• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3137622

Bon à savoir

Mis en ligne le 13/11/2006

Blegny - Dahlem « Opération Poiriers 2006 » le 18 novembre


La Confrérie des Peûres di Sint-R’Mèy, qui fête cette année son 20ème anniversaire, membre de l’Union du folklore gastronomique de la Province de Liège, a décidé de poursuivre son action de sensibilisation pour le sauvetage des poiriers dans le paysage rural du Pays de Herve et de la Basse-Meuse.
Il y a quelques dizaines d’années, les vergers, dans notre région regorgeaient d’arbres fournissant de nombreuses variétés de fruits et notamment de poires.
La poire de Saint-Remy, cueillie début octobre, se conservait généralement pour être cuite et accompagner divers plats. Elles son d’ailleurs plus connues sous le nom des célèbres « cûtès peûres ».
C’est d’ailleurs dans le but de maintenir et de développer la tradition séculaire de cette poire Saint-Remy qu’a été fondée il y a 20 ans, la « Confrérie des Peûres di Sint-R’Mèy, dont le «Grand mêsse » n’est autre que le gouverneur honoraire de la Province de Liège, Paul Bolland.

Opération Poirier 2006

C’est dans cet esprit que la Confrérie organise, depuis plusieurs années déjà, une « Opération Poirier » symbolique, dans la bonne humeur et le folklore bien de chez nous.

Cette opération, qui aura lieu le samedi 18 novembre prochain, consistera en une promenade à bord d’un des tortillards de Blegny-Mine. Les membres du Chapitre de la Confrérie (sur la photo ci-contre, lors du 15 août en Outremeuse), accompagnés de l’Harmonie du Progrès de Wandre, se rendront ainsi en divers endroits des communes de Blegny et de Dahlem, dans un cortège convivial et haut en couleur. Ce joyeux cortège en profitera pour planter un arbre (un poirier évidement) dans sept propriétés privées.

Conseil pour vos poiriers : attention à la rouille grillagée


Depuis l’an 2000, selon les régions, nous subissons une attaque de plus en pus importante de cette maladie.
Caractéristiques : apparition de tâches orangées, parsemées de petites pustules noirâtres à la face supérieure des feuilles. Plus tard, en juillet, sur la face inférieure de celles-ci apparaissent des groupes des petites excroissances verruqueuses remplies de spores (graines) d’un jaune vif appelées parfois « pis de vache ». Les genévriers sont les seuls végétaux qui favorisent cette maladie. Il est donc indispensable de surveiller ceux-ci en enlevant les branches renflées et fusiformes où se développent des masses coniques et gélatineuses de couleur brunâtre.

Chez le poirier (photo ci-contre), cette rouille provoque un affaiblissement de l’arbre, une croissance réduite, un calibre inférieur à la normale et une chute prématurée des fruits.
Il existe un traitement ; A la chute des feuilles, ramasser et éliminer ; pulvériser le tronc et les branches avec de la bouillie bordelaise ; pulvériser également le sol sous l’arbre ; répéter l’opération au printemps, lors de l’apparition des yeux ; lorsque les premières feuilles sont formées, répéter l’opération et surveillez les genévriers.

Comme le disent les membres de la « Confrérie des Peûres di Sint-R’Mèy » : « Bone récolte, bon appétit et « Peûre asteûre, peûre todi… »





Ga . L.