• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3124683

Politique

Mis en ligne le 28/03/2007

Accord de synthèse à la Fédération liégeoise du PS : la campagne est lancée…

L’exécutif et le Comité fédéral de la Fédération liégeoise du PS se sont longuement réunis sous la présidence de Willy DEMEYER le vendredi 23 mars dernier.
Willy DEMEYER a insisté d’emblée sur le fait qu’il avait estimé devoir procéder à un nombre maximal de consultations avant de réunir les instances afin de pouvoir proposer à celles-ci des éléments de décision.
Une longue discussion a permis de constater l’existence d’un accord liégeois qui ne peut toutefois devenir définitif que s’il est accepté par les quatre fédérations socialistes (Huy-Waremme, Liège, Verviers et la Communauté germanophone) qui couvrent la totalité du territoire de la Province de Liège.
En effet, le premier point de l’accord concerne la liste socialiste qui sera déposée pour les élections législatives fédérales du 10 juin prochain, liste qui couvrira elle-même l’ensemble de la Province comme le veut à présent la loi.
Plus que jamais dans les circonstances économiques actuelles et compte tenu des menaces que la droite fait peser partout en Europe sur la sécurité sociale, les socialistes liégeois ont entendu se présenter unis aux électeurs et aux élections ce qui impliquerait que l’intérêt général domine partout les intérêts particuliers dans le respect des spécificités de chacun et de chacune.
Dans cet esprit, la liste socialiste pour la chambre sera tirée par Michel DAERDEN, ministre sortant, en tant que tête de liste, et poussée par Alain MATHOT, Bourgmestre de Seraing, qui représente une nouvelle génération, et qui comme Michel DAERDEN a remporté un brillant succès dans sa commune au cours des élections communales d’octobre 2006.
La fédération maintient par ailleurs sa volonté d’assurer toujours et partout la représentation féminine qui doit être d’abord assurée ici par Marie Claire LAMBERT, Députée sortant.
Pareillement, la Fédération apportera son soutien ferme à Thierry GIET, lui aussi Député sortant et dont les qualités parlementaires ont été reconnues au-delà de Liège puisqu’il assure les fonctions de chef de groupe socialiste à la chambre.
Lorsque les candidats issus de Huy Waremme, Verviers et de la Communauté germanophone seront connus, d’autres candidatures seront ajoutées aux précédentes et soutenues par la Fédération notamment pour fortifier la représentation féminine.
Répondant à une proposition de Michel DAERDEN, Willy DEMEYER a accepté d’être à nouveau candidat à la Présidence de la Fédération liégeoise lorsque l’ensemble des instances de la Fédération seront renouvelées, en octobre prochain.
Les instances ont également défini une politique commune par rapport à la « supra-communalité liégeoise » dont la réalisation progressive demeure une nécessité aux yeux de la Fédération.
Cette « supra-communauté » doit s’exprimer au travers d’institutions rajeunies et clarifiées.
La conférence des Bourgmestres de l’Agglomération liégeoise doit rester, sous la présidence du Bourgmestre de Liège, le lieu de rencontre privilégié au point de vue institutionnel. Les Bourgmestres socialistes proposent que le Collège provincial y soit invité en tant qu’observateur.
Au niveau économique, où la coopération de tous est plus nécessaire que jamais et où l’efficacité doit rester garante, la Fédération préconise :
- la rationalisation du Groupement de Rénovation Economique (G.R.E.) et de la SPI+ ;
- le maintien d’une association des Ministres liégeois en exercices aux autres forces vives ;
- l’absorption de l’ASBL « L’avenir du Pays de Liège » par les nouvelles structures, dans lesquelles sera maintenue une concertation propre aux forces vives de l’arrondissement de Liège.
Au niveau culturel, le Centre Culturel Régional (C.C.R.), attendu depuis si longtemps doit être installé et rendu efficace.
Sans anticiper sur les élections régionales de 2009, la Fédération entend appliquer à ce moment les principes d’union et d’efficacité qui ont permis la synthèse d’aujourd’hui.
Dans un moment où les forces de gauche, dans l’intérêt de tous et d’abord des moins favorisés, doivent faire face au retour des réactionnaires et à la montée du néolibéralisme, la Fédération entend maintenir ses liens privilégiés avec les organisations de l’Action Commune et présenter avec elles un front uni capable d’imposer le maintien de la justice sociale.