• Visiteur(s) en ligne : 1
  • |
  • Visiteurs total : 3157672

En Ville

Mis en ligne le 19/04/2007

17ème Prix de l’Urbanisme de la Ville de Liège


Pendant deux semaines, exactement entre ce vendredi 20 avril et le vendredi 4 mai, le public aura la possibilité, tous les jours (sauf le dimanche) de 11 à 18 h, dans le stand prévu dans la Galerie Saint-Lambert (place St Lambert) de découvrir les 30 lauréats retenus cette année pour le 17 ème « Prix de l’Urbanisme de la Ville de Liège », organisé par l’échevinat de l’Urbanisme, de l’Environnement, du Tourisme et et du Développement durable et le département « Urbanisme et Développement durable » de la Ville de Liège.
Comme l’expliquera l’échevin Michel Firket en présentant les 30 candidats retenus suite aux appels lancés dans la presse ainsi qu’aux courriers envoyés aux architectes : « Le Prix de l'urbanisme n'est pas un prix d'architecture. Il n'est pas destiné à mettre en exergue une prouesse architecturale particulière mais le jury a pour responsabilité de choisir, parmi les 30 réalisations proposées cette année en matière de rénovation ou de construction, celles qui auront le plus d'impact sur leur environnement et surtout sur l'image de Liège.
Il s'agit ici de récompenser les efforts de ceux qui contribuent à valoriser la qualité de la vie en ville. Ce qui doit importer au jury, c'est le geste citoyen du maître d'ouvrage en vue de réinscrire un habitat de qualité à Liège. Les projets doivent avoir une valeur d'exemple, de stimulation dans le contexte environnant.
Les projets sont présentés au jury sans mention de l'architecte, afin de garantir toute objectivité.
Les 30 réalisations en lice n'ont pas fait l'objet d'une présélection, tous sont des candidatures spontanées et sont proposées au jury et au public dans leur intégralité. Pour participer aux Prix de l'Urbanisme, les projets doivent avoir reçu un permis d'urbanisme au cours des quatre dernières années. »
Il dura également : « Les poussées de fièvre de la planète dues aux émissions de gaz à effet de serre, l'épuisement inéluctable de nos réserves de combustibles fossiles sont au coeur de l'actualité. En corollaire, la nécessité d'une utilisation rationnelle de l'énergie s'est imposée comme une des problématiques majeures du XXlème siècle.
Sans pour autant ignorer un défi spécifique à Liège, ville millénaire, à savoir la sauvegarde, par une rénovation appropriée, de notre patrimoine bâti, le Prix de l'Urbanisme 2007 se devait de mettre l'accent sur la maîtrise de l'énergie devenue thème de campagne électorale, d'accords internationaux âprement négociés, de colloques scientifiques, de multiples enquêtes et sondages et même d'un film «dérangeant» ...
A y regarder de plus près, rénovation de notre patrimoine bâti ou construction neuve et maîtrise de l'énergie sont aujourd'hui intimement liées dans la mesure où le logement représente 23,4 % de la consommation wallonne d'énergie et où Liège se veut résolument une ville « durable». Concrètement, cela signifie que le développement - légitime et souhaitable - de la ville doit répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Deux concepts sont inhérents à cette vision du développement : le concept de « besoins» et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis à qui il convient d'accorder la plus grande des priorités, et l'idée des limites que notre environnement actuel et futur est capable de supporter du fait de notre mode de vie et de notre organisation sociale. Vaste programme s'il en est et dont, nous l'avons dit, le Prix de l'Urbanisme abordera plus spécialement un des aspects notamment en décernant une mention «énergie» à une réalisation immobilière neuve ou une rénovation.
Le Prix de l'Urbanisme jouera donc encore cette année le rôle mobilisateur qui est le sien en mettant à l'honneur des réalisations concrètes de mise en oeuvre de techniques d'utilisation rationnelle de l'énergie (isolation, utilisation de l'énergie solaire, matériaux répondant aux critères du développement durable, etc.), mais aussi son rôle éducatif et, je l'espère, incitatif auprès des habitants actuels et... futurs. En effet, plus que jamais, la conjoncture « énergétique» va dans le sens d'un retour vers la ville. Une ville qui est évidemment bien consciente qu'elle doit offrir une qualité de vie exemplaire notamment en matière de sécurité, d'espaces verts privatifs ou publics ou de mobilité douce. Ce défi, nous sommes décidés à le relever pour nous et nos enfants. »

