• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3186751

En Ville

Mis en ligne le 16/04/2007

Médiacité : ça avance


C’était le 18 octobre 1995. Ce jour là, à l’occasion d’une réunion du comité de quartier « Association pour la promotion du Longdoz » Pierre Grivegnée, administrateur délégué de la société Wilhelm & Co, propriétaire du terrain (3,6 hectares) des anciens laminoirs de l'Espérance Longdoz, annonçait son intention d'y créer une «Cité de l'audiovisuel». Le lendemain, en primeur, j’annonçais ce projet dans les colonnes de «La Meuse». Repris bien vite par la concurrence, le projet suscita longtemps le scepticisme voire les moqueries de certains confrères qui avaient mal digéré le «scoop». Mais ce projet qui pour le quartier, mais aussi pour la ville voire le pays de Liège était porteur d’emploi et de véritable redéploiement conomique, j’y croyais dur comme fer. Et même si le dossier a pris du retard sur le phasage prévu (mais c’est malheureusement le plus grand des défaut des Liégeois, c’est de tergiverser, de couper les cheveux en 8 pourfinalement reconnaître qu’un projet est bon), nous y sommes presque. Et en lieu et place de parler de « Cité de l’audiovisuel », on parlera maintenant de «Médiacité».



























En effet, c’est ce mercredi 11 avril que, sur présentation de l'échevin de l'Urbanisme, de l'Environnement, du Tourisme et du Développement durable, Michel Firket, le Collège Communal de la Ville de a délivré le permis unique pour la construction de la «Médiacité».
Ce projet, qui couvre une superficie de 6,5 ha, s'inscrit dans la continuité du permis unique obtenu en mai 2005 par le demandeur. La décision de la RTBF de s'installer sur le site a entraîné un remaniement de ce dernier, assez important, nécessitant une nouvelle demande de permis unique.
Les principales modifications apportées au programme 2004 sont :
- la modification du parking (trois niveaux au lieu de quatre) ;
- la suppression de l'hôtel ;
- l'accroissement de la surface accordée à la RTBF et des superficies commerciales, pour lesquelles le demandeur a obtenu en mai 2006 un permis socio-économique ;
- l'organisation du site : localisation de la patinoire et suppression d'allées piétonnes rejoignant les rues voisines.
Cette demande de permis a été introduite le 2 octobre 2006, accompagnée de l'étude d'incidences réalisée par le Bureau Pissart -Van der Stricht.
Dans l'ensemble, les impacts générés par le projet ne sont guère différents de ceux relevés en 2004. Le projet reste une opportunité importante pour le quartier, et pour la ville.

Les travaux sont en cours

Et Michel Firket d’expliquer : « Depuis 2004 un plan de réhabilitation a été réalisé. Les travaux sont en cours. Ils consistent principalement en l'excavation d'une grande partie des matériaux pollués. Seul le sous-sol de la piazza ne sera pas excavé.
La réhabilitation d'un ancien site industriel est un point positif du projet et s'inscrit dans la philosophie du SDER (schéma de développement de l’espace régional), qui préconise le recentrage des équipements à l'intérieur des villes et une utilisation parcimonieuse du sol.

Au niveau paysager, la réaffectation du site des anciens laminoirs et la rénovation du centre commercial existant seront globalement positives pour le quartier. De manière générale, le projet constitue une opportunité pour l'amélioration des espaces publics existants. Le dernier projet présenté par le demandeur apporte des améliorations notables sur les espaces publics existants, qu'il s'agisse de la place Brenu ou des voiries adjacentes au site. L'aménagement de la piazza reste encore à détailler en fonction du bâtiment de la RTBF, de même que celui du tronçon de la rue Latour allant du site à la rue Dothée.
Les bâtiments proposés se démarqueront évidemment des caractéristiques locales du bâti. Ceci est lié aux diverses fonctions que le projet abrite, ainsi qu'à une volonté de la Ville de Liège de voir construire à cet endroit un bâtiment emblématique, un point de repère le long des quais. L'architecture développée dans ce nouveau projet est plus contemporaine et s'inscrit bien dans cette volonté.»

