• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3184813

Musique

Mis en ligne le 20/03/2007

La musique de «Tous les matins du monde» de Marin Marais, en la Salle philharmonique… ce 25 mars


Ce dimanche 25 mars 2007 à 15 heures en la Salle Philharmonique de Liège, Boulevard Piercot, le « Ricercar Consort » dirigé par le gambiste Philippe Pierlot, interprétera quatre œuvres de Marin Marais : la « Sonnerie de Sainte-Geneviève du Mont », la « Suite d'un goüt estranger », la « Sonate à la Maresienne » et la « Suite à trois violes ».
Rendu célèbre par le film « Tous les matins du monde », Marin Marais fut en quelque sorte le Paganini de la viole de gambe ! Il a offert à cet instrument des chefs-d’œuvre qui reflètent bien la finesse de la musique française au début du XVIIIe siècle.
Tenue entre les jambes (d’où son nom de « viola da gamba »), la viole de gambe se différencie des instruments joués sur le bras, comme le violon (« viola da braccia »). Elle ressemble au violoncelle mais comporte six cordes au lieu de quatre.
À l’époque de Marin Marais, « l’harmonie des nations » réunit les styles de France et d’Italie : la suite de danses à la française, alors à son apogée, et l’influence nouvelle du violon virtuose et de la « sonate » venus d’Italie.
Le concert que propose Philippe Pierlot, gambiste liégeois de renommée internationale, et son ensemble « Ricercar Consor », illustre bien toutes les facettes de l’œuvre de Marin Marais : l’ensemble de violes, la viole seule ou en dialogue avec le violon.
Le « Ricercar Consort » a été fondé en 1980 par Philippe Pierlot (la photo), François Fernandez et Bernard Foccroulle. Sous la direction artistique de Philippe Pierlot, l’ensemble explore le répertoire baroque (musique de chambre, opéra, oratorio…) d’Allemagne, d’Italie, de France ou d’Angleterre. Récemment à Bruxelles, le « Ricercar Consort » a célébré les 300 ans de la mort de Buxtehude par un programme de cantates. À Liège, au « Festival Bach en vallée mosane », l’ensemble interprète chaque année une passion ou des cantates de Bach. Pour ce concert, l’ensemble est constitué de trois violes de gambe, un violon, un théorbe et un clavecin. Avant de se passionner pour la viole de gambe, Philippe Pierlot apprit la guitare, le luth, la mandoline. Professeur aux Conservatoires de Bruxelles et de La Haye, il a notamment adapté l’opéra « Il Ritorno d’Ulisse » de Monteverdi pour ensemble de violes et cordes pincées. Avec François Fernandez et Rainer Zipperling, il a créé la maison de disques Flora (pour laquelle il a enregistré des œuvres de Marin Marais).
En 1723, Marin Marais (1656-1728) publie trois vastes pièces qui allient le violon et la viole de gambe : « La Gamme », « La Sonate à la Maresienne » et la « Sonnerie de Sainte-Geneviève du Mont ». Cette dernière évoque la volée de cloches répétitive de cette église parisienne (située près de l’actuel Panthéon), dans un tourbillon brillant qui associe les deux instruments.
Issue du « Quatrième livre de pièces pour la viole » (Marais en a écrit cinq au total), la gigantesque « Suite d'un goüt estranger » (1717) est écrite « pour ceux qui sont avancés sur la Viole ». Elle comporte 33 pièces de caractère parmi lesquelles l’interprète peut choisir à sa guise. Philippe Pierlot en proposera six, tour à tour exotiques, tendres ou humoristiques : « Marche Tartare », « La Tartarine», « L’Asmatique », « L’Arabesque », « La Rêveuse » et « Le Labyrinthe ».
La « Sonate à la Maresienne » (1723) symbolise parfaitement l’union des influences française et italienne : le violon y est à l’honneur dans une « sonate » de forme et d’esprit italien, mais qui utilise des formes d’authentiques danses françaises.
Le Quatrième livre de pièces pour la viole de Marin Marais comporte aussi une série de « Pièces à trois Violes, ce qui n’a point encore été fait en France » (1717). Uniques en leur genre, elles rappellent sans doute les concerts que Monsieur de Sainte Colombe, le maître de Marais, donnait avec ses deux filles. Elles adoptent le modèle classique de la suite de danses à la française.





Jean-Marie ROBERTI