• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3099584

Reportage

Mis en ligne le 30/08/2007

Guillemins : coups de boule pour achever, coup d’arc pour terminer


Pieck, la société, les Liégeois connaissent bien. Depuis trente ans au moins, si pas plus, ce sont ses ouvriers et son matériel que l’on a vu un peu partout où il y avait de grands travaux de démolition à accomplir. Les démolitions les plus spectaculaires ayant été celles de la place Saint-Lambert qui n’est aujourd’hui, malheureusement, pas encore terminée.
Ce mercredi après-midi, à coup de boule de quelques 3 tonnes, la société Pieck a commencé d’achever l’ancienne gare des Guillemins construite dans les années 50.
Sur l’emplacement dégagé, on va très vite construire les deux quais nécessaires pour les TGV, ICE ou autres Thalys.
A quelques mètres, la nouvelle gare se termine. Déjà, la structure générale a été décintrée et beaucoup d’échafaudages. L’acier qui a maintenant pris sa place définitive pourra très vite et sans danger de torsion, recevoir son extraordinaire couverture de verre qui permettra, comme nous l’a confié il y a quelques jours, Vincent Bourlard, administrateur délégué d’Euro-Liège-TGV, que mes voyageurs soient bien à l’abris en cas de pluie d’ici le début de l’hiver.
Sous l’arche monumentale, les spécialistes des ascenseurs, travelators, escalators de chez Schindler (celui de la Liste) sont à l’œuvre et bien à l’œuvre. Le seul petit point noir redouté par Vincent Bourlard, c’est du côté de la finition pavage…cela ne va apparemment pas tout seul avec les fournisseurs. Mais bon, l’homme est toujours optimiste pour que l’ouverture de la nouvelle gare TGV des Guillemins puisse se faire d’ici fin 2008.
En attendant, mercredi, en fin de journée, c’est quand même avec quelques pincements au cœur que j’ai vu cette boule de 3 tonnes s’abattre sur la toiture (principalement côté place) et tomber les premiers morceaux de béton armé.
Une foule importante avait envahi l’espace de la place des Guillemins pour assister à la mise à mort de cette gare qui aura vu, au cours des 50 années passées, défiler des millions de visiteurs. Les pompiers de l’ILE (Intercommunale d’Incendie de Liège et Environs) étaient sur les lieux pour parer à toute éventualité et aussi pour asperger la poussière que les gravats engendraient en tombant.
La démolition, qui selon certains journaux ne devait que durer que quelques heures et être terminée pour jeudi, paraît plus difficile. La «bête » qui semble ne pas vouloir disparaître trop vite, résiste. Mercredi en début de soirée, sous les coups de boutoir de la boule, seule la moitié de la partie centrale de la gare était à terre. Avant de poursuivre, tout ce qui est tombé devra être enlevé avec beaucoup de précaution. Après il faudra procéder à la démolition de l'autre moitié et ensuite seulement procéder au démentèlement des parties extérieures. Il faudra bien évidemment plusieurs jours, si pas une ou deux semaines, avant que le site de l'ancienne gare soit complètement nettoyé et prêt pour une nouvelle destination.
Pendant ce temps, sur l’arche de Calatrava, des ouvriers spécialistes en charpente, les derniers ouvriers espagnols en demeure, donnaient encore quelques coups d’arcs pendant que des alpinistes installaient des «lignes de vie», pour permettre aux «vitriers» que l’on y verra bientôt, de travailler en toute sécurité.
Si la vielle gare des Guillemins n’est pas encore complètement morte, mercredi on a assisté au véritable début de sa mise à mort.
Mais soyons optimistes, la nouvelle gare des Guillemins, que je trouve plus belle chaque jour, sera, pour autant qu’on ne change pas son nom, le symbole du véritable renouveau du quartier des Guillemins et de la véritable entrée de Liège dans le XXIème siècle.

Dans le cadre des journées "train-tram-bus", les amateurs, les curieux, les ferrophiles pourront se rendre compte de l'état des travaux de plus près lors de journées portes ouvertes des 15 et 16 septembre prohains.

En attendant, je vous invite, ci-dessous, à découvrir quelques photos du reportage du début des démolitions de ce mercredi ainsi que quelques vues saisissantes du travail que l’on accompli pour terminer la nouvelle gare.


L’ancien tri postal a été démoli il y a quelques semaines et l’on a déjà « raboté » la façade le long des futurs quais du TGV

Premier coup de boule

Les 3 tonnes s’enfoncent dans la toiture après plusieurs essais

Du côté de la place, le troisième étage commence à se fatiguer sérieusement sous les coups de boutoir.

Quelques éléments en béton commencent maintenant à s’affaisser.

Ça y est les hourdis du troisième étage ont enfin cédé. Il a fallu près d’une heure pour arriver à ce résultat.

Une foule nombreuse a assisté à la mise à mort de l’ancienne gare des Guillemins.

La moitié de la partie centrale s'est totalement effondrée, mercredi peu après 20 h

L'ancienne gare, telle qu'elle était encore le 30 mai dernier.

Pendant ce temps là, des spécialistes du travail en altitude prépare le chemin pour les vitriers.

Sous le cercle rouge, deux ouvriers en train d’effectuer quelques dernières soudures. Leur taille donne une idée de la grandeur de la «casquette» de la gare.

Ces même ouvriers vus au téléobjectif

La façade générale telle qu’elle est aujourd’hui.

La gare vue latéralement. On remarque que du côté de la colline, c’est aussi pratiquement terminé.





Texte et photos : Gaston LECOCQ