• Visiteur(s) en ligne : 7
  • |
  • Visiteurs total : 3098652

Théâtre

Mis en ligne le 29/03/2007

A l'Etuve: Sabotage et l'Alouette sanglante


Le Théâtre Royal de l'Etuve s’est mis en tête de ressusciter deux pièces
en un acte qui firent les beaux soirs du «Grand-Guignol» et présente en création les jeudis, vendredis et samedis à 20h30 du 19 au 28 avril :
L'Alouette Sanglante de Charles Garin et Sabotage de Charles Hellem, William Valcros et Pol d'estoc

Sabotage
- Mise en scène: Eddy Houbart
- Avec: Eddy Houbart, Melody Paquay, Jean-Michel Renard, Elsa Paterka
- Scénographie: Bénédicte Luxen

Comme son fils malade semble aller mieux, Pierre, un ouvrier, se rend à une réunion syndicale. En son absence, l'état de l'enfant empire et le médecin appelé à son chevet doit opérer d'urgence. Une coupure d'électricité interrompt l'intervention ; l'enfant meurt. On apprend que ce sont Pierre et ses camarades qui ont coupé le courant dans le quartier…

L'Alouette sanglante
- Mise en scène: Roland Dechambre
- Avec: Eddy Houbart, Melody Paquay, Jean-Michel Renard, Elsa Paterka et Yves Haumont
- Scénographie: Bénédicte Luxen

Nous sommes en Chine, au siècle dernier. Li, riche marchand, a pour hobby le dressage d'une alouette. Son voisin Wang, lui aussi amateur d'oiseaux, en est impitoyablement jaloux…. Profitant de l'absence de Li, parti en voyage d'affaires, il persuade perfidement l'épouse de celui-ci d'ouvrir la cage de l'oiseau qui s'envole et disparaît. La vengeance du marchand, à son retour, sera à la mesure de la perfidie commise.

Le Grand Guignol

Le qualificatif de Grand Guignol (adjectif grand-guignolesque) s'applique aux divertissements basés sur un spectacle d'horreurs macabres et sanguinolentes. Le terme est devenu péjoratif et désigne désormais, plus généralement, les œuvres abusant d'effets spectaculaires.
Le nom vient du théâtre autrefois situé à Montmartre (Paris), qui se spécialisait dans ce type de spectacles. Il ouvrit en 1897, sous la direction d'Oscar Méténier, au 20 bis de la rue Chaptal, et il constitua la version adulte du petit theâtre de Guignol. Son objectif était d’en remettre par rapport au naturalisme à la mode et d’introduire prostituées et malfrats au-delà du rideau rouge, lequel est voué à être éclaboussé du sang des scènes les plus violentes. Mais toujours en suscitant le rire compensateur d’un public habilement mis en condition par l’excès même des rituels du crime annoncé au premier degré. Dans cette salle de 347 places, le public était donc au cœur du spectacle, ce qui avait son piquant sachant que les effets spéciaux utilisaient des restes de boucherie. L'énucléation était un des effets préférés.
Des auteurs d’un talent s’illustrèrent dans ce drôle de répertoire, tels qu’Eddy Ghilain ou André Lorde qui écrivit de nombreuses pièces courtes entre 1901 et 1926, mettant en scène le danger des outils domestiques, la souffrance d'innocents, des infanticides, la folie et la vengeance. Des farces sexuelles étaient aussi jouées, dont tout le suspense était de deviner si elles allaient également se terminer en bain de sang.
Le théâtre ferma ses portes en 1963, ne pouvant soutenir la compétition avec le cinéma. Cette salle servit par la suite à l'École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre (ENSATT), pour ses travaux pratiques, et fut rebaptisée Théâtre 347. Depuis 2004, elle est le siège de l’International Visual Theatre (IVT) dirigé par Emmanuelle Laborit.

- Le Théâtre Royal de l'Etuve - 12 rue de l'Etuve – 4000 Liège - Renseignements et réservations: 04/222.06.96





Ga . L.