• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3124616

A la Province

Mis en ligne le 15/11/2006

Déclaration de politique générale 2006-2012


Comme prévu, c’est ce lundi 13 novembre que les différents chefs de groupes des partis démocratiques représentés au Conseil provincial ont pu débattre de la « Déclaration de politique générale 2006-2012 » et que nous avons présentée ce 12 novembre.
Comme prévu, l’ensemble de ce débat public a été transmis en direct par RTC-Télé-Liège et Télévesdre, à destination des téléspectateurs abonnés au cable.
Et comme beaucoup de Liégeoises et de Liégeois, (nous espérons qu’ils étaient nombreux et qu’ils ont tout suivi pendant près de 2h même si c’était assez fastidieux) nous avons dégusté les interventions, dans l’ordre : des chefs de groupe Ecolo (Jean-Marie Beckers) ; PS (Gérard Georges) CDH (Dominique Drion) et MR (Philippe Dodrimont).
Avant le débat, le journaliste de RTC Télé-Liège a donné la parole à la greffière provinciale, Marianne Lonhay qui, d’une manière très professionnelle (on aurait dit qu’elle avait quelques années de TV derrière elle) avec beaucoup d’élégance et de conviction, a présenté l’Institution provinciale liégeoise, tous les départements qui en dépendent, ses compétence et combien elle est nécessaire à la population de nos communes dont les citoyens ne la connaissent pas assez.
Comme nous l’écrivons plus haut, pendant plus de 2 heures les quatre chefs de groupe ont dit ce que leur formation politique pensait de la « Déclaration de politique générale et du budget ». Nous n’allons pas évidemment vous donner lecture de ces quatre discours. Ce serait par trop long et fastidieux. Par contre, nous vous donnerons ci-dessous, la lecture intégrale de la réponse faite ce mardi par le premier député provincial - président André Gilles.
En effet, sa réponse, vous y retrouverez les thèmes essentiels mis en exergues par chaque formation politique.
La séance de ce mardi a d’ailleurs clôturé la session d'octobre-novembre 2006 du nouveau Conseil provincial de Liège les votes sur la déclaration de politique générale 2006-2012 du Collège provincial et le projet de budget 2007.
La déclaration de politique générale a été approuvée par 55 OUI contre 14 NON et 12 ABSTENTIONS (3 Conseillers provinciaux étaient absents). Quant au projet de budget 2007, il a également été approuvé « majorité contre opposition » (56 OUI - 25 NON).

La réponse d’André Gilles

« Comme vous le savez, le rêve est universel. Chacun a les siens et, en général, veut y croire. Cela est tout a fait respectable et croyez moi, j’ai les miens ; vous me permettrez néanmoins de les garder pour moi car, ce que je veux, au nom du Collège provincial, partager avec vous, c’est une réalité.
Pas une réalité banale, faite simplement de continuité, sans relief, non c’est une réalité, faite de responsabilité et de perspectives.

On ne mène pas un bateau pesant 350 millions d’euros par an – 14 milliards d’anciens francs – qui est l’argent des contribuables – avec 6000 agents à son bord au service d’un million d’habitants, si on n’a pas, excusez-moi, à la fois les pieds sur terre et le pied marin, avec la capacité de prendre de la hauteur.
Nous croyons effectivement à la continuité plutôt qu’à la rupture. Nous n’allons tout de même pas, par je ne sais quel plaisir masochiste, tourner le dos à un bilan extrêmement positif dont la majorité est fière.
Au contraire, la continuité implique que le cap soit maintenu, en l’enrichissant de nouveaux défis, à la fois raisonnables et aussi novateurs.
Nous croyons effectivement que l’individu – son éducation et sa formation, son insertion dans la société, sa santé, sa culture, son bien être dans un environnement de qualité - doit rester plus que jamais au centre de nos préoccupations.
Qu’attendent nos concitoyens – dans leurs priorités – c’est l’emploi, c’est un logement décent, c’est un environnement où il fait bon vivre. »