Les critères de sélection

Ils sont répartis parmi les trois catégories suivantes :
1. rénovation ou construction d'une habitation familiale : 9 projets ;
2. rénovation ou construction d'un bâtiment non résidentiel : 12 projets; 3. rénovation ou construction de logements multiples : 9 projets.
2007 sera, comme le signale encore l’échevin : « une année faste, tout d'abord au vu du nombre de projets présentés, en augmentation de 50 % par rapport à la dernière édition de 2005 et d'autre part, parce que les projets présentent tous une qualité élevée. Au moins 20 d'entre eux méritaient une mention particulière, chacun dans leur style. »

Les prix

Les mentions : les projets classés premiers de chaque catégorie reçoivent une mention. Les mentions sont offertes par des enseignes des Galeries Saint-Lambert, qui reçoivent cette année encore l'exposition des différents candidats aux Prix de l'Urbanisme. Les prix sont constitués par des bons d'achat.
Le Prix de l'Urbanisme 2007 est choisi parmi les trois mentions et est aussi est offert par une grande vitrine des galeries.
Une mention "Patrimoine" est également attribuée au projet le plus intéressant en matière de préservation du patrimoine bâti. Elle est offerte par un commerce voisin de la galerie
Une nouveauté cette année : , une « mention "Energie » sera décernée pour la première fois au projet le plus respectueux du développement durable, et qui se distingue en matière d'économie d'énergie.
Comme chaque année, le « Prix de la Presse » sera délivré par les représentants de la presse liégeoise qui se réuniront et qui attribueront le prix, après délibérations, dès ce vendredi 20 avril après-midi, mais il ne sera divulgué que le vendredi 4 mai lors de la remise des prix. Il est offert également par une enseignes de la Galerie Saint-Lambert.
Enfin, le Prix du Public sera décerné à la réalisation qui aura reçu le plus de suffrages parmi les visiteurs de l'exposition.
Un cadeau pour le public :
Parmi ceux qui auront voté pour le lauréat, un tirage au sort sera effectué. Le gagnant remportera un voyage de 3 jours et 2 nuits, à Fribourg en Breisgau, ville modèle en matière de développement durable. Ce voyage est offert pour 2 personnes par une agence de voyage du Centre

Le jury

Le jury, présidé par l'Echevin de l'Urbanisme, était composé cette année par de nouveaux élus au Conseil Communal liégeois, en fonction depuis décembre 2006. Leur regard neuf sur le dynamisme architectural et urbanistique, dépassant toute étiquette politique, a permis des choix qui mettent en exergue les efforts de ceux qui valorisent la ville par leurs initiatives.
Le jury de cette 17ème édition du Prix de l'Urbanisme, était donc composé de
Monsieur Mehmet AYDOGDU, Madame Véronica CREMASCO, Monsieur Fabrice DREZE, Madame Elisabeth FRAIPONT, Madame Nathalie FRISEE, Monsieur Michel PETERS et de Jean-Paul GOMEZ, Directeur du Département de l'Urbanisme.

