• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3111805

Expositions

Mis en ligne le 26/06/2007

«Instruments de musique populaire et de tradition en Wallonie» une exposition au Château de Jehay à voir jusqu’au 22 juillet

Se tiendra du 30 juin au 22 juillet, l’exposition «Instruments de musique populaire et de tradition en Wallonie».
Fruit de la recherche d’un passionné de musique populaire, Thierry Legros, l’expo rassemble plus d’une centaine d’instruments de musique qui étaient et sont encore pratiqués dans notre région. Instruments bien connus comme les accordéons ou les harmonicas ou nettement plus rares voire rarissimes tels les violons sabots, les épinettes, les basses aux pieds, instruments de cérémonies tels les fifres et tambours des marches de l’Entre Sambre et Meuse ou les crécelles, instruments des moments de fêtes comme les mirlitons, les cornes des charivaris, …
Une partie de l’exposition évoque les marchands de chansons qui vendaient dans la rue les placards multicolores sur lesquels étaient imprimées les rengaines du moment, les chansons d’actualité.

Il est étonnant de constater que, de tous temps et en tous lieux, l’homme a dépensé une énergie fantastique pour créer des instruments capables de produire des sons plus ou moins harmonieux (ça dépend des cultures !) . On pourrait synthétiser grossièrement l’histoire de la construction des instruments de musique (quelque soit le style ou le genre) : il y a ceux qui sont construits à partir d’objets des plus simples issus de la vie quotidienne et, ceux, beaucoup plus élaborés, qui sont construits avec une très grande technicité une recherche infiniment précise voire scientifique.

Souvent les instruments les plus simples ont été réalisés et utilisés dans une perspective populaire. Leur rôle était alors de souligner des « instants » de vie : mariage, fêtes, enterrements, changements de saison, …une véritable communication s’est installée autour de l’utilisation de ces instruments rustiques. Communication souvent liée à une tradition folklorique bien précise et propre à l’endroit d’où elle émane.
Les instruments à facture plus savante étaient, eux – à de rares exceptions près (la clarinette par exemple) – destinés à des divertissements ou des célébrations plus grandioses.

Cette exposition est une invitation à découvrir un patrimoine ignoré, à redécouvrir un mode de vie ou la musique faisait partie intégrante du quotidien de nos concitoyens.

Ce besoin de « domestiquer » les sons, voire de les inventer, semble être, en effet, une nécessité absolue chez l’Homme. Il suffit de penser ou de voir les très nombreux instruments fabriqués avec trois fois rien par les prisonniers de guerre dans les sinistres camps de concentration. Les quelques rares pièces qui nous sont parvenues sont le témoin maintenant muet de cette propension pour une forme de vie quelle qu’elle soit…
N’est-ce pas une propension fondamentale ?

Concrètement : Château de Jehay, du 30 juin au 22 juillet - Rue du Parc, 1 à 4540 Jehay- Tél. 085.82.44.00. info@chateaujehay.be