• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3112722

Tchantchès et Nanèsse

Mis en ligne le 04/12/2006

Ine bone peûre, c’est si bon…


Tchantchès : Bon enfin, nous voilà, ce n’est pas trop tôt. Il y a parfois certains petits problèmes (rien de grave rassurez-vous) qui nous empêchent de faire exactement ce qu’on a souhaité de faire. D’autant que cette semaine, Nanèsse et moi nous vous avions préparé un petit reportage en rapport avec notre soirée du samedi 25 novembre dernier.
Nanèsse : C’est vrèye savez-vous. Ce soir là, on a tous les deux participé au grand chapitre organisé à l’occasion du 20ème anniversaire del « Confrêrèye dès Peûres di Sint-R’mèy », autrement dit en français : « La confrérie des Poires de Saint-Remy ». Mais faut pas croire, pour participer au grand banquet qui était donné à cette occasion, Tchantchès avait payé ma participation, mais pas lui savez-vous. Parce que mon binamé avait été invité pour y être intronisé comme « Compagnon, membre d’honneur ». Et il était fier savez-vous mon Tchantchès.

- Bin évidemment que j’étais fier. Ce n’est pas tous les jours qu’on a l’occasion d’être ainsi un peu mis à l’honneur par une confrérie qui existe depuis 20 ans et dont le seul but est de promouvoir et de défendre son terroir, dans la bonne humeur, l’amitié et la solidarité et sans trop se prendre au sérieux.
- Je crois, savez-vous, que si Tchantchès a été intronisé, c’est parce qu’il est tombé dans les bonnes grâces du «Grand mêsse », le gouverneur honoraire Paul Bolland, qui est aussi un des pionniers de la confrérie. C’est peut-être aussi pour remercier mon binamé d’avoir de temps en temps parlé de la confrérie des « Peûres di Sint-R’mèy » dans «Proxi-Liège ».
- Peut-être ? Mais si je l’ai fait volontiers, c’est parce que cette confrérie, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, est animée par de fervents bénévoles qui ne ménagent pas leur peine et qui mérite bien d’être connue un peu partout ans le monde. C’est qu’elle participe aussi à la renommée de notre beau Pays de Liège et de notre Wallonie. Alors si je peux rendre service avec mes petits moyens, tant mieux. ! On est là pour ça aussi non ?
- Ne soit pas si sérieux Tchantchès ? Pour en revenir à la soirée, c’était vraiment très réussi. Je ne m’attendais pas à autant de monde dans cette magnifique salle de la « Ligne droite ». Et puis quelle ambiance et quel souper !

- Ça, tu peux le dire. C’est qu’ils avaient bien fait les choses les frères Verviers, deux cuisiniers hors paire et descendant en droite ligne de l’Ecole d’Hôtellerie de Liège.
- Et puis Tchantchès, le service, quelle affaire pour autant de personnes. Faut le faire quand même et bravo… ?
- Eh bin ça Nanèsse, c’est encore grâce à l’Ecole d’Hôtellerie de Liège et à ses étudiants qui ont accepté de venir donner un coup de main.
- Et l’ambiance ? Quelle affaire. Faut dire qu’ils n’ont pas lésiné sur les moyens. On a eu droit à un superbe concert du « Delirium Tremens Band de Dahlem » et puis après à l’excellente musique de Jo Vannerum…
- Oui, mais tu ne parles pas de l’intronisation
- Là, j’ai vraiment été soufflée comme on dit. Je ne m’attendais pas à une telle affaire. Quel talent le « Grand mêsse » pour organiser tout ça et quel sens de la fête et de l’humour tout en respectant le protocole des « Peûres ». Mais j’ai quand même bien ri quand tu as participé aux épreuves, si tu avais vu ta tête !

- C’est que j’étais un peu ému, d’autant qu’à côté de moi, se trouvait notre grand artiste et maître du cristal, internationalement connu Louis Leloup. Un monsieur vraiment sympathique et simple sais-tu.
- Et moi, à notre table, j’ai surtout été surpris de voir comment à 90 ans, on pouvait encore être en forme.
- Ah oui, tu veux parler de Marcel Dupont, notre grand champion cycliste. Un fameux personnage…
- Et puis, il y avait aussi noss sympathique ex-présentateur de RTC, Marcelino, un bel homme sais-tu. C’est bien dommage qu’on ne le voie plus à la TV…
- Nanèsse !
- En attendant, tout ça, c’était vraiment une belle soirée qu’on n’oubliera pas de sitôt
- Bah, ça fait du bien de temps en temps de se retrouver avec des gens qui pensent un peu à autre chose et qui savent encore s’amuser de choses simples. Et comme je peux le dire maintenant « Peûre asteûre, Peûre todi ».
- Tant que j’y pense, essaye un peu de savoir comment on peut faire pour avoir une bonne bouteille de leur alcool de poire, c’est tellement bon.
- Nanèsse, tu ne vas pas t’y mettre aussi quand même ?

Grand merci à Luc Lemoine de nous avoir envoyé quelques photos de cette soirée inoubliable.






Tchantchès et Nanèsse