En pratique :

Exposition des candidatures Galeries Saint-Lambert du 20 avril au 4 mai Tous les jours sauf le dimanche Accueil de 1 1 à 18 h
30 candidats aux Prix de l'Urbanisme, répartis selon 3 catégories :-1. rénovation ou construction de logement familial ; 2. rénovation ou construction d'un bâtiment non résidentiel ; 3. rénovation ou construction d'habitat multiple
Concours : votez pour votre projet préféré et gagnez un voyage pour 2 personnes (3 jours et 2 nuits à l'Hôtel Victoria) à Fribourg (D), ville modèle en matière de développement durable
Exposition de panneaux d'information «Construire, rénover, ravaler à Liège»: tout savoir sur les permis d'urbanisme, les primes communales ou régionales octroyées
Quinzaine du développement durable du 20 avril au 4 mai
9 activités sont proposées au grand public en parallèle à l'exposition : 1 film, 2 conférences, 1 excursion, 2 visites "nature", 2 visites de maisons "bioclimatiques", 1 café de l'éco-rénovation – Voir le programme en fin d’article.
La remise des prix aura lieu le vendredi 4 mai à 18h à la Collégiale Saint-Barthélemy de Liège.
Par ailleurs, pour déjà vous donner une idée des candidats sélectionnés et pour lesquels vous pourriez voter pour le « Prix du Public 2007 » (bulletins de vote à remplir sur place), nous vous présentons les 30 réalisations retenues cette année.

Gaston LECOCQ

Catégorie 1 : rénovation ou construction de logement familial


1. Rue du Tombay, 110 à 4030 GRIVEGNEE
Maître de l'ouvrage: Mr F. BOURGEOIS et Mme A. PÂQUE Architecte : Fabian BOURGEOIS

Cette habitation semi-mitoyenne de 1930, mal entretenue et pourvue d'annexes insalubres dévalorisait la rue. Une annexe contemporaine et sobre, composée de volumes superposés en décrochement, jouxte maintenant la façade principale restaurée à l'identique. Seuls les châssis ont été modernisés.
Des hauteurs sous plafonds et des niveaux de sols variables différencient les pièces ouvertes les unes vers les autres. La façade arrière, orientée au sud, est largement vitrée et donne une grande luminosité naturelle à chaque volume.


2. Rue Henri Vieuxtemps, 23 à 4020 LIEGE
Maître de l'ouvrage: Mr et Mme LIGOT Architecte : Atelier d'architecture Gil HONORE

Les propriétaires souhaitaient agrandir leur petite habitation plutôt banale des années 50 et profiter d'une toiture orientée plein sud ; le volume ajouté est très soigné au niveau des finitions et se présente en recul par rapport à l'alignement, le rendant peu perceptible de la rue. L'escalier d'accès à l'extension se glisse dans un élargissement du séjour. Celui-ci se poursuit par le volume ajouté apportant un cadre de vie poétique et confortable. La forme du toit est une courbe tendue qui fait le gros dos du côté de la rue pour protéger l'intimité des habitants tout en ouvrant une vue exceptionnelle sur un panorama de la ville avec la Basilique Saint-Martin en point de mire.


3. Rue de Sélys, 17 à 4000 LIEGE
Maître de l'ouvrage: Mme Belinda DA SILVA-ANOUNOU Architecte : Luc HERZE

La conception de cet immeuble classé, dit «Maison Piot » est due à l'architecte ROGISTER et date de 1904. Sa restauration a été suivie par un comité d'accompagnement. Les vitraux étaient en bon état de conservation, des mesures de précautions importantes ont été prises lors de la rénovation des autres éléments qui étaient particulièrement dégradés suite au tremblement de terre de 1983. La famille qui l'habite a pris grand soin de restaurer les éléments d'époque: meubles intégrés, lambris, ... qui bien que non classés, confèrent à cette maison son âme toute particulière.


