• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3113463

Tourisme

Mis en ligne le 07/12/2006

Le Sentier des Terrils (279,3 km) se termine à Blegny-Mine


Il se passe toujours quelque chose à Blegny-Mine, domaine emblématique dédié à la mémoire des gueules noire, mais aussi centre touristique et sportif important du Pays de Liège.
Samedi dernier s’y tenait (et c’était l’occasion d’une belle et sympathique fête) le chapitre annuel (Sainte-Barbe) et l’intronisation des nouveaux membres d’honneur de la Confrérie des « Maîsses Houyeûs dè Payis d’Lîdje ».
Ce mercredi 6 décembre (Saint-Nicolas), c’était l’ASBL Sentier de Grande Randonné (SGR) qui mettait Blegny-Mine à l’honneur en y inaugurant son « Sentier des Terrils », un itinéraire de quelques 279,3 km, baptisé (GR412) traversant toute la Wallonie, de Bernissart à Blegny. Encore une autre manière (sportive et éducative) de rendre hommage à tous ceux qui, au péril de leur vie et de leur santé, dans les mines, ont fait la prospérité de la Wallonie le siècle dernier.

Pour présenter à la presse, ce « Sentier des Terrils » devant d’ailleurs une bonne trentaine de baliseurs bénévoles des SGR, aux cotés du président et du directeur de Blegny- Mine, respectivement Paul Bolland (gouverneur honoraire) et Jacques Crul, se trouvaient le président des Sentiers de Grande Randonnée, Marc Vrydagh, Michèle Vangeebergen la coordinatrice du projet « Route des terrils » ainsi que quelques représentants des communes traversées.
Après la présentation de ce nouveau « Sentier des terrils », qui comme tous les SGR est balisé de la signalétique rouge et blanche, l’assemblée s’est ensuite dirigée vers le lieu de départ du circuit de Blegny-Mine où une plaque commémorative fut dévoilée par Paul Bolland et Marc Vrydagh avant une petite balade symbolique sur une petite partie du parcours.

L’historique du projet et pourquoi GR412

Comme l’expliquera Marc Vrydagh : « Voilà plusieurs années déjà que l'asbl « Espace Terrils », basée à Aiseau, est connue pour la promotion des terrils de Wallonie. Le projet d'un sentier reliant Bernissart à Blegny Trembleur, et dénommé «la Transterrilienne», existait sur carte ; mais il n'avait bénéficié que d'une reconnaissance sommaire sur le terrain. De plus, il était interrompu entre Farciennes et Flémalle.

Un article consacré à ce projet arriva sur le bureau de notre coordinateur de la revue GR « Sentiers Infos »…, qui demanda plus d'informations. La réponse fut immédiate : les GR s'intéressent à notre projet ? Voyons-nous ! C'est ainsi que je rencontrai Olivier Rubbers pour la première fois. Il me montra les cartes ainsi que le planning de balisage et la balise utilisée (un V orange symbolisant un terril renversé et le V de la victoire). Quelques semaines plus tard, nous réunissions Espace Terrils et SGR à la Ferme des Castors, à Aiseau. Nous étions intéressés par l'idée de la Transterrilienne mais pas satisfaits de son mode de réalisation. C'est ce jour-là qu'Olivier Rubbers accepta de nous confier entièrement son projet. La tâche était trop lourde pour leur petite équipe et leur enthousiasme ne suffisait plus. La machine SGR se mit alors en route et les travaux de reconnaissances furent répartis entre les trois provinces concernées.

Quelques semaines plus tard, une réunion eut lieu au Pass, à Frameries. Pour la première fois, chaque province exposa son travail de reconnaissances et un tracé complet fut élaboré. Les demandes d'autorisation pouvaient être lancées. Restait à régler un point de première importance : comment allions-nous appeler cet itinéraire et quel numéro lui attribuer ? L'idée lumineuse fut trouvée ce soir-là : GR 412, en rappel au 4 décembre, jour de la fête votive dédiée à sainte Barbe, la sainte vénérée des mineurs. Pas un charbonnage qui ne possédait pas sa statue de la sainte : les mineurs la saluaient avant de descendre dans les entrailles de la terre.

Cette date du 4 décembre fut également fixée pour la parution des deux topo-guides. Le délai était réaliste mais exigeant. La dénomination du nouveau GR fut décidée quelques semaines plus tard : Sentier des Terrils. Les équipes reprirent le chemin du terrain. Et nous nous sommes à nouveau réunis au Bois du Cazier après quelque temps afin de peaufiner le travail. »
Le guide qui en est résulté représente une somme de travail bénévole considérable : des heures et des heures de prospection sur le terrain ainsi que du travail de bureau, et ce pour les acteurs des provinces de Hainaut, de Namur et de Liège. Avec la rédaction du descriptif de l'itinéraire, la recherche des renseignements généraux, des notices historiques, la réalisation des cartes... une vingtaine de personnes ont travaillé durant deux ans afin que le « Sentier des Terrils » devienne une réalité...

A propos de la « Route des Terrils »

De son côté, Michèle Vangeebergen, coordinatrice du projet « Route des Terrils », projet coordonné par l’administration communale de Saint-Nicolas et soutenu par l’Eurégio Meuse-Rhin et la Région wallonne, fit le lien entre les deux projets distincts mais complémentaire. Elle expliquera :
« L'opportunité nous est offerte de faire le lien entre les 2 projets. Si la « Route des Terrils » a comme objectif de restructurer les paysages des terrils et des installations minières dans une perspective de développement durable, les « Sentiers de grande randonnée » comme le « Ravel » ou d'autres initiatives régionales ou locales, offrent l'accès, par des cheminements balisés, à des paysages remarquables, souvent méconnus du touriste.

