• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3138676

En Ville

Mis en ligne le 24/11/2006

Les adieux de la Violette pour que fleurissent d’autres générations…

Ce lundi 20 novembre l’hommage rendu aux hommes et femmes politiques, conseillers et conseillères communaux « sortants » avait un parfum de nostalgie, de reconnaissance et d’amitié « ennemie » entre hommes et femmes dont la vie c’est« la politique »

Les tendres et piquants mots du mayeur

Discours d’un bourgmestre réélu fait avec tact, humour et tendresse. Willy aura pour Jean Maurice son prédécesseur au mayorat cette phrase tendrement assassine : »nous avons fait la guerre puis la paix ». Un JMD bras dessus bras dessous sur la photo avec e Messaouda Barka et Madeleine Mairlot.
Avec « Madeleine », le bourgmestre utilisera à dessein le prénom, 10 ans conseillère écolo qui a rejoint les grognards du socialisme, Willy Demeyer évoquera une déterminante opposition qui se transforma en respect mutuel… »
De Luc Toussaint, il évoquera ses slogans percutants. Rappelons nous « du rock et du boulot ». Avec Mario Tullio il évoquera l’époque où la communauté italienne faisait bloc pour être représentée… Forme d’intégration réussie si aujourd’hui paradoxalement les italiens ne votent plus italien ipso facto… D’Arthur Bodson, recteur universitaire fourvoyé au conseil, il louera son côté « observateur sociologique »

Adieu Benoît

Emotion avec l’évocation du décès du conseiller écolo Benoît Labaye, romancier mais aussi citoyen marqué par sa sclérose en plaques et qui laissera la trace d’un ascenseur indispensable pour donner accès au conseil communal, aux personnes handicapées
Il y avait à la fois « les adieux de Fontainebleau » de l’Empereur et « Guerre et Paix » de Tolstoi dans l’atmosphère
Petits cadeaux très symbolique : une BD d’Hergé en wallon, les bijoux de la Castafiore, leur plaque personnelle de mandataire et un Perron de cristal.
Le bouleversement et le renouvellement ne sont pas minces. Il y a ceux qui avaient décidés de ne pas se représenter, ceux qui avaient perdu leur siège dans la bataille électorale. Surtout, des monstres sacrés quittant la politique.

Verres en mains, sourires aux lèvres

18 conseillers partant non pas sur la pointe des pieds mais le verre en main et le sourire aux lèvres. On sait se tenir…
Ont donc fait front à leur passé, ce qui ne signifie pas qu’ils soient sans avenir ou sans projets : William Ancion, Hector Magotte anciens échevins CDH, Jules Jasselette, Guy Moreau, échevins socialistes.
Au bataillon des conseillers et conseillères : Christian Bleret, « rouge peket », Jean Maurice Dehousse, Jean Pierre Digneffe ancien échevin, Elisabeth Tison la plus jeune non élue malgré un beau score. Au MR Arthur Bodson, au CDH Mario Tullio, chez Ecolo Marc Van Hamel et les transfuges au PS, Ariane Langevin venue du MR, Madeleine Mairlot qui fit 1135 voix à la Province mais n’avait pas été coptée sur la liste communale PS et Messaouda Barka venues d’Ecolo
Des absents certes, ils étaient 14 sur 18. Absences boudeuse, diplomatique, rancunière, mysoginie ? Un peu de tout.
Ne sont pas venus chercher leur cadeau :Miguel Mevis non réélu à deux voix près, Jacques Marneffe échevin sortant qui ne s’était plus représenté dans le cadre du dossier « vin » le concernant mais qui n’en avait pas moins de 36 ans de présence active au conseil communal, Luc Toussaint qui avait décidé de ne pas se représenter sur la liste écolo et de réintégrer le parti socialiste, concrètement parti en vacances… Philippe Monfils ancien ministre libéral qui siégea de 1994 à 2006 au conseil communal
L’hôtel de Ville s’est illuminé pour ceux et celles qui le quittent avec regret certainement mais aussi avec la notion du devoir accompli…





Jean-Pierre KEIMEUL