Une politique volontariste de proximité et bonne gouvernance


« Le Collège provincial l’a bien compris puisqu’il a retenu les idées maîtresses du redéploiement et de la solidarité, en vous proposant pour la législature qui s’ouvre une politique volontariste de proximité.
Je ne vais pas, rassurez-vous, à nouveau développer les 65 pages de la déclaration de politique générale, qui est loin d’être un texte superficiel et général, que vous avez tous lu attentivement, qui devient votre livre de chevet, - lorsque vous ne rêverez pas, bien entendu – si j’en juge par les propos tenus hier par les quatre chefs de groupes, avec leur sensibilité et leurs différences, et je les remercie de leur contribution au débat démocratique.
Je suis de ceux qui sont ouverts au dialogue. Nous allons, ensemble, réaliser ce programme avec une majorité sensible aux bonnes idées qu’exprimeront les quatre groupes de notre assemblée.
La bonne gouvernance n’est pas un catalogue de bonnes intentions, mais une nécessité qui doit se traduire par des actions concrètes et visibles.
Le Collège provincial vous soumettra, par exemple, tout prochainement son nouveau Règlement d’ordre Intérieur qui précisera bien entendu, comme c’est déjà le cas maintenant, que les procès verbaux sont à la disposition des conseillers provinciaux.
Chacun des chefs de groupe a mesuré l’importance des partenariats, de cette volonté tant à l’égard des communes que de la Région wallonne et des Communautés française et germanophone de développer des politiques complémentaires, fédératrices et recentrées. Ces futurs partenariats avec les communes – elles sont 84 dans notre Province – nécessitent d’abord dialogue et évaluation, pour se traduire en actions partagées, ciblées ou globales, individuelles ou collectives. Il n’y aura donc pas de modèle unique.
Fallait-il pour autant vous présenter une encyclopédie, détaillée et méticuleuse, de toutes les actions que nous réaliserons durant 6 ans, vous nous auriez sans doute alors, reproché d’avoir tout écrit, tout dit et anéanti toute perspective d’initiative possible de votre part.
L’approche globale et bien orientée permet de voir l’horizon et de ne pas s’arrêter aux hauteurs de la vallée. Il est exact que notre Province a besoin de retravailler son image pour lui donner de la visibilité, de la cohérence et de la notoriété. Ce sera un de nos premiers chantiers. »
« Peut-être un manque d’expérience de Monsieur Beckers, Chef de Groupe Ecolo, explique-t-il certaines approximations à propos des différents niveaux de pouvoir ? Cependant, on ne peut pas décrier hier l’institution provinciale comme étant un pouvoir obsolète qui s’occupe de tout et de rien et aujourd’hui prétendre qu’elle doit s’occuper de tout et de tout. Vous comprendrez, Monsieur Beckers que la vérité et l’équilibre se trouvent entre les deux.
Monsieur Drion a raison quand il dit qu’il faut multiplier les idées et les projets concrets et additionner nos énergies notamment sur les actions nouvelles et mobilisatrices.
Comme les Chefs de groupes de la majorité, Messieurs Georges et Dodrimont, dois-je rappeler encore que figurent dans cette Déclaration de politique générale, que d’aucuns peu ou mal informés trouvent sans nouveauté, une foison de projets nouveaux pour la législature 2006-2012 ? »

Quelques projets d’envergure

« Il m’incombe en tant que Président du Collège provincial d’en énumérer ici, et dans un ordre aléatoire, les plus significatives :
- les Maisons de la Création,
- l’étude pour le projet d’une grande bibliothèque,
- la Maison des Langues,
- l’Ecole des Cadets du feu,
- l’ouverture à la Bande dessinée,
- la Régie provinciale autonome,
- le Service de « psychologie du Sport »,
- la création d’un Centre de Documentation sportive,
- les actions dans le domaine de la Santé particulièrement axées sur la lutte contre la surdité chez les jeunes et contre l’obésité ou encore la préparation aux bons loisirs actifs,
- la réorganisation de l’enseignement supérieur pour le rendre encore plus efficace et plus cohérent,
- une conception de la culture comme vecteur de redéploiement économique,
- le renforcement de la professionnalisation du secteur touristique,
- le redéploiement dans l’Agriculture par l’appel à la BIO MASSE pour le soutien aux producteurs engagés dans des filières de qualité différenciées ou bio,
- les aides nouvelles en matière d’économie d’énergie,
- les initiatives prises en matière de logements adaptés en faveur des habitants permanents des campings et des parcs résidentiels,
- l’aide aux personnes âgées, avec des expériences pilotes par le biais de vidéo surveillance à domicile,
- la SPI+ qui va s’investir dans la création du secteur « développement immobilier » associant le public et le privé,
- un effort particulier envers le monde associatif tant sportif que culturel, s’adressant tant aux jeunes qu’aux aînés. »

Pour les chefs de groupe

« Je ne vais pas aujourd’hui répondre à chacun des chefs de groupe sur tous les sujets qu’ils ont abordés.
La déclaration de politique générale annonce la tenue de séances thématiques et ce sera là et à ce moment que nous pourrons débattre en profondeur des idées émises.
Permettez-moi néanmoins de relever quelques points.
Monsieur Beckers, les points que vous avez évoqués dans le domaine de l'enseignement nous sont bien connus, ils figurent déjà dans le rapport d'activités relatif à l'enseignement ou encore ont fait l'objet de travaux en 6e commission.»