4. Rue Ravinhay, 42 à 4030 GRIVEGNEE
Maître de l'ouvrage: Mr et Mme MARCHOT-DAVIN Architecte : Eric LAMBLOTTE

Acquis fin des années 90 par une célibataire, ce bungalow présentait deux pièces en enfilade sur une cave. Une annexe fut ajoutée à l'époque. Un mariage et deux enfants plus tard, la maison se rehausse de 2 niveaux. Une isolation performante et une ventilation double flux assurent une bonne régulation thermique de l'ensemble et une ambiance confortable. Le choix du bois s'est imposé naturellement pour sa légèreté et ses qualités d'isolation.
de parking protégé par une grille métallique. Grâce à la dénivellation, le jardin participe à la vie du salon.
La mise en oeuvre des matériaux et la pureté des lignes donnent une marque contemporaine, tandis que le choix d'une brique foncée mate et d'une porte d'entrée peinte dans la même couleur que celle du voisin, font lien avec les bâtiments contigus, jouant la carte de l'intégration au quartier.


5. Rue du Sart Tilman, 252 à 4031 ANGLEUR
- Maître de l'ouvrage : Mme Claire PERILLEUX Architecte : Eric VANDEBROEK

Cette restauration donne une belle ambiance à la maison, autrefois inadaptée aux critères de confort actuels. Un étage supplémentaire à ossature bois accueille deux chambres et une salle de bain sans dénaturer cette habitation à l'architecture « bungalow» des années 60. L'isolation thermique des nouvelles parois est performante, les capteurs solaires fournissent l'eau chaude sanitaire et l'organisation des volumes intérieurs permet une ventilation naturelle. Au rez-de-chaussée, le placement d'un lanterneau baigne de lumière l'extension du séjour qui conduit au jardin par la terrasse.


6. Rue des Franchimontois, 65 à 4000 LIEGE
Maître de l'ouvrage : Mr et Mme MINDER - RADOUX Architecte : Maximilien CORNET

L'originalité de cette extension proposant une cuisine et une buanderie réside dans l'espace bureau en mezzanine offert au-dessus de la cuisine.
La double hauteur de l'annexe a permis d'inscrire cette fonction dans le volume en même temps qu'elle amène la lumière naturelle dans la pièce centrale. Une nouvelle communication établie avec le jardin rend à cette habitation un lien avec la nature. Les volets permettent un regard discret vers l'extérieur tout en offrant à l'intérieur le jeu de lumière des persiennes.


7. Quai Marcellis, 10 à 4020 LIEGE
Maître de l'ouvrage: Mr et Mme TROISFONTAINES - de MARNEFFE Architecte : Nadine BUOL

Un cabinet médical et le logement familial cohabitent dans cet immeuble inséré entre deux buildings. La demande portait sur la création d'espace individuel pour chacun des deux enfants et d'un espace de détente pour les parents. Le second étage a été entièrement recomposé pour proposer deux suites (chambres, bureau, salle de bain) et une chambre d'amis. Le troisième étage étant réservé aux parents offre une vue exceptionnelle sur le fleuve. Les baies vitrées coulissantes s'ouvrent sur une terrasse.








8. Rue Léon Frédéricq, 4 à 4020 LIEGE
Maître de l'ouvrage : Mr V. PHILIPPART de FOY et Mr FLERON Architecte : Olivier MOYERSOEN

Cette belle maison de maître composée classiquement de pièces en enfilade se terminait par des annexes peu lumineuses. La réorganisation de celles-ci et l'amélioration de la luminosité ont constitué le fil conducteur de cette restauration. L'extension de la cuisine et le passage entre le premier étage de l'entresol et la chambre ont été traités en verrière de manière à augmenter la luminosité intérieure tout en agrandissant les espaces de séjour. Un second escalier, réalisé en colimaçon, permet l'accès au premier étage par une galerie vitrée.