Aujourd'hui, la plupart des terrils liégeois concernés par le GR412 présentent encore un profil assez rebelle. Mais, dans un avenir proche (été 2007 - printemps 2008), nous pourrons offrir aux promeneurs des sentiers thématiques, parsemés de modules interactifs, des espaces scénographiés, des aires de repos et de pique-nique, des lieux de restauration...
Ouvrir les terrils au tourisme, tout en gardant comme objectif la protection de la biodiversité qu'ils abritent représente un défi. Dans cette démarche, Natagora nous apporte une aide précieuse en réalisant des inventaires biologiques sur l'ensemble des sites de la route. Les résultats de ces inventaires seront publiés sous forme de plaquettes didactiques, folders et alimenteront les panneaux et espaces scénographiés. Ces informations seront complétées de recommandations quant à la gestion et la protection de ce patrimoine vert. »

« Communiquer par le biais d'un outil remarquable comme le Topo Guide « GR412 Est » : Sentiers des Terrils, c'est bien sûr faire connaître nos terrils, permettre de les apprécier et donc de les respecter. »
Par ailleurs, il faut savoir que si nous parlons bien d'une « Route des Terrils », le projet INTERREG III ne porte pas sur l'élaboration d'une signalétique de la route. Le GR412 en créant le lien entre la plupart de nos sites permet de donner une première vie visuelle à la Route des Terrils. »
Dans le projet de la « Route des Terrils » on trouve actuellement Soumagne - Chaudfontaine - Flémalle - Blegny Mine - Natagora - Fléron - Plombières - Welkenraedt - Lontzen - Ardennes et Gaume - Hückelhoven et Saint Nicolas.

Les Topo Guides Ouest et Est du GR412

Les randonneurs qui, depuis des lustres connaissaient les sentiers balisés des SGR, connaissent aussi les « Topo Guides » édités par le SGR et qui constituent d’ailleurs pratiquement les seules ressources financières de cette ASBL. Ces deux nouveaux « Topo-guides » (un pour l’Est et l’autre pour l’Ouest) que l’on peut trouver dès maintenant dans toutes les bonnes librairies au prix de i sont dès us dans toutes les bonnes libraires au prix de 14 euros en librairie ou 16,50 euros avec frais d’envois.
Le « Topo Guide » de la partie EST va de Moignelée à Blegny-Mine (139,3 km) en passant par le Namurois, la Hesbaye et le bassin minier liégeois.. Il est complété par 4 circuits : Tour de Flémalle ;(18,9 km) ; Saint-Nicolas, l'Espérance et le Gosson (12,7 km) ; Tour du Thier-à-Liège (8,5 km) ; Boucle de Micheroux-Soumagne (10,1 km) avec une liaison : gare d'Angleur - GR 412 (9,1 km)
et une liaison avec la gare de Namur (5km) par le RAVeL2 à Vedrin.
Celui de la partie Ouest vous servira entre Bernissart et Moignelée (140 km) en passant par les bassins miniers du Borinage, du Centre et de Charleroi. Il est en outre complété par 5 circuits : Sur les traces du diamant noir (9,7 km) ; Terrils et ruelles de Colfontaine (14,2 km) ; PASS, Levant et Héribus (15,9 km) ; Le Bois-du-Luc et le canal du Centre historique (21,3 km) ; Le Martinet (8,2 km)

Chaque topo-guide comprend 144 pages dans lesquelles on trouve : la description de l'itinéraire ; les distances et dénivelés : des explications touristiques ; gares et arrêts d'autobus, avec les numéros des lignes ; des photos ; carte générale au 1 : 250 000 ; cartes au 1:50.000 avec le tracé ; ravitaillement, cafés et lieux d’hébergement.
Ils vous permettront de découvrir près de 80 terrils de la « Chaîne des Terrils » qui en compte quelques 1200 au total sur 43 communes de Wallonie. Vous découvrirez comment les collines de poussières de nos bassins houillers se sont muées en sommets verdoyants qui, couvertes de végétation, cultivant vignobles ou abritant des zones humides, sont devenues au fil du temps un patrimoine naturel exceptionnel. Vous y trouverez aussi des espaces sauvages, une faune et une flore diversifiées et des vues imprenables des ces paysages témoignant du passé industriel de la Région wallonne et d'une histoire construite dans la sueur et dans la douleur.

Vous pourrez aussi obtenir d’autres détails sur ce nouvelle outil ou tout simplement sur l’ASBL Sentiers de Grande Randonnée (dont le siège est à Liège) sur le site Internet : www.grsentiers.org
Les photos de haut en bas:
- La plaque apposée à Blegny-Mine et indiquantle début d'une boucle du GR 412
- De gauche à droite: Marc Vrydagh , Paul Bolland et Jacques Crul
- La trentaine de baliseurs du SGR
- L'inauguration de la plaque commémorative
- Le texte sur la plaque
- Petite vsite du début du circuit de Blegny Mine
- Les couvertures des deux nouveaux Topo-Guides





Gaston LECOCQ