• Visiteur(s) en ligne : 1
  • |
  • Visiteurs total : 3125344

Politique

Mis en ligne le 21/10/2006

Willy Demeyer : Pour une communauté urbaine de projets avant une "Communauté urbaine" sous structure législative.

Dans la presse liégeoise on a dit et écrit un peu tout n'importe quoi concernant l'idée d'une "Comunauté urbaine" que le bourgmstre de Liège Willy Demeyer voudrait ou ne voudrait pas mettre en oeuvre avec différentes communes de l'agglomération liégeosie. Pourtant, tout le monde sais que cette idée, dont il a souvent parlé et qu'il défend depuis de nombreuses années, ne peut se faire n'impiorte comment. Willy Demeyer, visiblement agacé par tout ce que l'onbt a dit et écrit, a tenu à préciser son objectif. Il vient notamment de dire à ce sujet:

"Suite aux déclarations parues dans la presse ces derniers jours à propos
du développement d’une future Communauté Urbaine liégeoise, je tiens à préciser ma position sur le sujet.
Contrairement à ce qui a pu être dit ou écrit, je ne refuse EN AUCUN
CAS l’idée d’une Communauté Urbaine.
Les études universitaires montrent en effet que 500.000 habitants
représentent une population minimale pour jouer un rôle de métropole, se positionner dans un contexte européen voire international et gérer les espaces, les moyens et les équipements de manière optimale.
Je pense cependant qu’il est opportun de débuter la réflexion en
identifiant des projets plutôt qu’une xième structure. Je suis partisan d’une Communauté Urbaine de projets.
Il faut travailler de manière concrète et pragmatique, par objectif et par
secteur, avec tous les partis démocratiques, les opérateurs publics, para-publics ou privés, les forces vives patronales, syndicales, associatives et le Citoyen.
La récente politique concertée de Liège et de Seraing, avec l’aide de la Province, n’est qu’une application de ce principe étant entendu que ce modèle est ouvert à toutes les villes et communes de l’arrondissement, sans exclusive.
Je pense en effet que la réflexion doit être initiée, de manière consensuelle, au départ de la Conférence des Bourgmestres. L’échelon supra-local est gage d’efficacité accrue pour la réflexion et la gestion de certaines thématiques tels que la mobilité, l’aménagement du territoire, le développement économique, la sécurité…….
In fine, le modèle définitif de la Communauté Urbaine devra découler, non pas d’un modèle théorique mais de la pratique.
C’est d’ailleurs ce qui s’est passé en France où les Communautés Urbaines actuelles ont été l’objet de pratiques et d’une réflexion datant de 1966 avant d’être dotée d’un cadre législatif."
Nous pensons effectivement qu'on ne peut être plus clair sur ce sujet.





Ga. L.