• Visiteur(s) en ligne : 1
  • |
  • Visiteurs total : 3124616

Théâtre

Mis en ligne le 25/11/2006

Histoires des théâtres de Liège (1850-1975), le tome 2 est paru


L’an dernier, pour présenter le premier volume de son « Histoires des Théâtres de Liège de 1850 à 1975), Marcel Conradt nous avait fait aussi découvrir un théâtre tout neuf : « Le P’Tit Théâtre du Boulev’Art » installé sur les lieux même de ce qui fut autrefois le théâtre du «Casino Grétry».
Cette année, pour présenter, son deuxième opus devant un public de connaisseurs, Marcel Conradt s’était mis en scène avec son amis Jean-Maurice Dehousse, sur celle d’un autre théâtre peu connu des Liégeoises et des Liégeois « Le Théâtre en Ile » situé aux n° 11 et 13 de la rue Méan (en Outremeuse).
Comme l’explique l’auteur : « Parmi les théâtres choisis, certains sont très connus, quelques uns le sont moins, d'autres ne le sont plus du tout car ils ont disparus de la scène depuis longtemps. Ils ont été répartis en trois volumes. » C’est ainsi que le premier opus raconte les histoires du «Le théâtre royal du Gymnase» (qui fait partie de la déplorable saga de la place Saint-Lambert,) de «L'Ensemble théâtral de Liège» et «Le centre culturel et sportif d'Outremeuse, feu le Nouveau Gymnase». Marcel Conradt n’a pas souhaité parler du Trocadéro dont un livre a été récemment consacré, il y a peu…

Le tome 2

Comme pour le premier ouvrage sur l’histoire des théâtres liégeois, Marcel Conradt continue d’utiliser ce procédé peu habituel qui lui permet d’évoluer au cours des années sans donner à l’ensemble une certaine lourdeur. C’est une vraie histoire qu’il raconte et vivante en plus. En fait, il poursuit ici la très longue discussion (entrecoupée de hors-texte, d’illustrations, de retour en arrière), entre un papa et son fils (un peu Candide).
Cela dit, sans trop déflorer l’ouvrage, le père fait également intervenir, dans sa discussion, plusieurs personnes rencontrées et témoins directs de cette époque comme par exemple Janine Robiane, la doyenne des comédiens liégeois et ancienne du Théâtre du Gymnase (elle était d’ailleurs présente à la présentation du livre) et bien d’autres encore dont la liste se retrouve d’ailleurs dans la rubrique dédiée aux remerciements.
Pour la suite de ces aventures théâtrales liégeoises et qui est aussi un fameux parcours historique, truffé d’anecdotes de faits drôles ou dramatiques que l’on ne trouve pas dans les livres d’histoire, Marcel Conradt nous invite à le suivre.

Tout d’abord au « Casino Grétry » qui fut, sur le boulevard d’Avroy, tour à tour, une salle de bal, un jardin d’été, une salle de skating ring (piste de patins à roulettes) et salle de concert, une salle de théâtre wallon, une salle de ventes, une piscine, un garage et puis le « P’tit théâtre du Boulev’Art » en 2005.
On changera ensuite de quartier pour se rendre en Outremeuse et découvrir le « Pavillon de Flore » qui était aussi surnommée la «Bonbonnière de la rue Surlet » et qui avait une réputation parfois sulfureuse. On y apprend, outre une multitude de détails récoltés à la manière d’un journaliste spécialisé que Jean-Baptiste Clément l’auteur entre autre de la fameuse chanson «Le temps des cerises » pourchassé par la police de Napoléon III et qui se réfugia en Belgique, passa par Liège et le Pavillon de Flore où il aurait monté la fameuse revue dans laquelle on découvrit la chanson de la « Commune de Paris », avant Paris…
Le « Pavillon de Flore » c’est aussi une succession de directeurs et directrice, de genres les plus divers, de la revue, au théâtre français, du théâtre wallon à la chanson française : Yvette Guilbert y fera ses premiers pas et Aristide Bruant s’y illustra également. Histoire mouvementée que celle du Pavillon de Flore qui deviendra salle de cinéma en 1929 puis le Crosly-O.M (c'est-à-dire le Crosly d’Outremeuse pour le distinguer avec celui du boulevard de la Sauvenière jusqu’en 1974. Deux ans plus tard le « Pavillon de Flore » renaissait en y accueillant un rescapé de la saga de la place Saint Lambert et environs le Théâtre du Trianon.

On reste encore un peu dans le quartier d’Outremeuse avec l’aventure du «Royal Bataclan» puis on émigre directement vers Sainte-Marguerite avec celle du « Fontainebleau », dont le nom est aujourd’hui resté pour signaler un carrefour.
Ces histoires se lisent comme un véritable roman et c’est finalement tout ce qui fait l’attrait de ce deuxième livre que, si vous aimez Liège, sa vie, mais aussi ses théâtres, vous aurez à cœur de posséder dans votre bibliothèque.
Pour le troisième tome qui est prévu l’an prochain à la même époque, Marcel Conradt vous racontera «Le Trianon», «La Renommée», «Le Molière», «La Populaire» et «Le théâtre Saint-Servais»…

- « Histoire des Théâtres de Liège » 1850 -1975 (tome 2) par Marcel Conradt, Editions du Céfal, 193 pages avec d’innombrables illustrations d’époque - 21,50 € ISBN 2871302189 dans toutes bonnes librairies.

- Pour en savoir d’avantage sur le « Théâtre en Ile », sa programmation etc : vous pouvez visiter son site Internet: www.theatreenile.be

Les photos de haut en bas :
- La couverture de l'ouvrage
- De gauche à droite: Jean-Maurice Dehousse et Marcel Conradt pendant la présentation du tome 2
- Une vue de la salle du "Théâtre en Ile".





Gaston LECOCQ