9. Thier de la Fontaine, 75 à 4000 LIEGE
Maître de l'ouvrage: Mr et Mme ROELS - DEMEYER Architecte : Pierre MONSEU

Un terrain libre à côté d'un bâtiment du 19ème siècle est acquis par une famille de 4 personnes.
Une volumétrie simple épouse la forme du terrain. Les baies sont déterminées par les fonctions internes et les cadrages sur la ville. L'espace extérieur privé offre un emplacement






Catégorie 2 : Le non résidentiel


10. Bd Frère Orban (Capitainerie du Port des Yachts) à 4000 LIEGE
Maître de l'ouvrage : Port autonome de Liège Architecte : Nadine BUOL

II s'agissait de créer à Liège un lieu de détente où profiter du bord de l'eau, prendre un verre sur une terrasse et, quel que soit le temps, être protégé en gardant le contact visuel avec le fleuve. La terrasse est réalisée en bois et s'ouvre selon un angle de 170° sur la courbe du fleuve. Le bâtiment existant, habillé de pierre, a dicté l'utilisation du même matériau pour la base. Des hublots et la toiture courbe rappellent la ligne des péniches qui passent. La présence de grandes surfaces de vitrages fait disparaître la construction reflétant tantôt le fleuve, tantôt les arbres. Sans être tapageur, ce bâtiment est un point d'appel. La réalisation utilise avec subtilité les fonds publics.


11. Bd Frankignoul, 5 à 4020 LIEGE
Maître de l'ouvrage: DERAVET sa - Architecte : Bernard TOMBEUR

Les réalisations le long du Boulevard Frankignoul rivalisent de virtuosité architecturale. L'extension de cette surface commerciale ne pouvait se faire qu'en hauteur. Le souhait de donner à l'entreprise une image dynamique a induit une architecture ouverte et contemporaine.
La façade de 100 mètres de long est séquencée par l'alternance des matériaux : métal, verre et bois. Le métal est réservé à la zone d'atelier, le bois aux bureaux et le verre aux vitrines de 7 mètres de haut. Le cèdre a été choisi pour tempérer par sa chaleur l'expression « hi-tech » de cette longue façade.




12. Chemin des Chevreuils, 3 B53 à 4000 LIEGE
Maître de l'ouvrage : Université de LIEGE Architecte : Atelier d'Architecture de Lavaux

L'eau, outil fonctionnel mis à la disposition de la recherche, de l'étude et de l'industrie est tout à la fois le sujet et l'objet de cette construction. Les bâtiments profitent de la déclivité des lieux. Ils s'articulent vers le bâtiment des sciences appliquées, créant un îlot végétal. Volumes clairs et matériaux naturels confèrent un dynamisme esthétique à l'ensemble. Un laboratoire hydraulique en sous-sol étudie les modèles de barrage et nécessite un volume de 400 m3 d'eau. L'eau, instigatrice du projet, est également présente à l'extérieur: un bassin animé d'une échelle à eau marque l'entrée. A l'intérieur, une fontaine sculpturale habille le hall et traduit le cycle des différents états de l'eau.



13. Rue Jean Hermesse, 71 à 4020 LIEGE
Maître de l'ouvrage: Mr E DI DUCA Architecte : Nicolas HOFMAN

La volonté était de créer une extension à un cabinet vétérinaire et de profiter d'un espace couvert polyvalent, pouvant servir à la fois de car port et de zone d'examen pour gros animaux. Le projet permet de privatiser et de refermer la cour existante.
La composition et les matériaux sont simples et fonctionnels, une toiture légère et toute en horizontalité, parallèle à la voirie, se dépose, d'une part, sur un mur d'appui et d'autre part, sur des colonnes métalliques. Le traitement est le même pour l'annexe du cabinet vétérinaire que pour l'espace polyvalent, amenant une continuité visuelle de l'ensemble.



14. Rue Saint-Paul, 10 à 4000 LIEGE
Maître de l'ouvrage : Pâtisserie STOFFELS Architecte : Michel et Frank ISTACE

Ce commerce de la rue Saint-Paul est entièrement réorganisé en un salon de dégustation lumineux et en comptoirs offrant une visibilité maximale des produits depuis le piétonnier. La façade recomposée aligne les descentes de charges. La pose d'un parement de finition met en valeur la façade supérieure. Les règles spécifiques au centre ancien protégé ont été respectées.
La transparence du rez-de-chaussée favorise l'éclairage naturel à l'intérieur du magasin et engendre chez les badauds des envies gourmandes...





