• Visiteur(s) en ligne : 6
  • |
  • Visiteurs total : 3138419

Expositions

Mis en ligne le 05/10/2005

Malgré le tsunami: "Vivre" par-desus tout

Fin de l’année dernière, on s’en souviendra, un tremblement de terre d’une violence inégalée suivi d’un tsunami ravagea plusieurs rivages de l’Asie du sud. Des endroits paradisiaques furent rayés de la carte et malheureusement on compta plusieurs centaines de milliers de morts.
Très rapidement et très logiquement aussi, la presse qu’elle soit télévisuelle parlée ou écrite a mis le cap sur le Sri Lanka, l’Indonésie. Pendant des semaines, nous avons, de par tous les reportages qui ont suivi, pu vivre l’horreur d’une telle situation.

Certaines photos étaient insoutenables, mais toutes avaient un point commun : ne pas rester indifférent à ce qui s’est passé à des milliers de kilomètres de chez nous. C’est pour ça que les photographes de presse sont tellement importants. Pour que l’on sache et que l’on n’oublie pas et que ce soit sur des lieux idylliques, dans des villes assiégées. Une photo : ça reste. Un reportage TV, voire vidéo passe beaucoup plus vite.
C’est ce qu’a bien compris Philippe Luc (la photo du haut), photographe de presse attaché au Journal « le Jour » qui, jusqu’au 20 décembre propose, à la Maison de la Presse de Liège, ses photos prises en janvier dernier, quelques jours après le tsunami.
Une bonne trentaine de photos couleurs, toutes de très grande qualité, font revivre les lendemains de la catastrophe. Sur les visages ont peut y lire de la tristesse, mais aussi de l’espoir. Le reportage de Philippe Luc a ceci d’assez extraordinaire, c’est qu’il nous montre que malgré la mort qui planait encore dans les décombres, la vie a très vite repris le dessus. Un magnifique message d’espoir pour dire que finalement, tout n’est jamais totalement perdu.
A propos de son métier, Philippe Luc dit, entre autres : «De par mon métier, j’ai été amené à photographier d'innombrables événements", écrit-il. "Des moments joyeux, des instants tragiques, des périodes historiques... Cependant, il est indispensable de savoir faire la part des choses afin de ne pas transgresser les vérités visuelles.
L'objectivité du reportage n'est donc pas simple quand les émotions prennent le dessus. Les prises de vues sont à la fois un témoignage visuel mais par dessus tout, émotionnel. Les clichés de cette exposition montrent non seulement l'aspect catastrophique du cataclysme mais surtout, l'espoir de vivre! Je veux rendre ici hommage aux personnes que j'ai pu côtoyer durant mon reportage, à leur extraordinaire courage ainsi qu'à leur dignité ».
Sorti à la fin des années 80 de l'InRaCi à Bruxelles, Philippe Luc a photographié de nombreux événements dans le monde : Kaboul, Bénin, Sri Lanka, USA, Kosovo... Amoureux de l'image, il balade son objectif au devant de l'actualité. Il nous livre ici ses photographies prises après le Tsunami en Asie.

Cette exposition est accessible au public jusqu'au 22 décembre à la Maison de la Presse, 19 rue Haute Sauvenière à Liège, du lundi au vendredi de 14 à 18 heures.





Gaston Lecocq