• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3149368

Bouquins

Mis en ligne le 12/01/2007

Et l’Humanité… P’tit con ?



Jacques a la cinquantaine, trente ans de coups de crayon derrière lui. D’année en année sa passion de la caricature s’ancre dans le milieu du travail social liégeois mais aussi bien au-delà.
Il vient d’exposer chez Antaki une infime partie de ses dessins, mais surtout vient de publier à 400 exemplaires un recueil de 250 caricatures édité par un éditeur social installé à Liège et Paris, « Jeunesse et Droit ».
Evidemment cela reste de l’artisanat en terme de diffusion et l’ouvrage s’obtient en contactant directement l’éditeur ou l’auteur.

Ce fils de bonne famille et de mauvaises fréquentations déserta la voie royale d’un diplôme d’ingénieur pour reprendre des études d’assistant social. Mais Jacques c’est aussi un libertaire, un militant de la caricature.
Certes professionnellement il exerce avec tout son sérieux et sa compétence un poste d’assistant social et de thérapeute dans une structure où l’alcool, la toxicomanie fait partie de la problématique quotidienne.
Caricatures liées aux réalités de la délinquance, de la pauvreté mais aussi avec un fil conducteur permanant, l’aide aux jeunes, les droits de l’homme, le refus de l’intolérance et des « beaufs ».

Ses caricatures il les envoie comme un uppercut sur un ring et joue du crayon et des mots au premier degré. Parmi ses personnages, subtilement il insère une caricature de lui-même. Parmi ses têtes de turcs les juges… Est-ce parce qu’il les rencontre professionnellement et cultive aussi une amitié ironique avec ceux qu’il apprécie ? Parmi ses fans, Georges Kellens criminologie réputé de l’Université de Liège qui n’hésite jamais à lui dire « j’aime beaucoup vos petits dessins » avec un air de consommer des friandises interdites…
JVR, c’est sa signature, a croqué des éducateurs, des aides familiales, des situations de familles considérées comme paumées et responsables. Certains croquis qui pourraient paraître excessifs deviennent même hélas une réalité de fait…
Une part de lui-même, l’humour tendresse transparaît dans la majorité de ses caricatures. Il a aussi son petit jardin secret, ses dessins plus personnels où le clin d’œil de l’érotisme se veut libertaire. Le recueil publié en dévoile quelques unes.

Ce « Kroll du social » est trop respectueux des professionnels et en même temps respire par son dilettantisme.
« Je n’aurais jamais voulu devoir produire un dessin par jour comme l’a fait Plantu à la une du Monde. J’aurais eu trop d’angoisse et je n’aime pas non plus le dessin de commande. Evidemment j’ai fourni des caricatures principalement au monde syndical, FGTB et CSC avec parfois une curieuse inimitié des deux centrales. Comme si caricature pour l’un avait signifié trahir les combats de l’autre. Des personnalités très sérieuses de la Justice et de la Criminologie ont apprécié que je les brocarde un peu, d’autres évidemment ne m’adressaient plus la parole. J’ai accompagné toutes les luttes du milieu social illustrant les articles de journalistes sociaux, aussi bien dans le Drapeau Rouge, la Cité, la Wallonie. Des revues spécialisées en droit ont mis une dose d’humour bien nécessaire en regard du jargon professionnel. Je viens enfin de céder à l’insistance d’amis et de compagnons du travail social avec ce recueil qui paradoxalement me donne envie d’accélérer le coup de crayon et d’aborder d’autres sujets de société »

Une profusion de dessins dans ce recueil mais aussi quelques écrits choisis qui donnent un aspect presque philosophique. Reprenons deux citations où l’humour du présent caricature les grandes phrases de grands hommes du passé. « Notre jeunesse aime le luxe, elle est mal élevée, elle se moque de l’autorité » Socrate. « J’aime mieux une injustice qu’un désordre » Napoléon Bonaparte. Il ne résiste pas non plus à épingler une phrase assassine du regretté Pierre Desproges : »il y a plus d’humanité dans l’œil d’un chien qui remue la queue que dans la queue de Le Pen qui remue l’œil »

Jean Pierre KEIMEUL

Pour commander et se procurer « Et l’Humanité… p’tit con ? » 130 pages, 12 euros : s’adresser à : «Jeunesse et Droit et D’une certaine gaieté» éditeurs. Par Fax 04.34299.81. Par courriel jdj@skynet.be ou auprès de Jacques Van Russelt par courriel :contact@centrealfa.be