15. Rue du Pont de Wandre, 58 à 4000 LIEGE
Maître de l'ouvrage: PHARMAWANDRE sprl Architecte : Michel et Frank ISTACE

Le regroupement de 3 officines situées dans le quartier est à l'origine de cette réalisation. La nouvelle pharmacie offre un parking et un accès aux personnes à mobilité réduite. L'éclairage naturel, l'ouverture du bâtiment vers l'extérieur, de même qu'une évolution possible de l'aménagement ont dicté une conception sobre et contemporaine. Le bâtiment est intégré dans son environnement suivant les lignes de force. L'éclairage est très présent et renforce la sécurité du lieu.



16. Rue Basse Wez, 301 à 4030 GRIVEGNEE
Maître de l'ouvrage: I.P.A.L. Architecte : Alain DIRIX sprl

L'IPAL a souhaité conserver l'aile principale de l'ancien hôpital du Valdor, bâtiment emblématique bien connu des Liégeois, et le restaurer dans les règles de l'art. Les façades en briques, striées de bandeaux horizontaux en pierre calcaire jusqu'à la pointe de leurs pignons ornementés, sont aussi coiffées d'élégantes toitures en ardoises naturelles terminées par des pinacles en pierre et des épis en fer forgé. L'entrée principale donne accès au futur hôpital qui se développera à l'arrière, dans des constructions contemporaines. Il s'agit ici de la première partie d'un vaste projet de reconstruction.



17. Rue de Serbie / rue Paradis 4000 LIEGE
Maître de l'ouvrage : M. Didier BERNARD Architecte : JEHAES

Un petit restaurant s'est vu transformé en magasin de pianos. L'option d'un travail sur l'horizontalité a été développée en contraste avec le bâtiment d'angle marqué par la verticalité.














18. Bd de la Sauvenière, 160 à 4000 LIEGE

Maître de l'ouvrage : Patrick SCHEVENELS sprl Architecte : Patrick COLOT

L'inscription des fonctions de pâtisserie, d'atelier et de logement dans ce bâtiment, très altéré par le temps, est exemplaire. Un visage digne de ce nom lui a été rendu en reconstruisant une façade sur base du format de l'unique baie restante et masquée sous un
bardage. La surface commerciale se développe au rez, sur toute la profondeur, en jouant sur l'étroitesse des lieux pour apporter une grande dynamique à l'aménagement intérieur. La façade réinterprète une architecture classique en y intégrant des éléments contemporains (pierres boulonnées, bardage inox). Elle ne se démarque pas ainsi des bâtiments du centre ancien.





19. Route du Condroz, 492 c à 4031 ANGLEUR
Maître de l'ouvrage : Mme Marie-France PONS Architecte : A.R.T. scprl

Faire oublier la précédente fonction de garage, unifier les volumes des bâtiments existants tout en augmentant les surfaces réservées au commerce, au stockage et à un atelier sont les paris gagnés de ce projet. L'exercice de transformation en quatre commerces était difficile.
Le parement en pierre, l'emploi du verre ainsi que la toiture à un versant donnent l'uniformité aux différents volumes existants et créent un complexe commercial cohérent.






20. Impasse des Drapiers, 2 à 4000 LIEGE
Maître de l'ouvrage: Mr Ramon RODRIGUEZ
Architecte : Jean-Luc MARRINI et Hubert VANHEYCK association momentanée

Cette transformation met l'accent sur la qualité architecturale du passé (façade et toiture sont classées) et son intégration sans rupture au contemporain. La façade de l'annexe dans l'impasse a été revêtue d'un enduit de teinte foncée et sobre, de manière à fusionner le logis principal à l'annexe et à mettre en exergue le bâtiment classé. L'aménagement intérieur met en évidence les éléments de structure du passé en leur faisant côtoyer des interventions contemporaines. Les coloris du mobilier et l'éclairage sont mis en scène en corrélation avec la modernité du programme hôtelier, dans le respect des caractéristiques patrimoniales du lieu.



