• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3126418

Bouches ardentes

Mis en ligne le 30/04/2007

Pari tenu : 8000 crêpes en moins de 8 h



Samedi, 7 h pile, Gérard Georges la photo ci-contre, le directeur de l’Ecole d’Hôtellerie et de Tourisme de la Ville de Liège, chronomètre en main, donne le coup d’envoi du pari un peu fou qu’il avait imaginé, à l’occasion des 80 ans de son école et aussi au profit d e l’opération Télévie : réussir quelques 8000 crêpes en moins de 8 heures. Une minute plus tard, avec la toque sur la tête, il commençait la cuisson (avec d’autres cuiseurs), d’une impressionnante série de crêpes.
A 14h45, soit à 15 minutes du délai qu’il s’était fixé, les 8000 crêpes (délicieuses, car nous en avons acheté pour le petit déjeuner) avaient été réalisées. A 15 h, heure finale de la cuisson, il y en avait 8355.
Comme nous l’avions déjà écrit par ailleurs, cette opération a été montée pour fêter avec un certain panache, les 80 ans de l’école hôtelière liégeoise au renom international déjà bien assis. Mais en plus, le directeur de l’école avait décidé que la vente de ces crêpes servirait à une bonne cause. Et pourquoi pas pour le Télévie, puisque l’on était en plein dedans.
Samedi matin, nous avons pu constater de visu que tout avait bien été organisé.
Dans les cuisines, on ne chôme pas, les crêpes sont cuites, empilée sur des assiettes et lorsque ces assiettes commencent à être bien remplie, elles sont placées dans in monte-charge charge direction le restaurant « Vatel». Là, une autre équipe est alors chargée de les emballer par deux sous plastique alimentaire puis ensachées. Elles sont alors placées dans des sachets en papier prévu pour l’alimentation et comptées deux par deux.

Un fameux travail

Pour réaliser cet exploit, tout le monde s’y est mis : le directeur Gérard Georges, mais également Mme Claes, la directrice adjointe, les chefs d’ateliers, les professeurs de cuisine, mais aussi des professeurs de cours généraux, des éducatrices etc… ainsi que des étudiants venus spontanément. Tous les points de cuisson de l’école avaient été réquisitionnés pour la circonstance et à partir de 10 heures, (c'est-à-dire lorsque le public pouvait venir acheter ou déguster des crêpes dans l’école), un point de cuisson avait aussi été installé sur la terrasse de la cour intérieur. Le soleil étant de la partie, le public a aussi répondu à l’appel.
Quelques chiffres intéressants : pour établir le record, les quelques 30 à 40 cuiseurs ont utilisé
3.000 œufs, 600 litres de lait, 300 kg de farine, 60 litres d'huile d'arachide.
Et comme Gérard Georges le dira, fatigué mais heureux : « mais aussi des tonnes de bonne volonté et de solidarité ».
Vers 14 h 45, Me Bernard Vidick, le huissier de justice chargé de légaliser le record, criait par la fenêtre du restaurant, afin que tout le monde puisse l’entendre dans la cour et les cuisines : «On est à 8000 ». Un quart d’heure plus tard, lorsque le chronomètre se pointait sur 15 h, ce sont quelques8355 crêpes qui avaient été réalisées.
A ce moment là, si l’on savait que quelques 1328 duo de crêpes avaient déjà été commandés pour l’opération Télévie, on continuait à en servir sur la terrasse ainsi que dans la salle «Simenon» où l’on avait accueilli, durant toute la journée, le public ayant répondu présent à ce qui est aussi un action de solidarité.
Un tout grand coup de chapeau à l’équipe de l’Ecole d’Hôtellerie et de Tourisme de la Ville de Liège qui, malgré ses 80 printemps a encore énormément de vitalité et de qualité à son actif.

Petit reportage photographique de l’opération

Sur les trois photos suivantes, vous découvrez toute la dextérité de Gérard Georges lorsqu’il fait sauter les crêpes.

1) Il lance sa crêpe


2) La crêpe monte


3) Il rattrape sa crêpe qui s’étale harmonieusement dans la crêpière


4) et 5) Les premières équipes au travail ; Il est 7 h.




6) 7h15 : La première assiette de crêpes est envoyées vers le restaurant «Vatel»































7) Les «emballeuses» aux mains gantées s’activent avec sérieux


8) Sur la terrasse, c’est pour la bonne cause qu’on déguste les crêpes.


9) Me Bernard Vidick, le huissier de justice vient d’annoncer que les 8000 crêpes avaient bien été réalisées, à ses côtés, Chantal Demeuse, une éducatrice de l’école, chargée du comptage.


10) Gérard Georges, toujours en cuisine (il s’est juste un peu absenté en fin de matinée pour une réunion de travail à l’extérieur) montre le chrono : 15 h, c’est fini, pari tenu !!!


11) Les «emballeuses» ont aussi terminé et s’octroient un «goûter» bien mérité.








Texte : Gaston LECOCQ - (Photos: G. Lecocq)