• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3112295

Sport

Mis en ligne le 07/05/2007

Adieux réussis pour Bea


Samedi soir, à l’issue d’une grande soirée consacrée à la boxe, Béa Diallo a décroché le titre de champion du Monde WBF des Super-Moyens. Il était plus de 2 heures du matin quand le Bélgo-Guinéen a brandi la fameuse ceinture au milieu de ses nombreux supporters.
Plus de 3.000 personnes avaient ralliés le Country Hall transformée en salle de boxe.

Objectif atteint

Béa Diallo a donc relevé le challenge. 2 ans après son dernier combat, le boxeur bruxellois est remonté une dernière fois sur le ring pour décrocher un titre qui lui faisait défaut. Champion intercontinental (poids moyens) à cinq reprises, Diallo rêvait d’un titre mondial pour clôturer en beauté sa carrièe. Mission accomplie puisqu’il s’est imposé au terme des 12 rounds face à l’Australien, Sean Connell, qui sans être un foudre de guerre ne s’est pas présenté en victime consentante. Béa Diallo a souffert pour remporter ce titre mondial puisqu’il s’est occasionné une déchirure au mollet durant le premier round. Il a d’ailleurs hésité à interrompre le combat mais finalement il a puisé dans ses ressources et sa motivation pour terminer et gérer au mieux la suite du combat. « Ce n’est peut-être pas le plus beau combat de ma carrière mais c’est un des plus importants avec ce titre de champion du monde à la clé ».

Frustration évacuée

Béa Diallo a ainsi évacué deux ans de frustration après sa défaite face à Ray Jovial pour le titre de champion du monde IBF. Ce combat placé sous le signe de la revanche (sur lui-même), Béa l’a préparé de manière intensive. Un travail en profondeur qui a donc porté ses fruits ce week-end à Liège. Une formidable revanche sur le destin. Le Député bruxellois va à présent mettre définitivement un terme à sa carrière de boxeur et se consacrer à la vie politique. Un tout dernier combat, probablement sous forme d’exhibition est toutefois prévue fin d’année en Guinée, son pays d’origine.

Les jeux olympiques en point de mire

Si la carrière de boxeur de Diallo est donc terminée, il ne va pas quitter pour autant les rings. Un des ses projets consiste à encadrer et former des jeunes boxeurs afin de les amener aux jeux olympiques de 2012 ou 2016. Il entend bien les aider et les placer dans les conditions idéales avec des moyens accrus et un meilleur encadrement. Mais ce n’est pas tout, Béa Diallo envisage également d’organiser d’autres combats de boxe en Belgique tout en redorant le blason d’un sport dont l’image est généralement écornée.

La relève liégeoise

Parmi les jeunes boxeurs à suivre, Michael Henrotin est incontestablement un des plus doués. Le jeune Liégeois, âgé de 23 ans, a décroché samedi soir le titre de champion intercontinental IBF en poids moyens. Un titre cher à Béa Diallo. Pour cela, Henrotin a livré une prestation remarquable face au redoutable Néerlandais, Najim Ettouhlali. Un combat trois étoiles du boxeur liégeois qui s’inscrit dans la lignée de Béa Diallo. Michael Henrotin, c’est certain, un nom dont on reparlera. D’autres Liégeois se sont illustrés au Country Hall comme Ermano Figatelli , 22 ans, sacré champion de la Communauté Européenne en écartant l’Italien, De Vitis. Mais il n’y a pas que les hommes qui ont brillé puisque Nathalie Toro, de Liège également, championne du monde, a impressionné face à une adversaire serbe, Suzana Radovanovic. Bref, samedi le Country Hall est devenu le temps d’une soirée le nouveau temple de la boxe liégeoise…





Oierre CAPART