21. Rue de la Centrale, 2 à 4000 LIEGE
Maître de l'ouvrage : Stade du Standard Architecte : Denis SIMON

Ce projet artistique intégré au stade du Standard organise la rencontre de l'art et du sport populaire. Une seconde phase doit encore être concrétisée. 5.000 carreaux de faïence ont été dessinés par des jeunes, des sportifs ou des sponsors sur le thème de la couleur. Des cellules photovoltaïques emmagasinent l'énergie lumineuse pendant la journée, le son des applaudissements est également capté. Ces deux énergies sensorielles font apparaître ou s'effacer les images.



Catégorie 3 : construction et rénovation de logements multiples


22. En Jonruelle, 74 à 4000 LIEGE
Maître de l'ouvrage: Mr Y. PIRON Architecte : Yves PIRON

Ce bâtiment de la fin du 19ème siècle a été entièrement rénové par un jeune couple passionné d'économie d'énergie pour proposer quatre logements confortables et un bureau. Le propriétaire a souhaité faire de celui-ci un modèle en matière de développement durable. L'asbl « Eco'Hom » organise des visites pour présenter le triple objectif rencontré : économie d'énergie, mise en valeur du patrimoine et bien-être des occupants. Le choix des matériaux et des techniques répond aux critères de santé des
habitants et des travailleurs, du respect de l'environnement, de l'énergie grise et des normes en matière d'incendie. Un coefficient d'isolation de 55 est atteint (la norme est de 35), car il a été entièrement revisité, notamment pour éviter les ponts thermiques.



23. Rue Velbruck, 8 à 4000 LIEGE
Maître de l'ouvrage: Madame Nadine BUOL Architecte : Nadine BUOL

L'architecture de cet immeuble constitué d'appartements et d'un rez commercial respecte, par ses volumes et ses teintes sobres, la grande valeur patrimoniale de Hors Château. Les ouvertures verticales reprennent le rythme des façades anciennes. Les terrasses confortables augmentent les perspectives, permettent d'habiter la ville sans s'y sentir enfermé, tout en articulant le volume qui s'apparente à la rue Hors Château à celui de la rue Velbruck. Trois appartements de deux chambres et un duplex de plus de 190 m2 proposent au centre des logements très confortables. Le choix de la brique grise permet d'atténuer les contrastes.






24. Rue des Vennes, 364 et 366 à 4020 LIEGE
- Maître de l'ouvrage: ADISEM sprl Architecte : Luc SPITS sa

Il a fallu de la subtilité et de l'imagination pour reconvertir cet immeuble de bureau, abandonné de longue date, en logements composés de 28 appartements, 14 studios et 42 garages.
Il était primordial d'harmoniser ce building au front bâti environnant en minimisant sa grande verticalité. Pour cela, la partie basse des balcons est traitée horizontalement par une trame ajourée alors qu'en partie haute, le verre fait oublier autant que possible la portion dépassant les immeubles voisins.





25. Rue Renard, 5 à 15 à 4030 GRIVEGNEE
- Maître de l'ouvrage: LE LOGIS SOCIAL Architecte : Anne-Michèle JANSSEN

Ces 6 logements destinés aux familles sont adaptables aux personnes à mobilité réduite. Isolation (k36), énergie solaire, ventilation et ensoleillement naturels ont été réfléchis pour réduire les coûts énergétiques au maximum. Les volumes sont compacts et il n'y a pas de garage : l'argent public est utilisé afin de loger des personnes, pas des voitures. Les eaux de pluie sont récupérées comme eau sanitaire. L'utilisation de matériaux naturels (structure en bois, isolation en cellulose et peintures) garantissent des habitations saines. Les briques de parement rouges, une zone de recul végétale et un jardin font référence à un habitat «traditionnel».




