• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3125345

Politique

Mis en ligne le 25/02/2007

En marge des élections du 10 juin

Dans notre premier article consacré aux prochaines élections fédérales nous avons écrit à propos du vote des Belges résidant à l’étranger : « Les Belges expatriés peuvent participer à la vie de leur pays d’origine en étant électeurs au scrutin législatif fédéral. A la seule condition de s’inscrire auprès du poste diplomatique belge de leur résidence, ils peuvent participer aux élections législatives fédérales. Le Belge résidant à l’étranger sera invité à faire un choix parmi les cinq modes de vote (. . .) En 2003, dans la circonscription électorale de Liège, 13 682 Belges résidant à l’étranger se sont inscrits en vue de participer au vote. Pour l’ensemble de la Belgique, 114 677 Belges résidant à l’étranger se sont inscrits ». Un des nombreux lecteurs à l’étranger de « Proxi-Liège » a écrit à la rédaction : « Je suis avec beaucoup d'intérêt la série d'articles que Pierre André écrit au sujet des élections qui s'en viennent, et j'ai une question: pour des gens qui voteraient pour la toute première fois, ou pour des gens qui comme moi ne l'ont pas fait souvent (le droit au vote des Belges expatriés va et vient comme un Yo-yo), la mécanique du vote lui-même est un peu mystérieuse. Ce que je veux dire est ceci: comment départager tous ces noms sur les listes que nous recevrons au moment de voter? Je me souviens avoir une fois été confronté à une liste qui ne me donnait aucune information sur ce que j'allais devoir choisir, juste des noms et autres "codes" assez compliqués (les article de Pierre André sont/seront alors vraiment précieux, un vrai service rendu à la communauté, merci).Je me demande si ça va être la même chose cette fois-ci? Un exemple visuel du comment ça se présente, et de comment effectuer son vote, seraient peut-être les bienvenus? (Juste une idée comme ça.) ». C’est incontestablement très gentil mais le droit de vote des Belges résidant à l’étranger mérite davantage que les quelques lignes que nous lui avons consacrées.

Un droit de vote accordé pour la troisième fois

Le droit de vote aux élections législatives a été accordé, pour la première fois, aux Belges résidant à l’étranger, par la loi du 18 décembre 1998. Les documents du Service fédéral de l’Intérieur reconnaissent : « Cette loi était toutefois diffuse et coûteuse pour les électeurs belges établis à l’étranger, et par conséquent difficile à mettre à exécution ». Dans sa sagesse, le législateur l’a modifiée par la loi du 7 mars 2002 qui vise à « réformer et à simplifier la procédure selon laquelle les Belges qui résident à l’étranger participent à la vie politique de leur pays d’origine en votant pour l’élection de la Chambre des Représentants et du Sénat (pas pour les autres élections) ». La loi comme nous l’avons écrit propose cinq modes de participation à tout Belge qui s’inscrit auprès du poste diplomatique ou consulaire belge du pays dans lequel où il réside.

L’électeur belge à l’étranger avisé plus tôt que celui résidant en Belgique

Tandis qu’au pays, le citoyen lambda ne se préoccupe guère des prochaines élections dont la date même ne lui est pas connue, le Belge résidant à l’étranger à la condition d’être immatriculés auprès des consulats de carrière de Belgique reçoit de ceux-ci « entre le premier jour du huitième mois - 1er octobre 2006 - et le quinzième jour du cinquième mois - 15 janvier 2007 - qui précède la date fixée pour l’élection de la Chambre et du Sénat » un formulaire d’inscription comme électeur. « Le Belge résidant à l’étranger complète ce formulaire en y indiquant ses coordonnées personnelles, le mode qu’il choisit pour exprimer son suffrage ainsi que la commune du Royaume dans laquelle il souhaite être inscrit comme électeur. Le choix de la commune d’inscription est totalement libre. Il détermine la circonscription électorale à laquelle le Belge de l’étranger sera rattaché ». Le 1er février 2007 est « la date ultime pour le renvoi, par le Belge résidant à l’étranger, du formulaire complété au poste consulaire de carrière ». On ne badine pas avec ces dates. Les postes consulaires de carrières vérifient la qualité d’électeur des Belges inscrits. Début avril, les 589 communes belges établiront la liste des électeurs belges résident tant en Belgique qu’à l’étranger. Pour qui ces électeurs voteront-ils ? Mystère jusqu’au 10 juin en soirée. Entre temps, les sondeurs amuseront candidats et galerie !





Pierre ANDRE