• Visiteur(s) en ligne : 7
  • |
  • Visiteurs total : 3097651

En Ville

Mis en ligne le 28/09/2005

Liège place Saint-Lambert : le premier coup de pelle symbolique a été donné aux annexes du palais de justice

Soulagement pour les positifs, grincement de dents pour les négatifs, ou "Enfin !" pour les pragmatiques: le premier coup de pelle symbolique des annexes de "La Justice" a enfin été donné

C’est après avoir visité « Hier et Demain », une exposition réalisée conjointement par la Régie des Bâtiments et la Ville de Liège, à l’Archéoforum de la place St Lambert qu’a eu lieu ce mercredi 28 septembre, vers 10h30, le premier coup de pelle aux Extensions du palais de justice de Liège.

Cette cérémonie, tant attendue par les uns et tant redoutée par les autres (une minorité) a été menée par la vice première ministre et ministre de la Justice Laurette Onkelinx et le vice-premier ministre et ministre des Finances (en charge également de la Régie des Bâtiments) Didier Reynders, en présence du gouverneur Michel Foret et du bourgmestre Willy Demeyer.
Avaient aussi été invités à cette « première », tous les membres des corps constitués de la Cité ardente, comme, entre autres, la Députation permanente, le Collège échevinal, les premiers présidents de la Cour d’appel et du Tribunal du Travail, le procureur général et le procureur du roi, le bâtonnier de l’Ordre des avocats, des magistrats, des membres des différents ministères impliqués dans la construction des annexes etc.

Ce premier coup de pelle symbolique, en fait une manipulation d'une pelle mécanique, a d'abord été donné en premier lieu par Laurette Onkelinx suivie de Didier Reynders. La "pose" de cette première pierre, comme le protocole l'avait appelé était attendue depuis 1964. Car, pour celles et ceux qui ne le savent peut-être pas, c’est en 1964 qu’avait été décidé au niveau du gouvernement (central à l’époque), non seulement la transformation totale de la Place Saint-Lambert mais également l’extension du Palais de Justice et aussi du Gouvernement provincial.
Nous ne reviendrons pas sur cette « fameuse saga » qui pendant 40 ans a enflammé les uns, désespéré les autres, avivé des passions, amené des recours devant le Conseil d’état. Une saga de 40 ans, c’est peut-être la pire des histoires belges qu’on n'ait jamais connues.
Aussi, même si, comme je l’ai déjà écrit, d’un point de vue purement esthétique et personnel, je ne suis pas vraiment d’accord avec la conception architecturale de Claude Strebelle (le père de la place) il était temps que l’on arrête de tergiverser, de dépenser des deniers publics pour rien, de laisser la « justice » dans un endroit à la limite de l’insalubrité et de laisser la plus grande place de la ville en état de chantier permanent.
Mais je ne suis pas non plus d’accord avec celles et ceux qui pendant des dizaines d’années ont passé leur temps à mettre des bâtons dans les roues, parce qu’ils estimaient qu’il valait mieux construire un palais de justice ailleurs (rappelons qu’on rend la justice à Liège sur la place depuis Notger (972-1008) pour faire du prodigieux autant qu’emblématique bâtiment, un musée avec animations permanentes peut-être ?

Nous aurons bientôt à Liège, le « Grand Curtius » ainsi qu’un « Musée de la Vie Wallonne » entièrement rénové, sans parler de tous les autres endroits où l’on peut accueillir les touristes. Non, à ce niveau, Liège n’a pas à rougir et la pose de cette « première pierre » n’est sûrement pas, comme l'ont dit et écrit les « opposants » qui manifestaient au même moment, la « Mort du Palais des Princes-Evêques ».
Ceci dit, après avoir « joué » avec leur pelle mécanique, et dévoilé la plaque commémorant l'événement et qui sera apposée sur le bâtiment,les deux ministres et leurs invités, conspués par une quarantaine d’opposants qui criaient, entre autre, vis-à-vis de Claude Strebelle : « Fossoyeur de la place », ont pris le chemin du palais, où dans la salle du Conseil Provincial, ils étaeint accueillis par le gouverneur Michel Foret. Après les discours de circonstance, l'un du gouverneur, l'autre de Laurette Onkelinx et enfin le troisième par Didier Reynders, la matinée se termina par un cocktail.
Comme le rappela Didier Reynders : "Les institutions judiciaires de Liège sont dispersées sur une quinzaine de sites disséminés à travers la ville. Le Palais des Princes-Evêques, place Saint-Lambert, abrite plusieurs de ces juridictions. C'est au départ de ce monument, classé patrimoine majeur, qu'une composition architecturale a été étudiée en vue de former un ensemble urbain prestigieux, un centre judiciaire à Liège".

"Cette centralisation vise à rationaliser le fonctionnement des services et à offrir au Service Public Fédéral Justice et à son personnel des conditions de travail décentes. Elle consiste, également, à parfaire l'accueil du justiciable, à améliorer le travail journalier des avocats et à faciliter l'accès à la Justice."

Dans le concret

Les travaux ont débuté le 1er septembre 2005 et leur durée est de 900 jours ouvrables. L'investissement est estimé à 59 millions €. A terme, les Extensions du palais de justice hébergeront quelques 630 agents.
FICHE TECHNIQUE
Maître de l'ouvrage: Régie des Bâtiments, services extérieurs wallons 2, Direction Liège - Bureau d'architecte Atelier du Sart Tilman - Claude STREBELLE, Architecte Responsable - Thierry DREZE, Architecte Directeur de projet Contrôle technique SECO s.a. Superficie totale extra-muros +/- 40 000 m2
Sous-sols et parking 10 000 m2 de surfaces d'archives Parking de 17 600 m2 pour 344 voitures Durée des travaux 5 ans (900 jours ouvrables) à partir du 1er septembre 2005 Coûts des travaux +/- 59 millions €. Financement Alternatif de 50 millions d'euros via un contrat de financement conclu avec la Banque Européenne d'Investissement.

Hier et Demain

« Hier et Demain », est une exposition gratuite, accessible tous les jours (sauf le lundi) de 10 à 18 h, à l’Archéoforum de Liège, et réalisée conjointement par la Régie des Bâtiments et la Ville de Liège.
Vous pourrez la visiter dès ce jeudi 29 septembre jusqu’au 6 novembre.
L’exposition retrace, notamment sur de grands panneaux explicatifs et dans une brochure, l'histoire de la Place Saint-Lambert depuis ses origines et présente, en avant-première, les images 3D des futures extensions du palais de justice, dont nous vous présentons quelques images virtuelles (fournies par le bureau d'architecture) ci-dessous.

Légende des photos dans le texte, de haut en bas:

- Laurette Onkelinx descendant de la pelle mécanique
- Didier Reynders aux commandes de l'engin
- les personalités et quelques manifestants
- Laurette Onkelinx, Didier Reynders et Willy Demeyer, rassurés et conversant dans la salle du Conseil provincial

Vue virtuelles de la place dans 5 ans



Vue virtuelle de la place avec les nouveaux bâtiments en descendant du Cadran



Vue virtuelle de ce que sera la place entièrement fermée



Vue virtuelle des bâtiments à côté de la Maison du Tourisme et qui correspond à l'endroit où a été donné le "coup de pelle symbolique"






G. Lecocq