• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3096812

Evenements

Mis en ligne le 09/03/2007

Le 505e Laetare de Stavelot


Il y a quelques jours, André Burton, Président du comité des fêtes et Christian Nezer, Grand maître de la Confrérie des Blancs Moussis de Stavelot ont présenté, dans le site unique de l’abbaye de Stavelot, la 505ème Laetare de Stavelot.
Un Laetare qui cette année aura un sens tout à fait particulier puisque pas moins de trois compagnies stavelotaines y fêteront chacune un anniversaire. Il s’agit notamment des 30 ans des «Zygomars», des 50 ans des «Djoyeûx Cooytais » et des 60 ans des « Blancs Moussis ».
Pour cette année un peu particulière, on annonce pour le superbe défilé du dimanche, pas moins de 500 « Blancs Moussis », mais également 11 compagnies musicales (fanfares, bands ou harmonies) ainsi que 14 groupes folkloriques.

Voici d’ailleurs la composition du défilé dans l’ordre de participation :
1. BECASSINE ; 2. LES COSAQUES. Royale Fanfare d’ORPHÉE, Stavelot ; 3. 50 ANS : ÇA VA JAZZER !- Les Djoyeûx Cooytais. Stavelot ; 4. Royale Harmonie LA FRATERNITE. Malmedy ; 5. LES CLOWNELFES. Les Clownettes. Stavelot ; 6. Royale Fanfare LES ECHOS DE L’AMBLEVE. Ligneuville ; 7. LES CLOWNS CYCLISTES Volley Club. Stavelot ; 8. Royale ECHO DE LA WARCHENNE. Société musicale. Waimes ; 9. LES FOUS DU ROI. Les Riboteurs. Malmedy ; 10. Royale Harmonie de BULLANGE. Bullange ; 11. TOURNICOTI-TOURNICOTA. Vive la Fête. Stavelot ; 12. TURKISH AIR LINE. Faymonville. ; 13. LES FILLES DE SHYVA. Les Lollipops. Stavelot ; 14. Brass Band ECHO DES MONTAGNES. Thirimont ; 15. GLOIRE AUX PHARAONS, LETAREWALLON, FIESTICEBON, TRENTANDEZYGON- Les Zygomars. Stavelot ; 16. Royale Fanfare L’ECHO DE LA WARCHE. Malmedy ; 17. LE JEU DE L’OIE. Les Djoyeûs Pign’teûs. Stavelot ; 18. Royale Harmonie ECHO DE LA WALLONIE. Faymonville ;

19. DANSES ANCIENNES. Le Réveil Ardennais. Société royale. Stavelot ; 20. Royale Fanfare L’ARDENNAISE. Trois-Ponts ; 21. LES RIBOULD’INDE. Les Ribouldingues. Stavelot ; 22. Brass Band ECHO DES CHARMILLES. Xhoffraix ; 23. LA CROISIERE S’AMUSE. Les Vétérans. Stavelot ;
24. Royale Harmonie L’EMULATION de Stavelot. « Musique Officielle des Blancs Moussis » ; 25. Confrérie Folklorique des BLANCS MOUSSIS de STAVELOT. Société royale - Colleurs d’affiches, géants, pêcheurs, ramons et chars souffleurs de confettis.
Comme vous pourrez le constater, rien que de très réjouissants groupes qui ne seront là que pour vous amuser et vous faire passer un week-end inoubliable. C’est qu’à Stavelot, pendant la Laetare, il est interdit de ne pas rire et s’amuser. Nos vous recommandons aussi, durant ce week-end, de déguster sans modération l’excellente « Eurèye » de Stavelot (ça vous colle bien au corps, vous rassasie et c’est vraiment délicieux) et bien évidemment (mais cette fois avec modération) sa bière de l’Abbaye.

Demandez le programme

- Comme chaque année, la Laetare de Stavelot, commencera le samedi (17 mars) dès 20 h par son cortège nocturne « d’humour et de lumière » suivi à 22h, par le « Bal à l’Abbaye » qui, animé par la «Bande à Lolo » vous fera passer une soirée purement carnavalesque sous son chapiteau chauffé.
- Le dimanche 18 mars : dès 13 h 30, descente de la rue Neuve en file indienne par les « Blancs Moussis » et dès 14 h, départ du grand cortège folklorique ou la féerie du spectacle aura rendez-vous avec le public et qui verra son point d’orgue sur la place Saint Remacle ou aura lieu le célèbre rondeau dans sa marée de confettis.

Par ailleurs, et aussi dès 14 h, sous le chapiteau de l’Abbaye (entrée gratuite) , Pierre Hurdebise y entretiendra une animation carnavalesque de premier ordre jusqu’à 17 h ou vous pourrez y écoutez bands, harmonies et fanfare avec au programme : 17h00-17h45 L’Echo de la Wallonie (Royale harmonie de Faymonville) ; 17h45-18h30L’Echo des Charmilles (Brass Band de Xhoffraix) ; 18h30-19h15 L’Ardennaise (Royale fanfare de Trois-Ponts) ; 19h15-20h00 L’Emulation (Royale harmonie de Stavelot) et entre 20h et 20h 45 L’Orphée – (Royale fanfare de Stavelot).
Ce qui nous amène à 21h où l’on tirera le feu d’artifice du 505ème Laetare.
Feux d’artifice qui sera suivi dès 22 h de la « Nuit blanche » des Blancs Moussis dans les caves de l’Abbaye avec une fois encore la musique et l’animation de la « Bande à Lolo ».
- Le lundi 19 mars, une nouvelle sortie des sociétés folkloriques et musicales est prévue dès 15 h et la Laetare se terminera réellement vers 21 h 30, par le « Bal de clôture du Comité des fêtes » qui procédera par la même occasion à la remise des prix du concours aux sociétés folkloriques et musicales.