Une fameuse opportunité pour le quartier

L’échevin poursuit : « Sur le plan socio-économique, le projet constitue - comme dans d'autres domaines - une belle opportunité pour le quartier. Il n'en reste pas moins vrai qu'il aura des incidences à la fois sur le commerce liégeois, le centre commercial de Belle-Ile étant le plus exposé, et sur l'activité cinématographique. Afin de limiter cet impact, Médiacité doit s'individualiser, tant par le type de commerces proposés (orientation vers les loisirs) que par les enseignes qui s'y implanteront. Notons que dans le centre Longdoz I, les commerces seront conservés. Ce point est important car cette partie complexe joue un rôle local prépondérant dans le quartier, qu'il convient de conserver.
Le principal impact sur le quartier est évidemment la coupure de la rue d'Harscamp. Celle-ci apparaît nécessaire sur le plan commercial, pour assurer la réussite du projet dans son ensemble, et ne pas confiner l'ancien centre à son rôle local, tandis que seule la partie Médiacité bénéficierait des retombées extérieures. Cette coupure entraînera un report de trafic sur la rue Grétry, et nécessite en outre le détournement de la ligne 4, l'une des plus importantes du réseau liégeois. Un nouveau terminus doit également être prévu. Le site proposé est l'extrémité de l'ancienne assiette de chemin de fer, rue Natalis ; il a reçu l'aval des TEC à condition que des mesures soient prises, pour réduire le trafic rue Grétry et limiter l'impact sur la vitesse commerciale.






















Cette coupure est également pénalisante pour les usagers lents, raison pour laquelle il a été imposé au demandeur d'ouvrir un passage 24h/24.
En terme d'accroissement de trafic, le projet devrait générer entre 13 et 14.000 mouvements de véhicules (entrées + sorties) pour un jour ouvrable. Ce trafic se répartira en fonction des accès au parking sur les voiries environnantes. Moyennant l'application des mesures proposées dans l'étude d'incidences, les voiries et carrefours existants sont aptes à absorber ce surplus de trafic.
L'offre en stationnement est suffisante pour un jour moyen. Pour les jours de grosse affluence, des mesures de gestion de parking devront être prises. Une collaboration avec des parkings voisins devra peut-être être envisagée. Enfin, il sera nécessaire de prévoir dans les rues voisines des zones bleues et de proposer des cartes de stationnement aux riverains.
En conclusion, on peut dire que le projet constitue un véritable défi pour tous les acteurs concernés par Médiacité. II donnera un signal fort du renouveau tant d'un quartier mixte que de la ville, voire de l'agglomération en général. En outre, le projet contribuera à donner une image moderne, positive, dynamique de ces espaces. »

Par ailleurs, mais l’information qui provient pourtant de bonne source n’a pu être confirmée, certains laissent entendre que le nouveau site de la RTBF pourrait aussi abriter RTC-Télé Liège qui quitterait ainsi le quartier du Laveu. On pense généralement aussi que les bâtiments de Belgacom et de l’ancienne fabrique de cigares deviendraient partie intégrante de la «Médiacité», pouvant accueillir ce que l’on appelle post-production dans le domaine du cinéma ou de la production vidéo.

Ce que prévoit le permis unique pour le moment

1) Rénover, étendre et exploiter un centre commercial « Complexe commercial Longdoz I et II» : 72 emplacements, de surface variable, destinés à accueillir des activités de commerce (boutiques, moyennes surfaces, supermarché, horeca) ; des zones de bureaux et divers espaces privatifs.
2) Construire et exploiter un parking : environ 2.500 places dont 1.750 nouveaux emplacements (1).
3. Construire et exploiter un centre de loisirs : avec, au rez : 29 emplacements, de surface variable, destinés à des activités de commerce (boutiques, moyennes surfaces, horeca) ; au 1er : emplacements destinés à accueillir ultérieurement des activités de loisirs et divers bureaux ; au 2ème : une zone technique ; à l'extérieur : quatre quais de chargement/déchargement de camions fermés et deux allées de service permettant les livraisons dans l'ensemble du site.
4. Construire et exploiter seize salles de cinéma : 3.270 places (3.206 + 64 PMR) ou 12 selon d’autres scénarios envisagés.
5. Construire et exploiter une patinoire olympique : 1.200 sièges. A ce sujet, c’est le bureau Escaut-Weinand qui est l’auteur de projet désigné par la Ville.
6. Construire des espaces accessibles au public.
7. Modifier le tracé et l'équipement de voiries publiques (place Brenu, rue d'Harscamp et rue Stouls).
Ce permis a été rédigé au bénéfice de la : S.C.A. Compagnie de promotion liégeoise - CPL, rue du Châtelain, n°32 à Ixelles.

Gaston LECOCQ


(1) Parking B8 : parking du complexe commercial Longdoz I&II sur un niveau unique. 518 places à usage public et 117 places dans un parking séparé, à usage privé. Parking B3-B4 : parking « Médiacité » sur 3 niveaux. 1.717 places.