«En matière de gestion participative, la concertation sociale est organisée à tous les niveaux, des commissions paritaires aux organes consultatifs et de gestion où sont associés les membres du personnel mais également les étudiants. L'initiation à la citoyenneté, nous la réalisons par la pratique, notamment par l'élection de délégués de classe. Plutôt que de revendiquer l'organisation d'une heure de cours supplémentaire, nous misons d'avantage sur de nombreuses actions transversales et multidisciplinaires.
Vous évoquez l'adaptation de l'offre aux besoins de l'économie et de l'emploi. Je viens de répondre longuement à la même question posée la semaine dernière par un membre de votre groupe, en rappelant que l'initiative de proposition appartenait aussi au milieu économique. J'ai à ce propos détaillé les missions de la Commission Communautaire des Professions et des Qualifications. »
« Concernant l’enseignement, la problématique de l’égalité des chances est abordée. C’est un sujet très important, qui a déjà été largement évoqué en 6e commission notamment, et c’est la raison pour laquelle le Collège provincial a chargé le Centre des méthodes de développer un projet récurent : « Réussite et fraternité » qui connaîtra, notamment à travers une politique d’utilisation systématique de manuels scolaires une amplification dans les trois prochaines années en distinguant clairement le volet « qualité des apprentissages » du volet « violence et discipline », même si les deux volets sont évidemment liés. »

« Monsieur Drion, vous nous invitez à valoriser l'enseignement technique et professionnel, mais cela va de soi, c'est notre tradition, notre combat et notre conviction. Sans cesse nous améliorons l'adéquation des formations aux besoins nous développons de nouvelles filières. L'évolution des populations scolaires est le meilleur témoin de notre succès. Enfin, l'intégration de notre enseignement dans le processus européen est une réalité, j'y ai encore répondu dernièrement en rappelant que les subventions européennes et communautaires obtenues avaient encore plus que quadruplé en un an.
Concernant la création d’une Maison des langues, je remercie Monsieur Drion de l’attention que son groupe accorde à ce projet et je prends acte de sa volonté d’être partenaire.
Pour ce qui relève du logement au risque de réaffirmer ce qui est dit dans la déclaration de politique générale, l’effort financier engagé sera poursuivi en l’ajustant aux réalités du terrain. »
« Le nouveau plan triennal se profile sur les années 2007-2009, c’est à la lumière des projets retenus dans celui-ci qu’en complémentarité avec la Région wallonne et en harmonie avec ce pouvoir que la Province se positionnera. Il faudra peut être alors imaginer de nouvelles stratégies d’intervention.
En matière de jeunesse, je ne peux que rejoindre le chef de groupe CDH puisque cela fait maintenant plus de 10 ans que le Service Provincial de la Jeunesse organise en partenariat avec les communes des stages pour enfants qui visent à les sensibiliser aux pratiques artistiques (théâtre, arts plastiques, musique….).
Ces démarches concourent de toute évidence à l’éveil de chaque jeune, à la découverte artistique, à la connaissance et au respect de l’autre.
Parallèlement à ce travail consenti en faveur des enfants de 4 à 12 ans, un nouveau champ d’investigation a été ouvert vers les adolescents durant la législature précédente en vue de formaliser et de valoriser leur parole citoyenne, support de leurs rêves d’une société en devenir. »

« Monsieur Drion, vous doutez des résultats probants des outils actuels développés par la Province de Liège en matière de prévention du suicide et des assuétudes (drogue et alcool).
Ces résultats probants, comme vous les qualifiez, sont difficilement quantifiables vous en conviendrez.
En matière de prévention du suicide, par exemple, comment pourrait-on, Monsieur Drion, déterminer le nombre de personnes qui se seraient suicidées si nos outils de prévention n’existaient pas ? Est-ce à dire que nous faisons tout et n’importe quoi ? Certainement pas.
Nos actions sont réfléchies et encadrées par le biais des diverses Commissions, par des spécialistes du monde psycho-médico-social, judiciaire, universitaire,…
Il s’agit donc d’informer, de sensibiliser, un maximum de personnes aux « signaux d’alarme » qui permettent, quant on sait les décoder, de venir en aide aux personnes en mal de vivre, en souffrance ».
« En matière de suicide, permettre l’expression des idées suicidaires est en soi un acte de prévention. Savoir écouter, interpréter les silences, …, permet d’orienter les personnes en souffrance vers les intervenants adéquats. C’est dans cette optique que la Province a organisé pas moins de 11 formations, complétées par 4 cycles d’approfondissement…, soit un total de près de 300 personnes formées. »