A bientôt dans 4 mois

Il est certain que si vous avez apprécié (mais le contraire nous étonnerait) l’ambiance du Laetare de Stavelot, vous y reviendrez les 11 et 12 août prochains.
En effet c’est à l’occasion des « Carnavals du Monde », dont nous aurons l’occasion de vous reparler, que les « Blancs Moussis » fêteront véritablement leurs 60 printemps. Cela risque de ne pas passer inaperçu.
C’est aussi l’occasion d’annoncer déjà, pour le mois d’août, la sortie du livre conçu par le photographe professionnel Jean-Louis Wertz « Le Laetare des Blancs Moussis » en 100 photos et 30 textes en français et néerlandais rédigés par Herman Maudoux, Christian Nezer et Walter Fostier. 60 printemps, ça mérite bien un livre…


Un peu d’histoire

Comme on peut le lire dans les écrits de la confrérie des « Blancs Moussis » de Stavelot : « Le Blanc Moussi, selon la légende, trouverait son origine vers la fin du Moyen Age, à une époque où, les moeurs du clergé connurent un relâchement notoire. Stavelot et ses moines n'échappèrent pas à ce dangereux courant et ainsi vit-on couramment les religieux participer aux réjouissances carnavalesques. A la suite de sévères sanctions prises en 1499 par le prince abbé de l'époque contre ces moines festifs, la population stavelotaine rappela leur joyeuse présence en s'affublant d'un capuchon et d'une grande robe imitant la bure monacale.
Sur une nouvelle intervention énergique de l'abbé, ce vêtement parodique fut interdit mais, la population frondeuse le remplaça par un autre, blanc celui-là et, le compléta par le port d'un masque hilare au long nez rouge, "... ainsi naquirent vers 1502, les Blancs Moussis de Stavelot "… Malheureusement, aucune trace historique ne permet d'étayer cette belle légende. Il est, de plus, très difficile de parler du "Blanc Moussi" stavelotain sans étudier l'histoire du carnaval dans l'ancienne Principauté de Stavelot-Malmedy. »…
On y lira aussi : « Le personnage Blanc Moussi est mentionné pour la première fois dans un journal local en 1888 (L'Annonce de Stavelot du 5 Février) mais il ne concerne que le carnaval de Verviers.

Dix ans plus tard, dans une publicité pour un bal organisé à Stavelot à l'occasion du carnaval, on peut lire : "L'entrée sera rigoureusement interdite aux Blancs Moussis". (La Semaine de Stavelot du 20 février 1898).
Cette annonce confirme, cependant, une certaine tradition orale qui veut que les "Blancs Moussis" soient connus à Stavelot, en tout cas dès la moitié du 19eme siècle.
Le "Blanc Moussi" est probablement beaucoup plus ancien : il s'agit, en réalité, d'un masque banal, d'un travesti facile dont l'extension ne se limite pas à Stavelot mais à toute la Wallonie voir à une bonne partie de l'Europe. Ce déguisement a connu le sort des usages carnavalesques. Il s'est perdu ici, il s'est conservé là, suivant que la tradition se détériorait ou se sauvegardait… »
Dès 1946, un groupe de Blancs Moussis paraît au carnaval. Ils exécutent leur rôle traditionnel à la sortie de la grand messe. Au Laetare, un seul Blanc Moussi marche à la queue du cortège. Cette reprise, alors que Stavelot se relève à peine des ruines de la guerre et de l'Offensive des Ardennes, constitue une preuve de la solidité d'un usage fort ancien.
En 1947, un groupe de 21 Blancs Moussis paraît dans le cortège aux côtés de l'autre groupe de 1946. L'année suivante, seuls les premiers peuvent se produire au Laetare. L'autre groupe ayant, par des manifestations exagérées, terni l'image du "Blanc Moussi" doit renoncer.
Ces 21 jeunes Stavelotains vont métamorphoser complètement le personnage Blanc Moussi.

Ils seront aidés par Walter Fostier, journaliste à la radio belge (I.N.R.), spécialiste d'émissions à caractère touristique. Celui-ci assiste au cortège de 1949 et est séduit par la participation de tous les Stavelotains au Laetare. Il décide alors de commencer une série de reportages en faveur de cette manifestation. Pour ce faire, il doit lui trouver un thème. Il se renseigne sur les différents groupes et comprend toute la signification qu'a le "Blanc Moussi" pour Stavelot et, en fait le personnage central du Laetare. Par la même occasion, il suggère aux Blancs Moussis de s'organiser en Confrérie doublée d'une Chevalerie d'honneur composée d'importantes personnalités belges et étrangères. A partir de ce moment, le rôle des Blancs Moussis dans la vie de Stavelot s'est amplifié considérablement. Au fil des ans, ils sont devenus les ambassadeurs dynamiques du folklore belge et, leur présence en invités d'honneur à divers carnavals étrangers a contribué et contribue toujours au renom de leur ville. »

Et si vous voulez vraiment tout savoir sur les « Blancs Moussis » de Stavelot, allez jeter un œil sur leur site Internet : www.blanc-moussi.com





Gaston LECOCQ