée au stade actuel par les libéraux et les chrétiens comme le signal de l’électeur."

"La FGTB Liège-Huy-Waremme prévient qu’elle n’acceptera en aucun cas un programme de gouvernement qui, sur le plan socio-économique, conduirait à une récession pour les travailleurs et les allocataires sociaux. Nos craintes sont plus que vives vis-à-vis d’un gouvernement de centre-droite dont la volonté est de satisfaire le capital au mépris de l’intérêt du citoyen.
La vigilance sera de mise et tous les moyens d’action seront mis en œuvre pour contrer ces intentions."

"La FGTB Liège-Huy-Waremme lance, dès à présent, une campagne de sensibilisation sur les thèmes de la fiscalité, la protection sociale et la défense des services publics pour organiser la mobilisation en vue de s’opposer à toutes mesures de régression sociale."

"Nous relevons les positions confédéralistes de certains partis politiques flamands très proches d’une volonté séparatiste. Ces positions nécessitent une majorité des deux tiers pour réaliser une réforme de l’Etat à la hauteur de leurs exigences. Cette majorité des deux tiers n’est pas atteinte dans le cadre de la bipartite."

"Le danger réside dans une possibilité politique d’atteindre les deux tiers au niveau fédéral par l’apport des voix nécessaires du coté flamand sans que la majorité des deux tiers ne soit atteinte du côté francophone. Il est évident que des possibilités existent de réduire les moyens de l’Etat fédéral par des majorités simples, ce qui constituerait un confédéralisme larvé."

"Sur le plan institutionnel, la FGTB Liège-Huy-Waremme soutient la position de la FGTB fédérale sur les matières interpersonnelles comme le droit du travail, les conventions collectives de travail et la sécurité sociale."

"Cependant, au vu des volontés autonomistes grandissantes parmi la population flamande, la FGTB Liège-Huy-Waremme considère que nous devons, comme Wallons et Francophones, lancer un signal à nos amis flamands. Ce signal consiste à dire que si nous ne sommes pas demandeurs du séparatisme, nous n’avons pas peur de faire face à cette éventualité et que nous sommes prêts à prendre nos responsabilités. La Flandre devra mesurer le prix qu’elle devra payer et les conséquences économiques qu’elle subira dans cette hypothèse."

"La FGTB Liège-Huy-Waremme réaffirme sa solidarité à l’égard de tous les travailleurs mais prévient qu’au vu de l’évolution politique et de ses répercussions sur la population flamande, elle se prépare sur le terrain institutionnel."

"A cet égard, elle rappelle que la Flandre a construit son développement économique grâce à la solidarité fédérale. Dès lors, il conviendra, en cas de scission, de valoriser ce patrimoine."

"Il est démontré que les transferts ne s’opèrent pas au niveau des dépenses mais bien des recettes. La raison essentielle se situe au niveau de l’emploi qui dépend principalement des investisseurs privés. Ceux-ci se sont tournés vers la Flandre puisque les leviers économiques et diplomatiques se trouvaient en grande partie dans les mains des Flamands. Il s’agit d’un élément supplémentaire à valoriser en cas de scission."

"La FGTB Liège-Huy-Waremme s’engage sans délai à analyser les éléments essentiels dans le cas d’une négociation portant sur une scission ou une régionalisation accrue de l’état belge ; notamment :
- la prise en charge de la dette pour chacune des communautés
- les investissements régionaux pris en charge par le fédéral dans le cadre de la mobilité
- la répartition fiscale en fonction du lieu du travail et non du lieu de résidence
- les répartitions en matière de sécurité sociale en fonction de l’origine des cotisations (lieu de travail) et du vieillissement de la population
- la répartition du patrimoine
- le marché du travail.

"La FGTB Liège-Huy-Waremme ne souhaite d’aucune manière la logique du séparatisme et continue à s’inscrire dans un fédéralisme de coopération qui garantit la solidarité interpersonnelle et qui réprouve les concurrences entre régions."
"Cependant, La FGTB Liège-Huy-Waremme n’entend pas laisser croire aux séparatistes de Flandre qu’elle vit dans la peur mais entend au contraire leur démontrer qu’elle a encore les capacités de réagir."

"La FGTB Liège-Huy-Waremme est mandatée pour étendre sa réflexion au niveau de l’interrégionale wallonne."