« Au chapitre Santé et Qualité de la Vie, le chef de groupe CDH de nous parle de dépistages et nous nous réjouissons pour son intérêt soudain pour cette matière.
Entrer dans le programme communautaire et fédéral du dépistage du cancer du sein, pas de problème ! En fait, n'inversons pas les choses ! La Province de Liège a lancé une première mondiale avec le dépistage du cancer du sein en 1992. Ce n'est que 10 plus tard que le fédéral - et la Communauté encore plus tard - se sont engagés dans cette voie. »
« La Province de Liège est le centre coordonateur des dépistages de la Communauté. Nous ne pouvons que regretter que nous soyons toujours seuls à nous intéresser aux tranches d'âge des 40-50 ans et au-delà des 70 ans.
Il ne faut pas jouer avec les problèmes de santé publique. Notre crédibilité : c'est un comité scientifique qui regroupe des experts indépendants, notamment de l'Université. Nous avons montré que nous sommes à la disposition de la Communauté pour leur permettre de bénéficier de notre expérience. »
« En ce qui concerne l’environnement abordé par Monsieur Beckers, je ne peux que regretter son manque de connaissance des priorités de la Province en la matière puisque la déclaration de politique générale mentionne très clairement sa volonté de poursuivre son effort de subventionnement du placement d’installations tendant à réduire la consommation d’énergie.
Par ailleurs, vous nous surprenez quand vous mentionnez comme une de vos priorités la prévention, outil principal pour un environnement sain. La prévention constitue un axe majeur pour la majorité en place et se veut très concrète puisque la déclaration de politique générale précise le rôle accru que nous voulons donner au Service provincial de l’Environnement ainsi qu’au Service de la Santé de la Maison (SAMI). »

« Le chef de groupe Ecolo a souligné l'enjeu actuel de la mondialisation et du développement des moyens de communication pour notre économie, proposant de réserver une priorité dans les actions aux entreprises créatrices ou innovantes et à la création d'emploi durable et de proximité. »
« La SPI+ a tenu compte de cette évolution de notre économie. Une étroite collaboration avec l'Université de Liège a permis la création d'infrastructures d'accueil pour les spin-offs comme le Spatiopôle. L'extension du parc scientifique et l'animation de celui-ci par la participation de Liège Science Park à un réseau des parcs scientifiques wallons (SPOW) constituent certainement des actions favorisant le développement d'entreprises innovantes, sans citer les autres infrastructures, comme les espaces entreprise et les bâtiments relais construits sur tout le territoire de la province.»
« Ces dernières années, la SPI+ a également mené à bien la création d'infrastructures en milieux urbains : rue d'entreprises, espaces pour bureaux, services et petites entreprises, … Ces projets permettent la redynamisation des quartiers, favorisent l'utilisation de transports en commun et la création d'emplois de proximité. Cette politique volontariste s'inscrit également dans le souci de gérer les grandes zones de la périphérie avec parcimonie et de les réserver à des entreprises incompatibles avec les zones d'habitat et ayant un réel besoin d'infrastructures autoroutières, ferroviaires ou à voie d'eau. »

« La création du secteur immobilier permettra encore d'amplifier cette action en abordant des projets de plus grande ampleur. »
« Loin de moi l’idée de penser que la Déclaration de politique générale que j’ai eu l’honneur et la fierté de vous présenter dans ces premiers jours de nouvelle législature, constituait une espèce de produit fini, fruit d’une réflexion terminée et intangible pour les six prochaines années. Il s’agit avant tout de balises d’une construction commune et évolutive pour laquelle la majorité, dont je me fais ici le porte-parole, espère pouvoir compter sur l’appui d’une minorité utile, constructive et ouverte à l’innovation en matière de redéploiement, de solidarité et de proximité.
Pour terminer, je reprendrai, si vous le permettez, le titre d’un article paru dans un quotidien la semaine dernière : « Gagner le redéploiement en équipe ». Oui, c’est bien cela notre ambition. Oui, c’est cela que nous ferons. Oui, nous mettrons tout en œuvre pour gagner la bataille du redéploiement. Oui, nous y parviendrons par un travail quotidien et inlassable en équipe. Ce travail d’équipe se traduit aujourd’hui par une force tranquille au service de l’efficacité. Pour accomplir nos projets, que la force nous soutienne. »

C'est peut-être un peu long, mais c'est notre manière à nous d'apporter notre pierre à l'édifice, à savoir: faire mieux connaître notre institution provinciale à nos citoyens. Ce qui est sûr, c'est que ce texte, vous ne le trouverez nulle part ailleurs que sur "Proxi-Liège", comme aussi la plupart des décisions prises chaque semaine par le Collège provincial.





Gaston LECOCQ