• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3173135

Société

Mis en ligne le 18/01/2007

Parlement eurôpéen : le transport national de voyageurs par rail ne sera pas libéralisé

Il n'y aura pas de libéralisation du transport ferroviaire national de voyageurs. En effet, ce jeudi 18 janvier, lors des votes au Parlement européen, il n'y a pas eu de majorité pour le projet en question. Il est évident que les eurodéputés socialistes belges s'en réjouissent: "La garantie de maintien de notre mission de service public dans le cas des petites lignes non rentables était largement insuffisante. La modernisation du transport ferroviaire peut se faire sans passer par une libéralisation à outrance."

Pour la délégation socialiste belge: "La libéralisation du transport national comporte des dangers importants. Jusqu'à aujourd'hui, nous ne disposons pas de garanties juridiquement fiables pour que la libéralisation n'implique pas la perte de la qualité de notre service public."
On pouvait craindre que les concurrents de la SNCB soient exclusivement intéressés par les lignes les plus rentables de notre pays. La Belgique est très petite et ne dispose que de quelques grandes lignes rentables entre quelques grandes villes. La Deutsche Bahn ou la SNCF ne seraient donc intéressées que par des lignes comme Liège - Bruxelles - Oostende. Quid alors des lignes déficitaires? Vu la concurrence sur les trajets rentables, il est clair que la SNCB n'aurait d'autres choix que de supprimer la prestation de certains services sur telle ligne et augmenter le tarif sur telle autre.

Les députés socialistes belges "estiment que le transport par rail des voyageurs contrairement au transport de marchandises, n'est pas un secteur purement commercial. Si dans certains secteurs, davantage de concurrence peut être profitable au consommateur, ce n'est certainement pas le cas de services publics comme le transport des voyageurs, où il existe d'autres enjeux: plus de mobilité, moins de trafic routier, moins de pollution. D'où l'utilité d'investir dans le réseau ferroviaire et de le moderniser. Les horaires doivent être respectés, les infrastructures propres et le service au consommateur de haute qualité."

"Ainsi, nous pourrons convaincre les citoyens à prendre le train plutôt que la voiture. La Belgique a prouvé que le transport public peut connaître une croissance sans pour autant recourir à la libéralisation. LA SNCB a franchi le cap des 200 millions de voyageurs, ce qui signifie une augmentation de 6,3% par rapport à l'année précédente. Faudrait-il libéraliser pour libéraliser ?"

D'autre part, le Parlement européen a approuvé la libéralisation du transport international de voyageurs par rail, ceci à partir de 2010. Les députés ont approuvé en outre les droits des passagers de transport ferroviaire national et international.





Ga . L.