• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3213472

Expositions

Mis en ligne le 08/03/2007

«Au Lorca » Saint Léonard Annick Dubisy voit rouge

Nous évoquerons l’exposition consacrée à l’immigration espagnole en région liégeoise et à l’histoire et la mémoire des clubs Garcia Lorca qui se tient à la Casa de Espana au boulevard de la Sauvenière du 8 au 31 mars.
Il s’agit ici de vous faire tout simplement découvrir ou redécouvrir l’ambiance du Garcia Lorca de Liège installé 151 rue Saint Léonard, où expose pour tout le mois Annick Dubisy.
Cet espace culturel autant que politique a une troisième corde à son arc, les spécialités culinaires ibériques avec aux fourneaux Gonza et à la gestion du brouhaha bon enfant de l’espace bistrot, Véronique.
Annick Dubisy expose plus religieusement dans l’espace restaurant. Annick peintre liégeoise a depuis quelques années rejoint l’estacade d’Ostende, c’est donc l’occasion de la découvrir…
Annick possède une sensibilité dans ses engagements personnels qui ne sont pas en apparence très politiques .Quoi que. Le rôle, la vie et le sort des femmes ressort de ses peintures. Une féministe provocatrice qui a mûri son pinceau. Ce qui la touche c’est l’humain. Ses coups de pinceau sont du bleu à l’âme et du rouge aux lèvres…
Installée entre un tableau de tauromachie et la photo du Che, elle se donne dans l’ocre et le rouge, couleurs très symbolique d’une République Espagnole abandonnée par notre ministre des Affaires Etrangères Pol Henri Spaak mais toujours soutenue jusqu’à sa mort par « le patron » du POB, Emile Vandervelde… Les enfants de Républicains espagnols seront accueillis entre autre par les Femmes Prévoyantes Socialistes sur le sol liégeois…
La touche qu’apporte Annick, c’et tout un décodage du féminin. Sa fragilité son interrogation, sa provocation, sa sexualité. Nous sommes très loin de la perfection des corps, de cet esthétisme fascisant que l’on retrouve chez la cinéaste des jeux olympiques de Berlin, Léni Riefenstahl. Chez Annick la femme tient de la démesure, de la déglingue, du corps qui délire, de la movida déjantée. Annick Dubisy affiche la beauté triste… Une beauté triste qui s’exprime plus forte qu’une beauté artificielle qui se tait.

Le Club Garcia Lorca, rue Saint Léonard 151 à Liège - Contact artiste 0497/552866





Jean-Pierre Keimeul