26. Place J. Seeliger, 1 à 12 et Rue Fort de Loncin, 61 à 4000 LIEGE
- Maître de l'ouvrage: LA MAISON LIEGEOISE Architecte : Ph. GERAR, Fr. LEMAIRE et Associés

Construit en 1927, cet ensemble de 66 logements est très représentatif de l'architecture du logement social de l'entre deux-guerres.
Les façades sont rénovées à l'identique. Par contre, les fonctions internes sont inversées : antérieurement, les chambres donnaient sur la place tandis qu'aujourd'hui, la vie du logement est traversante et s'ouvre à la fois vers la place et vers les jardins. Les anciens balcons ont été remplacés par des loggias en bois pour aménager des cuisines plus confortables. Les portes intérieures ont été remplacées afin de correspondre aux standards actuels.



27. Place Bonne Nouvelle 3 et 4/ rue du Ruisseau à 4000 LIEGE
- Maître de l'ouvrage : Mr et Mme PASQUALE - LAMBRECHT Architecte : ARTERRE JM DELHAYE

En 1994, cette parcelle abandonnée accueille une expérience architecturale de
cc participation » avec la population : « La Maison végétale ». Ensuite, une extension du commerce attenant est souhaitée par les propriétaires.
Le rez-de-chaussée préserve un vaste hall d'accès (pour vélos et poussettes) aux trois nouveaux logements et au logement existant sur la place.
Avec sa toiture en zinc et sa terrasse en bois, cet immeuble s'inscrit dans le bâti mitoyen tout en cherchant l'originalité dans sa conception.



28. Rue de Hesbaye, 149 à 181 à 4000 LIEGE
- Maître de l'ouvrage : SERVATIUS (Société de logements) Architecte : QUADRA Architecture et Management scrl

Projet pilote réalisé grâce à des partenariats privé/public, ce programme recrée un nouveau quartier et offre des logements très diversifiés. En effet, ils sont à louer ou à vendre, pour familles ou personnes seules, pour budgets modestes ou plus importants. Cette mixité de logements confortables (chaque appartement a une terrasse) est assortie d'une offre en commerces de proximité qui ne font pas concurrence aux commerces implantés dans le quartier. L'expérience hollandaise en logement social, intégrée au contexte liégeois, donne un projet non traditionnel, non uniforme, apte à créer une vie multiforme, reflet d'une société multiculturelle.



29. Rue Saint-Paul, 41 à 4000 LIEGE
- Maître de l'ouvrage : C.P.A.S. de LIEGE
Architecte : Bureau d'Urbanisme, d'Architecture et d'Arts associés (BUAAA) scprl

Hier immeuble laissé à l'abandon, ce bâtiment offre aujourd'hui un rez commercial et trois appartements aux étages. Evider l'intérieur du bâtiment a permis d'assainir l'immeuble, de répartir les volumes de manière plus confortable, de stabiliser le bâtiment et ses mitoyens. Les appartements sont bien dissociés du commerce du rez-de-chaussée. L'accès aux deux derniers étages par la toiture du premier libère de la cage d'escalier toute la surface utile et la consacre au confort de l'occupant.



30. Rue Saint-Séverin, 46 - 48 à 4000 LIEGE
- Maître de l'ouvrage : Régie Foncière et Immobilière de la Ville de Liège Architecte : Fabienne HENNEQUIN et Associés sprl

Ces deux immeubles du 17ème siècle sont repris à l'inventaire du patrimoine architectural de Wallonie. A l'état de ruines depuis 15 ans, ils offrent aujourd'hui une mairie de quartier et quatre logements aux étages. La rénovation consiste en la conservation des façades à rue, la disposition autour d'une cour intérieure, la conservation et la restauration des parties en colombage, l'appropriation des espaces, des vues et de la lumière et la mise au confort actuel. Les logements sont spacieux, lumineux et isolés sur le plan acoustique. Les matériaux utilisés permettent un entretien facile, la durabilité des bâtiments et une économie énergétique.