• Visiteur(s) en ligne : 1
  • |
  • Visiteurs total : 3123809

Tchantchès et Nanèsse

Mis en ligne le 13/01/2007

La vitesse du vent…


Tchantchès : Il parait qu’on a eu des vents qui faisaient près de 100 km par heure l’autre jour ?
Nanèsse : Comment donc ça, cent kilomètres par heures ?
- Bin awè, ils l’ont dit à la météo, même qu’ils ont ajouté qu’il y avait eu des dégâts un peu partout, une tempête en mer du Nord, des naufrages, mais qu’on ne devait plus se tracasser, que le vent allait se calmer et qu’il ne soufflerait plus qu’à 10 ou 20 km par heure.
- Ils parlent comme ça maintenant à la météo ?
- Comment ça, « ils parlent comme ça ? »
- Bin oui, tu viens de me dire trois fois que le vent soufflait…par heure ! Et qu’est-ce qu’ils souffle ainsi en une heure ?
- Mais enfin Nanèsse qu’est-ce que tu veux que je te dise donc moi ? C’est sans doute une nouvelle façon de parler, parce que, il y a déjà un petit temps que j’entends parler comme ça à la météo, et même les journaliss, dans les infos et c’est surtout à la RTBF qu’ils disent que le vent souffle par heure…
- En tout cas, moi, je voudrais quand même bien savoir ce qu’on pourrait bien souffler en une heure…à part de boules ? Avant est-ce qu’on ne disait pas que le vent soufflait à une vitesse de 10 ou 20 km/heure ?
- Mais enfin Nanèsse, ce n’est pas grave tout ça…C’est comme ça qu’une langue devient vivante..
- Je veux bien mais n’empêche que quand j’entends un journaliss ou un miniss dire quelque chose comme ça dans le poss : « Il faute aller… » ou encore « Maise on vouse aura prévenus…. », je me demande comment les pauvres petits vont faire pour s’y retrouver en orthographe lorsqu’ils auront une dictée…parce qu’aujourd’hui, c’est pas seulement des mots qu’on invente, mais c’est aussi une nouvelle phonétique…Je sais bien que Jack Lang a trouvé admirable le néologisme de Ségolène Royal en Chine : « la bravitude », parce qu’elle avait peut-être oublié qu’il y a un autre mot qui est la bravoure…mais enfin ce n’est rien, dans un an ou deux on le retrouvera dans le dictionnaire.
- C’est un peu vrèye tout ça, d’ailleurs, je me suis toujours demandé pourquoi on disait maintenant : « Il faut en tirer les conséquences…. » J’ai toujours cru qu’en bon français il fallait dire : « Il faut en tirer les conclusions et… subir les conséquences »…
- Et puis, ce sont tous ces beaux parleurs, qu’ils soient miniss ou journaliss qui feront la morale et qui se permettront de critiquer les enseignants parce qu’ils n’obtiennent pas de bons résultats…
- De toutes manières, je vais te dire Nanèsse, tout ça n’a vraiment pas d’importance apparemment, l’important c’est qu’on se comprenne non ?
- Si tu le dis ? En attendant, pour en revenir la vitesse des vents, c’est que quand tu fais un pet, il fait moins qu’un kilomètre par heure sais-tu celui-là !
- Mais enfin Nanèsse, ess qu’on dit des choses pareilles maintenant ?
- Mais oui mon Tchantchès, comme tu l’as dit plus haut, l’important est qu’on comprenne…
- Et bin moi, sur ces bonnes paroles, je m’en vais boire un frisse pèkèt…
- Un seul Tchantchès, parce qu’aujourd’hui, si tu exagères, il faudra que tu en subisses les conclusions…..
- Tu vois, toi aussi tu, commencese à parlere comme euxe…

A' l'saminne turtos