• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3096633

Société

Mis en ligne le 07/01/2007

Ne les laissez pas être exécutés


Alors que l’ONU en appelle actuellement à ce que la peine de mort ne soit pas appliquée en Irak aux co-accusés du procès de Saddam Hussein, le monde semble bien peu se préoccuper du sort des cinq infirmières bulgares et du médecin palestinien, condamnés à mort, à l’issue d’un procès et d’un appel pour le moins douteux.
C’est la raison pour laquelle, la FNIB (Fédération Nationale des Infirmières de Belgique (FNIB) vient de lancer une pétition qui sera remise le 19 janvier prochain à l’ambassade de Libye à Paris.
Comme l’écrit M. Dumont, président de la FNIB : « La FNIB est membre du CII (Conseil International des Infirmières) représentant 13 millions d’infirmières à travers le monde. La FNIB soutient le communiqué du CII et de l’AMM (Association Médicale Mondiale) et souhaite initier et adresser la pétition suivante aux autorités Libyennes :

"Nous sommes atterrés par la condamnation à mort des cinq infirmières bulgares et du médecin palestinien par la justice libyenne. La décision rendue le 19 décembre 2006 fait fi des éléments de preuves scientifiques qui montrent clairement que les enfants ont été infectés bien avant l’entrée en fonction des travailleurs de la santé incriminés.
Combien d’enfants devront encore mourir dans les hôpitaux libyens avant que le gouvernement ne se penche sur les causes du problème ?
Nous voulons croire qu’il reste un espoir de justice pour ces infirmières et ce médecin, et nous en appelons une fois encore à la Cour Suprême pour qu’elle annule cette sentence fatale.
Chaque jour à travers le monde, des millions d'infirmières contribuent à l'amélioration de la santé et souvent au péril de leur vie. »
La FNIB appelle également à un arrêt de travail de deux minutes à 12h00 dans toutes les institutions de soins le 19 janvier 2007, à l'occasion de la remise de cette pétition à l'ambassade de Libye à Paris."


"Signer la pétition "


C’est un devoir pour chacun de signer cette pétition parce que tout le monde sait que la condamnation à mort de ces cinq infirmières bulgares et de ce médecin palestinien est dictée par des impératifs qui dépassent de très loin le simple concept de justice.






Gaston LECOCQ