• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3099051

Société

Mis en ligne le 28/01/2007

Violence dans les écoles : vous êtes inqualifiable Monsieur Fournaux…


Pour avoir traité pendant près de 30 ans le « faits-divers », matière toujours tragique et souvent sordide de l’actualité quotidienne de notre région, parce que je sais que bien souvent la relation de certains événements sanglants, même si elle se fait sans recherche de sensationnalisme (comme par exemple le Soir et la Libre Belgique savent traiter le faire) ne fait souvent qu’entretenir un climat de peur et de haine, j’avais décidé de ne pas ouvrir de rubrique de ce type dans «Proxi-Liège ». Mais cela ne veut évidemment pas dire que nous ne suivons pas l’actualité en cette matière.
C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, ce dimanche, comme beaucoup de téléspectateurs wallons, nous avons suivi, le débat sur le thème : «La violence dans les écoles» que présentaient la RTBF et RTL-TVI. Un sujet relié à l’agression particulièrement violente (coups de couteau) dont a été victime le directeur d’un établissement de l’enseignement libre de Dinant de la part d’un élève renvoyé pour vente de haschisch dans l’établissement.
Bien qu’époux d’une enseignante qui a professé près de 40 ans dans ce que l’on appelle les « milieux défavorisés » et dans une ambiance qu’elle a vu se dégrader au fil des années, bien que père d’une enseignante professant depuis quelques années dans l’enseignement technique et professionnel liégeois, je pouvais me targuer de dire que je connais le problème en profondeur et il m’aurait été assez facile d’émettre quelques remarques sur ce que nous avons entendu à l’occasion de ce débat. Mais loin de moi, vouloir donner des leçons à qui que ce soit sur ce sujet par trop sensible.
Il est cependant normal que je me retrouve à soutenir les thèses des enseignants et de leurs représentants syndicaux qui se résument par : manque de moyens, manque de considération du corps enseignant en général, laxisme de la part des parents, etc…
Pour suivre ces débats sur les deux chaînes, j’ai zappé, donc je n’ai pu tout suivre.
Mais, lors d’un changement de chaîne je n’en suis pas revenu de la remarque faite par Richard Fournaux, député bourgmestre MR de Dinant qui disait à peu près ceci en parlant de l’auteur des faits, un Kosovar mineur d’âge :
« Ce jeune homme en question vient, d'une communauté qui, parfois, en ce qui concerne certains de ses membres, témoigne d'une certaine agressivité ou d'une manière de voir les choses qui n'est pas tout à fait compatible avec la manière avec laquelle on conçoit la démocratie ou la vie en société chez nous…Tout le monde sait que ce que j'ai dit est vrai ».
Cette remarque a évidement provoqué un émoi et des protestations, notamment de la part du député Ecolo Yves Reinkin, invité au débat, de même que chez le secrétaire général de la CSC – Enseignement.

Incitation à la haine ethnique !

Pour notre part, nous ne pouvons que juger intolérables ces propos qui sont tout bonnement une incitation à la haine ethnique ; c’est comme si on disait : «Attention, les Kosovars sont des gens dangereux, méfiez-vous ! ».
Vers quelles dérives une société peut-elle aller si elle accepte que des bourgmestres ou des députés tiennent des propos pareils. Ce samedi, en Allemagne, on commémorait la libération des camps de concentration et d’extermination nazis il y a 62 ans. Ceux qui y ont été enfermés, ceux qui y ont été torturés, ceux qui y ont été gazés, l’ont été parce que, dans les années 30, des individus, comme Monsieur Fournaux, avaient laissé entendre que telle ou telle catégorie de personnes pouvaient s’avérer dangereuse. L’histoire serait-elle en train de repasse les plats et cela même dans notre Wallonie que l’on dit terre d’accueil, de tolérance…
Car ce n’est pas parce qu’un jeune garçon déboussolé, d’origine kosovare a poignardé le directeur de son école que tous les Kosovars sont des gens dangereux.
Sans pour autant excuser le geste de cet adolescent, Monsieur Fournaux sait- il ce qu’il a vécu dans son Kosovo natal, lorsqu’il y a quelques années, des milices pro serbes, passaient leur temps à tirer comme des lapins, tout qui avait eu le malheur de naître kosovare musulman ?
Mais ces propos sont malheureusement dans l’air du temps.
Avec la «Sarkomania» qui se profile – rappelez- vous les paroles de Nicolas Sarkozy en 2005 : «nous allons passer au karcher cette racaille», des paroles comme celles tenues par Richard Fournaux sont finalement banales.
Ce dimanche, le PS français vient d’exclure le président de la région Languedoc-Roussillon Georges Frêche, pour ses propos sur la proportion de noirs en équipe de France.
Dans les rangs MR des voix s’élèveront-elles pour fustiger les propos de Richard Fournaux et demander à son président Didier Reynders de l’exclure du MR.
Ce qui est interpellant, c’est que ce dimanche, Didier Reynders, présent sur le plateau de RTL-TVI, n’a pas pipé mot sur ces déclarations tout comme d’ailleurs Pascal Vrebos ne lui a pas demandé son avis sur la question. Troublant aussi le fait que cet « incident » n’ait même pas été évoqué lors des JT à 13 h et à 19 h 30. Je ne juge pas, je constate.
Vous avez dit : «Violence dans les écoles». Et si on commençait par demander aux «politiques» de montrer l’exemple ?





Gaston LECOCQ